Journal d'investigation en ligne
par Antoine Champagne - kitetoa

Agence de com' super-branchée

Dans la Com’, tout est possible. Même l’improbable. Depuis des lustres, on nous explique que notre agence est au top des nouvelles technologies. J’avoue que j’avais un peu de mal à comprendre son positionnement. Nous ne sommes pas une SSII. Nous ne sommes pas non plus ce qu’on dit que l’on est, c’est à dire des spécialistes du marketing ultra personnalisé. Il faudrait pour cela qu’il y ait au moins un ou deux experts de la base de données. Or je ne les ai jamais vus.

Dans la Com’, tout est possible. Même l’improbable.

Depuis des lustres, on nous explique que notre agence est au top des nouvelles technologies.

J’avoue que j’avais un peu de mal à comprendre son positionnement. Nous ne sommes pas une SSII. Nous ne sommes pas non plus ce qu’on dit que l’on est, c’est à dire des spécialistes du marketing ultra personnalisé. Il faudrait pour cela qu’il y ait au moins un ou deux experts de la base de données. Or je ne les ai jamais vus. Nous ne sommes pas non plus une Web agency. Ou alors j’ai raté un truc.

Bref…

L’autre matin, je reçois comme tout le monde un mail d’une chargée de clientelle…

Elle voudrait savoir si quelqu’un a sous la main une liste de mots qui doivent être interdits sur le site de son client.

On doit probablement faire un de ces blogs événementiels voués à une mort rapide et qui ne toucheront que quelques milliers de personnes (y compris les robots de Google et autres Yahoo!).

Et comme le client ne veut pas d’ennuis, il ne veut pas que des internautes facétieux écrivent caca, pipi, bite sur son site dans les commentaires.

Premier étonnement, je me demande comment il est possible que cette demande arrive dans ma boite mail. Moi je crée des contenus. N’est-ce pas aux techniciens chargés de faire le site de s’occuper de ce genre de détails ?

Deuxième étonnement, mais pas le moindre, il y a des gens dans l’équipe qui répondent au mail en disant : “je n’ai rien compris à ton mail”.

Dont l’adjoint du directeur de la création…

D’un côté, c’est plutôt bien d’admettre publiquement que l’on ne comprend rien à toutes ces technologies et aux impératifs qui leur sont liés.

De l’autre, c’est à se demander ce qu’ils font dans une entité qui se veut à la pointe des nouvelles technologies de la communication…

1 Commentaire
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée