Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Fabrice Epelboin

Anonymous se ligue contre Amesys-Bull

Rejoignant les appels d'Anonymous Tunisia - la branche la plus virulente d'Anonymous sur le territoire tunisien -, le collectif Anonymous Francophone se joint à l'operation Revolution404 et dénonce, dans la foulée de OpBull - l'obscurité qui entoure les usages faits des technologies de surveillance.

Rejoignant les appels d'Anonymous Tunisia - la branche la plus virulente d'Anonymous sur le territoire tunisien -, le collectif Anonymous Francophone se joint à l'operation Revolution404 et dénonce, dans la foulée de OpBull - l'obscurité qui entoure les usages faits des technologies de surveillance.

Pointant du doigt le rôle de la société Bull (inutile de s'acharner contre Amesys, dont Bull vient de se débarrasser discrètement après avoir intégré le savoir faire), Anonymous Francophone souligne le manque absolu de transparence quant au rôle joué par l'un des plus grand marchands d'armes numériques de la planète dans la contre révolution.

A ce stade, il convient de faire un point concernant les rapports délicats entre la France, Amesys, Bull et la Tunisie.

La Tunisie : 1984, à partir de 1987

Disposant à sa tête d'un dictateur doté de moyens financiers confortables, d'une passion pour les technologies et dont l'entourage familial oppressant a fait d'internet son seul 'jardin secret', la Tunisie de Ben Ali a été, depuis l'arrivée de l'internet grand public, le terrain d'expérimentation idéal pour tous les marchands d'armes numériques de la planète.

On y retrouve aussi bien des sociétés américaines que des entreprises Chinoises ou Sud Africaines et, bien évidemment, Françaises. Tout le monde est venu installer ses prototypes dans un pays propice à l'expérimentation grandeur nature et au beta testing...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée