Accord sur le budget US : on est sauvés, #oupas

A lire la presse, tout va bien. Les démocrates et les républicains se sont mis d’accord, le risque de la falaise fiscale est écarté (à nouveau) aux Etats-Unis. Le spectre de la récession s’éloigne, jusqu’en
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

11 thoughts on “Accord sur le budget US : on est sauvés, #oupas”

  1. Graphiques sans unités, comparaisons de chiffres qui n’ont rien à voir, sensationnalisme, égoïsme survivaliste: ce PDF me fait vomir.

    Il y a une alternative aux réserves fractionnaires: le 100% monnaie, proposé par Irving Fisher en 1935 suite à la Grande Dépression, et récemment « remis au goût du jour » par des économistes du FMI.

    Il serait peut-être temps d’arrêter le catastrophisme et de militer pour la mise en place d’un système financier plus solide.

    1. C’est assez sidérant de voir ce genre de commentaire. Il démontre que vous n’avez absolument rien compris à ce que nous faisons ici. Je veux bien croire que nous ayons échoué à nous faire comprendre via les 1217 articles du site, mais j’ai quand même un doute.

      Pour le catastrophisme, je vais vous citer quelques autres chiffres, tout en imaginant aisément que vous allez encore comprendre de travers.

      En Espagne, Bankia a reçu 24 milliards d’euros pour être « sauvée ». Elle vient d’annoncer qu’elle a besoin de 18 milliards supplémentaires.

      Pour vous faire une idée de la solidité des banques qui ont toutes passé les stress tests européens les doigts dans le nez (dont Bankia, bien sûr), Bankia a dû « réviser » son bénéfice de 309 millions en une perte de 3 milliards. Vous mesurez le gouffre entre ces deux chiffres ? C’est arrivé en un jour à votre avis ? Que valent les chiffres donnés par les autres établissements ?

      En Grèce, le système bancaire a besoin de 50 milliards d’euros pour « survivre ». Une paille.

      Tout va bien.

      1. 50 milliards d’euros c’est environ 0.5% de la masse monétaire de l’euro, oui c’est une paille. Le système bancaire grec reçoit déjà plus de deux fois ça en Emergy Liquidity Assistance.

        Enfin bref, le but de mon commentaire n’était pas de faire une bataille de chiffres, mais d’exprimer ma déception vis à vis de tes articles qui annoncent régulièrement la fin du monde sans évoquer les alternatives au système malsain actuel.

    1. Le fond du problème c’est comment la monnaie est créée, par qui et au profit de qui.

      C’est ça « l’arme » fondamentale des banques, pas les produits dérivés, le HFT et autres trucs que tu proposes d’interdire dans l’article précité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *