Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Brève
par drapher

Bertrand Cantat et la haine ordinaire populiste

Le populisme français actuel révèle aujourd'hui son vrai visage, celui d'une haine féroce envers la justice et les institutions démocratiques, en général. Son leitmotiv est simple, à ce populisme : le peuple sait mieux que le "système". Même le système judiciaire. Condamner quelqu'un à la prison n'est pas suffisant pour les populistes, il faudrait en sus le brimer, le punir à vie, l'empêcher d'exercer son métier. Quitte à faire pratiquer la censure et aller contre l'esprit de la loi. C'est ainsi que des associations, dont des associations "féministes" ont appelé à faire annuler les concerts de Bertrand Cantat, et le pousser à ne pas participer aux festivals d'été. Il s'en est expliqué sur sa page Facebook :

Texte Cantat Facebook - Cantat - Facebook
Texte Cantat Facebook - Cantat - Facebook

Face aux multiples aboiements des foules hargneuses et revendicatives — à la limite du lynchage — comme du mutisme de la ministre de la Culture, l’Observatoire de la liberté de création s'est fendu d'un communiqué pour rappeler quelques points importants défendus normalement par notre société :

(…) Le Code pénal réprime le fait d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de menaces, l'exercice de la liberté de création artistique ou de la liberté de la diffusion de la création artistique d'un an d'emprisonnement et de quinze mille euros d'amende.D’autre part, l'Etat (c’est l’article 3 de cette loi), à travers ses services centraux et déconcentrés, et les collectivités territoriales doivent mettre en œuvre la politique en faveur de la création artistique, laquelle poursuit notamment comme objectif le soutien de l'existence et le développement de la création artistique sur l'ensemble du territoire, en particulier la création d'œuvres d'expression originale française et la programmation d'œuvres d'auteurs vivants, et doit garantir la liberté de diffusion artistique en développant l'ensemble des moyens qui y concourent (…)

Communiqué complet de l'Observatoire de la liberté de création

Les foules pourraient en 2018 décider de qui pourrait ou non exercer son art en France, fonction de leur hargne envers un homme qui a pourtant payé sa dette et a nécessairement besoin de continuer à travailler. La justice dans un pays démocratique n'est pas — normalement — faite de punitions à vie sous prétexte de la haine ordinaire que des groupes de pression auto-proclamés veulent faire subir à ceux qu'ils ont décidé de haïr. Mais en 2018, c'est une nouvelle société qui débute. Et elle est populiste et virale. Avec tout ce que ces termes peuvent avoir d'effrayant…

tweet Cantat - Twitter - Twitter
tweet Cantat - Twitter - Twitter

2 Commentaires