Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Fabrice Epelboin

Accords Lustre : le gouvernement commence à lever le voile sur le Prism Français

Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur du gouvernement Ayrault et membre du parti Socialiste, a-t-elle commencé à déminer ce qui s'annonce comme la plus grosse affaire du mandat de François Hollande ?

Big

Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur du gouvernement Ayrault et membre du parti Socialiste, a-t-elle commencé à déminer ce qui s'annonce comme la plus grosse affaire du mandat de François Hollande ?

C'est la question que l'on peut se poser, car si la gaffe de Fleur Pellerin, qui qualifiait Alcatel de 'pièce maitresse de la cyber-surveillance' n'était clairement pas volontaire, et laissait déjà apparaitre un équivalent Français au programme américain XKeyscore - qui permet à la France de faire à l'Afrique et au Moyen Orient ce que la NSA fait à l'Europe -, la sortie de Nicole Bricq sur TV5 est, elle, clairement calculée.

Première révélation : la ministre avoue clairement que les "cris d'orfraies" poussés par François Hollande et Laurent Fabius au sujet du programme de surveillance Américain ne sont que du théâtre, sans doute destinés à apaiser le petit peuple, et à initier un mensonge d'Etat à coté duquel Jérôme Cahuzac va faire l'effet d'un enfant de chœur.

Elle a, dès le début du mandat de François Hollande, demandé un rapport à Claude Revel, déléguée interministérielle à l'intelligence économique (et par ailleurs présidente d'IrisAction, une officine d'intelligence économique - qui a dit conflit d'intérêts ?). Remis en janvier dernier - il y a dix mois - la ministre concède que "depuis lors, le premier ministre a pris l'affaire au sérieux". La surprise au...