A nos lecteurs : Reflets transphobe ?

Un article de Reflets évoquait le leak des « Paradise Papers » qui fait les titres dans toute la presse. Que disait cet article ? Que les leaks pointent des comportement qui sont moralement condamnables,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

12 thoughts on “A nos lecteurs : Reflets transphobe ?”

  1. Bonjour,

    Je suis heureux de vous lire et de vous voir vous concentrer sur le fond plutôt que sur la forme des choses.

    Et je ne pense pas être le seul.

    Vous devriez mettre cet article en accès libre. Vos abonnés ne sont certainement pas les premières personnes qui doutent de votre fond et d’un(e) quelconque irrespect/oppression de certaines personnes.

    Bon courage

    1. Merci pour cet article, qui me conforte — comme tous les précédents — dans mon soutien pour votre travail.
      Il serait peut-être bienvenue en effet de passer l’article en accès libre. Cela pourrait permettre aux non abonnés, utilisateurs de Twitter, qui ont vu passer cette échange tendu et un peu surréaliste, de mieux vous (la rédaction) connaître, tout simplement.

  2. Le plus difficile dans un tel cas est de ne pas répondre. Que voulez-vous répondre à ça ? Un peu comme si quelqu’un vous accusait de faire des fautes de français.
    Otez-moi un doute : Bradley et Chelsea, c’est bien la même personne ? Oups, je vais m’en prendre une, moi !

  3. Il me semble que renier que Chelsea Manning ait un jour été un homme soit d’avantage transphobe.
    En effet, en distinguant le genre d’une personne selon le contexte temporel, vous faites plus qu’acceptez un genre artificiel ; vous acceptez qu’une personne ait changé de genre.

    M’enfin… ce problème n’est pas le réel problème.

    Le vrai problème c’est que votre interlocuteur c’est présenté comme un « sachant ». Ce faisant, il fait autorité de ses propos et toutes vos justifications ne font que renforcer sa position de « sachant ». Je pense que pour répondre à ça, vous devez inverser les positions. Un simple « vous vous trompez » devrait être suffisant.

  4. Les réseaux sociaux, ça devient cour des miracles. Tout le monde y va de son avis, croit avoir de la légitimé à faire chier quiconque, qui que ce soit et quelle que soit son antériorité ou sa légitimité, sur une faute d’accord (qui n’en est pas une puisque au moment des faits les choses sont claires). Tout y est exacerbé, et Mr Blaireau et Mme Connasse se prennent pour les rois du monde pcq ils se sentent dotés de pouvoirs incommensurables, en se focalisant pourtant sur la forme sans jamais considérer le fond (oui, leur étroitesse n’a d’égal que leur inspiration à susciter la vindicte binaire).

    Je vais finir par trouver la vidéo de l’INA presque sensée (c’est vous dire) :
    https://www.ina.fr/video/I13043985

    Et le billet de Bedos bien davantage encore (là je redeviens mesuré, vous aurez noté) :
    http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-bedos/un-seul-nom-me-suffira-quand-la-liberation-de-la-parole-vire-a-la-guerre-des-sexes_a_23262930/

    Courage à vous, à BT qui a eu à affronter cette taxation d’office de la cour populaire a-genrée de la bienveillance auto-proclamée (pardon mais ça me gave, quoi ? ça se voit tant que ça ? ;-))

  5. Je n’ai pas lu l’article vu qu’il n’est pas en accès libre mais je devine à quoi il fait référence.
    J’interviens au sujet des commentaires. C’est étonnant de voir le nombre de personnes se plaçant comme « sachant » à la place des intéressé-e-s.
    Et si justement vous écoutiez ceux qui vivent ces problématiques au lieu d’essayer de penser pour elles/eux ?

    1. A la rédaction : voilà un commentaire douloureux. Combien de possible futurs lecteurs ne le deviendront pas parce qu’ils ne peuvent pas lire les articles pour se faire une opinion.

      A Aurélie, ben… Ptet bien que vous pourriez vous fendre d’un abonnement, court, pour voir. Bienvenue si vous le faire, sans rancune si vous déclinez.

    2. Et si, justement, avant de commenter des commentaires d’un article, vous lisiez cet article Aurélie ? Sans présumer de son contenu et de nos modestes commentaires, qui ne sont nullement cautionnés par l’article original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *