Journal d'investigation en ligne
par Antoine Champagne - kitetoa

Atos rachète Bull, et donc, Amesys

Il faut parfois prendre le temps de l’analyse. Parler de surveillance globale, c’est intéressant. Reflets le fait depuis 2011 avec par exemple l’interview sur Techtoc.tv de Thibaut Bechetoille, PDG de Qosmos. C’était bien avant les révélations Snowden. Nous avions poursuivi avec la révélation de la vente d’un système Eagle à la Libye, sujet largement traité dans la presse par la suite.

Il faut parfois prendre le temps de l’analyse. Parler de surveillance globale, c’est intéressant. Reflets le fait depuis 2011 avec par exemple l’interview sur Techtoc.tv de Thibaut Bechetoille, PDG de Qosmos. C’était bien avant les révélations Snowden. Nous avions poursuivi avec la révélation de la vente d’un système Eagle à la Libye, sujet largement traité dans la presse par la suite. Les récents articles réalisés en partenariat avec Mediapart sur Qosmos donnent une vision plus large de ce qu’est ce marché français de la surveillance globale, du DPI, cette technologie au cœur des systèmes d’écoute de la NSA révélés par les documents d’Edward Snowden. La série entamée sur Qosmos montre également les liens très étroits entre ce secteur et celui du renseignement d’Etat. La DGSE et Qosmos sont étroitement liés, notamment via une « business unit », la BUK. Maintenant prenons un peu de recul. Nos articles ou ceux de Glenn Greenwald ont-il changé quelque chose ? Une question pas inintéressante au moment où Atos annonce le rachat de Bull.

Bien entendu, le grand public a désormais une meilleure vision de ce qu’est la surveillance globale. Pour autant, les politiques se sont-ils emparés de ce sujet ? Ont-il forcé les entreprises et les gouvernements à stopper ce mouvement de construction d’une société panoptique ? Les entreprises publiques on-t-elles mis un terme à leurs relations commerciales avec ces sociétés spécialisées dans l’écoute ? la BUK a-t-elle été dissoute chez Qosmos ?

Nous avions déjà écrit un article titré « #Amesys : business as usual ». C’était avant Snowden. C’était avant que Le Monde ne parle d’un projet franco-français d’écoute globale. Alors, aujourd’hui, est-ce mieux ? Avons nous suffisamment ouvert les yeux gouvernementaux, des « représentants du peuple » ?

Nous allons laisser de côté Qosmos l’espace d’un article et revenir sur la galaxie Amesys. Les entreprises publiques, les émanations étatiques (l’Armée par exemple) ont-elles mis un terme à leurs relations commerciales avec cette galaxie, dont on sait désormais sans aucun doute qu’elle a vendu un système d’écoute global à la Libye de Kadhafi ? Mieux, elle avait comme interlocuteur Abdallah Senoussi, beau frère du guide suprême, mais aussi, condamné en France pour terrorisme, en raison de son rôle dans l’attentat du DC-10 d’UTA. Une galaxie de sociétés dont on sait maintenant que leurs produits ont aidé les bourreaux à mieux torturer… Le pays auto-proclamé des Droits de l’Homme a-t-il mis fin à son commerce avec cette galaxie ?

Pas vraiment.

En 2013 et 2014, Thales, comme toujours, continue de commander chez Elexo. Cassidian également. Tout comme Safran Turbomeca ou MBDA, Zodiac Data Systems, Astrium, Orange, TCS, Accor, BNP, Alstom, Infineon, Airbus, Dassault, Latecoere, Amadeus, Altran, le CEA, Cap Gemini, Pages Jaunes...

Bull apar ailleurs « vendu » son activité Eagle d’Amesys à … AMESys (Advanced Middle East Systems) pour sortir du périmètre immédiat, ce « boulet » en termes d’image, de son giron. Mais continue à vendre des solutions via sa division « Data Management ». Selon les documents que Reflets s’est procurés, il s’agit, selon leurs mots de : « Electronic warfare, intelligence products, solutions and safety, solutions for critical infrastructures (enterprises and governments) ». Chez Amesys Conseil, par exemple, ce sont deux personnes, Stéphane Sabatier et Miguel Fernandez, qui étaient en charge de l’Electronic Warfare.

Bref…

Il faut bien le dire, si tout le monde est prêt à s’offusquer de toutes ces activités particulièrement nuisibles aux Droits de l’Homme, rien ne change. Les politiques de droite comme de gauche continuent de couvrir ces activités, refusent de répondre aux journalistes qui les interrogent. Les patrons d'entreprises continuent leur business avec ces sociétés impliquées dans des ventes d'armes visant à écouter les populations (Relisez l'article 12 de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme).

 

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée