Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Brève
par Antoine Champagne - kitetoa

Avec l'aide de Bernard Cazeneuve, Reflets dévoile le coût annuel des "boites noires"

Il est une époque récente ou le ministre de l'Intérieur indiquait à la représentation nationale que son gouvernement ne souhaitait pas utiliser de deep packet inspection (les boites noires dont on parle tant ces jours-ci). C'était en septembre dernier.

Voici les mots du ministre (des girouettes ?), répondant à Isabelle Attard et Laure de La Raudière :

Enfin il existe une troisième technique dont je dis très clairement à  la représentation nationale que je ne souhaite pas qu’on l’utilise. Elle  consiste à bloquer l’adresse universelle dite URL. C’est un dispositif  très précis, avec un niveau de blocage extrêmement fin, mais il impose  un filtrage préalable du contenu des communications. Il est connu sous  le nom de deep packet inspection.

Et au passage, il livrait le coût, probablement calculé au doigt mouillé par des "experts" gouvernementaux ou pas, d'une mise en place de "boites noires" en France :

En outre, cette technique est très onéreuse – son coût pour les  fournisseurs d’accès serait de l’ordre de 140 millions d’euros – et peut  considérablement perturber le trafic. Très intrusive, elle peut  présenter des risques importants ; nous ne souhaitons donc pas  l’utiliser.

Nous  ne souhaitons donc pas figer dans la loi telle ou telle méthode de blocage, même si je vous ai clairement indiqué celles auxquelles nous n’entendions pas avoir recours, en raison de notre volonté absolue  d’éviter toute intrusion qui pourrait porter atteinte aux libertés ou à  la vie privée.

Mais tout ça, c'était... avant.

0 Commentaires