Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Yovan Menkevick

Anonymous : un art martial ?

(Parce que tout le monde donne son avis, que les analyses les plus pitoyables se confondent avec des prises de position plus ou moins éclairées, il n'y a pas de raison qu'un énième avis à propos d'Anonymous ne pointe son nez sur Reflets. Assumé, revendiqué, longuement réfléchi : parce que l'auteur se souvient, il y a bien longtemps, à des actions similaires, avant le passage de l'an 2000, et qu'à l'époque, on n'avait pas de vidéos youtube…) Pourquoi un art martial ?

(Parce que tout le monde donne son avis, que les analyses les plus pitoyables se confondent avec des prises de position plus ou moins éclairées, il n'y a pas de raison qu'un énième avis à propos d'Anonymous ne pointe son nez sur Reflets. Assumé, revendiqué, longuement réfléchi : parce que l'auteur se souvient, il y a bien longtemps, à des actions similaires, avant le passage de l'an 2000, et qu'à l'époque, on n'avait pas de vidéos youtube…)

Pourquoi un art martial ? Cela aurait pu être "une philosophie", c'est vrai. Mais dans art martial il y a martial. Et Anonymous est une réponse a des agressions. Un art martial, parce que la pratique d'Anonymous est celle que l'on peut choisir quand on s'initie à l'un de ceux-ci : Karaté ou Kung-Fu, Judo ou Aïkido, toutes ces disciplines ont des points communs mais sont pourtant très différentes. Comme Anonymous peut rejoindre les idées de Telecomix mais pour autant est très éloigné de ce dernier dans ses modalités d'action.

Une idée, des modes de réponses

Une discussion récente avec un groupe de hackers révélait la difficulté à prendre position vis à vis d'Anonymous : certains dénonçaient les méthodes d'action par Ddos, d'autres critiquaient la pauvreté des intervenants cliquant sur des logiciels windows, etc… Tout cet argumentaire m'a obligé à prendre position en me rappelant cette action contre l'OMC en 1999, certainement la première du genre : pour protester contre les Accords Mondiaux sur l'investissement (AMI), quelques milliers d'internautes réussirent à faire "tomber" le serveur américain de l'OMC durant quelques heures. Un petit logiciel qui renvoie des requêtes http en permanence suffit donc à faire chuter un gros serveur web  : petite victoire sur l'énorme machine mondialiste en marche, machine anti-démocratique et au service des seuls intérêts de quelques multinationales.

Parce qu'il faut bien remettre les choses là où elles sont : que l'on apprécie ou pas les dénis de service distribués, ce ne sont au final qu'un mode de réponse comme n'importe quel autre. Que dire des faucheurs OGM, des bloqueurs de voies ferrées, des employés de péage autoroute qui laissent passer les automobiles sans payer ? Anonymous est un mode de de réponse à des agressions, et l'art martial utilisé est celui du Ddos, la plupart du temps. On peut ne pas aimer le Ddos, comme détester la Boxe Thaï et adorer l'Aïkido. On ne peut pas,  par contre, déclarer qu'un Ddos est une attaque similaire à celle d'un terroriste armé d'un bazooka. Un art martial ne fait pas de morts, il paralyse l'adversaire, le met au sol, puis lui permet de se relever. Aucun adversaire d'Anonymous n'est resté au sol. Ils se sont tous relevés. C'est un fait avéré.

Qui fait des morts, qui ruine des individus ?

Les organisations mondiales comme l'OMC, le FMI sont depuis longtemps dénoncées comme responsables de désastres économiques, de ruines de population, d'orientations politiques désastreuses qui ont déjà fait des centaines de milliers de morts, particulièrement sur le continent africain. L'église de scientologie ruine des individus fragiles psychologiquement, manipule des hommes et des femmes depuis des dizaines d'années avec la bénédiction d'une majorité de gouvernements occidentaux. La corruption des Etats est dénoncée en permanence : valises de billets, commissions et rétro-commmissions sur des ventes d'armes, commerce de matériels de surveillance avec des dictatures, la liste est trop longue…

Face à ce constat, que peuvent faire les citoyens des pays concernés ? Voter…pour des politiciens qui reprennent les affaires là où elles étaient. Manifester ? Oui, mais comment ? Dans la rue ? Quand on voit le résultat des dernières grandes manifestations contre la réforme des retraites, on peut se poser la question de l'efficacité de ce types d'actions. Les Anonymous sont des citoyens qui réagissent à des injustices, des décisions, manipulations, détournements des puissants : entreprises, Etats, sectes. Anonymous est très certainement le dernier moyen d'expression concret contre la dictature mondiale en cours, celle de la finance , des multinationales et des relais politiques ou idéologiques du nouvel ordre mondial : ceux qui font le procès d'Anonymous font le procès d'une forme d'expression démocratique, du militantisme, de la volonté de refuser et de dénoncer : d'une partie de la population qui ne peut plus accepter de voir la société à laquelle elle appartient, qu'elle finance, construit,  lui être volée.

Liberté, égalité, fraternité

Si c'est bien ce "slogan" qui définit la société française, les détracteurs d'Anonymous devraient réfléchir à deux fois avant d'aller les traiter comme des parias. Liberté du réseau, égalité dans la décision, l'action, fraternité dans les échanges. Anonymous est un art martial, une idée, un mode de réaction : les 99% que revendiquent les indignés sont exactement de la même essence. Il n'y a pas de groupe Anonymous, il y a des citoyens de partout sur la planète qui commencent à comprendre qu'ils peuvent apprendre un art martial numérique, qu'ils ne sont plus seuls et impuissants et que les "maîtres du monde" auto-proclamés peuvent désormais les craindre. Ce n'est pas rien. C'est un signe d'espoir. Anonyme. Le plus efficace qui soit…

P.S : Bien entendu, certaines actions lancées sous la bannière "Anonymous" sont contestables, voir pitoyables, comme celles visant à faire tomber youtube ou des réseaux sociaux. Mais comme pour tout art martial, la philosophie de départ peut être récupérée ou la pratique détournée par des abrutis qui n'y comprennent rien. Il suffit alors de le faire savoir, de s'en défier. L'art martial originel ne s'en trouve pas pour autant détruit ou décrédibilisé : ce sont ceux qui l'ont mal utilisé qui se ridiculisent…

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée