Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par David Dusa

Bienvenue à la Netocracy

Johannes Gutenberg, vers 1456 après J.-C. Au vu des débats sur l’hacktivisme ces derniers jours sur Reflets, le moment semble bien trouvé pour publier en français cet article initialement paru en anglais ici même il y a quelques semaines afin de contribuer au débat.

Johannes Gutenberg, vers 1456 après J.-C.

Au vu des débats sur l’hacktivisme ces derniers jours sur Reflets, le moment semble bien trouvé pour publier en français cet article initialement paru en anglais ici même il y a quelques semaines afin de contribuer au débat.

Nous sommes au coeur d'une révolution sociale engendrée par les possibilités offertes par Internet et du fait de sa démocratisation, qui apporte à 2 milliards d'êtres humains la possibilité d'obtenir des informations, d'interagir entre eux et de développer des idées ensemble. Ce processus a donné naissance à un web collaboratif (2.0), apparu au moment où les gens ont réalisé qu'ils pouvaient se connecter les uns aux autres comme ils pouvaient auparavant le faire avec des sites Web.

Aujourd'hui l'Internet a énormément changé notre relations au travail (la possibilité de travailler de n'importe où, et avec n’importe qui, l’apparition d’espaces de travail virtuels...), à l'économie (économie de l'Internet, la consommation en ligne, le crowdfunding), à la culture (création collaborative et partage des œuvres d'art dans les réseaux P2P), à la connaissance (nous sommes des lecteurs et des éditeurs de Wikipedia), aux êtres humains (réseaux sociaux, chats et VoIP), à la politique (journalisme citoyen, (les) blogs, hacktivisme, Wikileaks), etc.

L'accès illimité et quasiment gratuit à l'information, ainsi que la possibilité de communiquer, de développer de nouvelles...