Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Dossier
par Islam Idhair, Jacques Duplessy

A Gaza, les déplacés s'entassent dans les écoles des Nations Unies

L'aide de l'organisation internationale et des ONG se fait attendre

Des milliers de personnes sont en quête d'une sécurité toute relative dans les écoles de l'UNRWA. La vie s'organise tant bien de mal, entre crainte des bombes et du Covid. Reportage.

École de l'UNRWA à Gaza City

Une petite heure est normalement nécessaire pour se rendre de Rafah, la grande ville du Sud de Gaza, ma ville de résidence, à Gaza city. Mais là, très peu de trafic et encore moins d'embouteillages ; en moins d'une demi-heure la destination est atteinte. Depuis le début du conflits les habitants s'éloignent peu de chez eux.

Les bombardements ont poussé 52.000 Palestiniens hors de chez eux, selon les Nations Unies : des habitants de maisons toutes proches de la frontière et à portée de canon des chars israéliens, d'autres dont l'habitation a été endommagée ou détruite, et enfin certains simplement saisi par la peur. Beaucoup ont trouvé refuge dans les écoles de d'UNRWA, la mission des Nations Unies pour la Palestine, qui a ouvert ses établissements dès début des frappes aériennes. Comme à chaque guerre.

L'école primaire A du quartier El Mansar de Gaza est un grand bâtiment où prédominent le bleu et le blanc, couleurs du drapeau des Nations Unies. En quelques jours, 230 familles s'y sont précipitées, souvent en catastrophe. quelque 1250 personnes espérant échapper aux bombes. Mais le bleu de l'organisation internationale est une protection illusoire. En juillet 2014, une école similaire avait été frappée par les obus d'un char israélien provoquant la mort de 16 personnes.

Parmi eux, Qassem Brahim venu avec sa femme et ses quatre enfants du nord de la bande de Gaza. « Des combats non loin de chez moi ont éclaté, alors nous sommes...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée