80 à 100 milliards d’euros de plus pour la Grèce. Pour rien…

Rien n’y fait. Que faudra-t-il aux politiques pour comprendre qu’ils vont dans le mur et qu’ils nous emmènent avec eux vers le choc final ? L’euro s’effondre, l’Europe avec. La Grèce est la partie visible de l’iceberg. Elle a été sauvée in-extremis une première fois. Avec un résultat parfaitement nul. Bruxelles, la BCE et le FMI remettent le couvert. Avec un résultat qui sera, à n’en pas douter pas meilleur. Les Allemands veulent donner de la voix mais restent globalement dans la ligne définie par la troïka.

Le problème n’est pas de savoir si la Grèce n’a pas un peu cherché ce qui lui arrive. Le problème est là et il convient donc d’y remédier. Pour une raison simple : les économies européennes sont très imbriquées, principalement du fait qu’elles ont une monnaie commune. La chute de l’une pèsera très fortement sur les autres.

Le problème n’est pas de savoir si les comptes de la nation reflètent plus ou moins bien la réalité. Le problème est que pour de très nombreuses raisons, la Grèce ne peut plus se financer auprès des marchés financiers à un coût raisonnable.

Le premier plan d’aide à la Grèce a produit un effet nul. Pourquoi ? Simplement parce que la Grèce ne peut toujours pas se financer sur les marchés.

Les CDS (sorte de garantie contre une faillite) ont continué de grimper allègrement, ils ont même doublé. Beau résultat. Cela traduit un manque terrible de confiance de la part des investisseurs. Le but affiché par Bruxelles, la BCE et le FMI n’est pas atteint.

En parallèle de ces aides, la troïka a imposé à la Grèce des plans d’austérité drastiques. Des privatisations massives. Des réductions de ses dépenses au delà du raisonnable. Il lui est donc impossible de renouer avec la croissance. Et donc de financer son budget (au moins en partie).

Tout le monde à compris que le premier plan de sauvetage était un échec, y compris les politiques, mais on recommence.

En attendant le prochain échec, la rue se rebelle et les dieux grecs doivent se fendre la poire, comme il le font toujours quand ils jouent avec les humains.

On notera que le G8 a promis 20 milliards d’aide aux toutes jeunes démocraties arabes. Mais ces dominos-là ne sont pas du même type. Moins dangereux. Ils sont en « périphérie » de la « périphérie ». Sans doute…

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


26 thoughts on “80 à 100 milliards d’euros de plus pour la Grèce. Pour rien…”

    1. Les banques ont bien compris qu’il ne fallait pas laisser trop de mou à ces révolutions. Rien de mieux qu’un prêt pour endetter et remettre ces révolutionnaires en esclavage, avec des crédits à la consommation (d’armes, de missiles, d’autotoutes)pour le bien-être des peuples.
      Quant au Think-tank Choiseul, souvenez vous (cf Wikipedia)
      L’Institut Choiseul et Pascal Lorot ont été critiqués en novembre 2008, lorsque l’institut a supprimé un article de sa revue Monde Chinois et envoyé tous les exemplaires au pilon pour en faire sortir une version expurgée. L’article visé critiquait les illusions de certains hommes politiques français sur le maoïsme et la révolution culturelle et ses millions de morts4. Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison à Francis Deron, l’auteur, et Pascal Lorot, le plaignant, n’a pas fait appel de la décision. L’article a été publié en soutien dans la revue Commentaire, sur Mediapart et Contrepoints5.

  1. Les banquiers tiennnent absolument à endetter les révolutionnaires, pour les livrer au même esclavage que la Grèce. Et puis, il faut aider Bouygues, Vinci et Orange à reconstruire…en Lybie ou en Iraq, leur vendre des avions de chasse, des missiles et des autoroutes. C’est le même combat, endettez-les!

    L’Institut Choiseul et Pascal Lorot ont été critiqués en novembre 2008, lorsque l’institut a supprimé un article de sa revue Monde Chinois et envoyé tous les exemplaires au pilon pour en faire sortir une version expurgée. L’article visé critiquait les illusions de certains hommes politiques français sur le maoïsme et la révolution culturelle et ses millions de morts4. Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison à Francis Deron, l’auteur, et Pascal Lorot, le plaignant, n’a pas fait appel de la décision. L’article a été publié en soutien dans la revue Commentaire, sur Mediapart et Contrepoints5.

  2. La solution parait pourtant simple et est chuchotée à plein poumons par la rue Athénienne : il faut changer les dirigeants. Il faut changer l’oligarchie au pouvoir. Quelques familles se le partagent et même au milieu de cette crise financière n’ont pas parlé il me semble de lutter contre la corruption et la mauvaise gestion.

    Comment peut-on admettre l’echec total d’une politique sans remettre en cause ceux qui l’ont décidée ?

    1. Oui enfin une fois que qui tu voudras à fait une dette, il y a des gens qui attendent d’etre remboursés et si le pays n’a pas assez d’argent pour tourner, peu importe les gens au pouvoir: a un moment donné le systeme casse d’une manière ou d’une autre.
      On est juste pas encore sur de comment.

  3. Je suis d’accord, ce prêt ne règle rien même à moyen terme, et on s’approche dangereusement d’une crise économique encore plus grave centrée sur la zone Euro cette fois.

    Mais si on ne le fait pas c’est l’effondrement immédiat. Si les allemands ont soutenu ce prêt c’est bien qu’ils ont conscience du risque.

    Alors quelle serait l’alternative à ce prêt à votre avis ? Je n’ai pas entendu un seul économiste proposer une solution. Et vous n’en parlez pas non plus.

    Je préfère voir l’Europe essayer de se battre pour sauver l’un des siens même si c’est au prix de sacrifices, et même si c’est désespéré.

    Pour autant il est évident que la politique conduite jusqu’ici est un fiasco. Les gens finiront bien par le comprendre tous de plus en plus nombreux à se révolter. Et les politiques aussi vont comprendre, ça prendra plus de temps mais si tout le monde est dans/à la rue, ça peut changer. Peu de chances que ça se joue dans les urnes.

    1. Le fait qu’une monnaie s’apprécie ne veut pas dire qu’elle est solide.

      Je parle du principe d’une monnaie commune. Pour les Etats, on est « hors règles ». Si la Grèce était une entreprise, elle serait déjà fermée.

      Si l’entreprise Grèce était fermée demain, le concept de monnaie commune serait mal en point. Quelques déclarations sur hypothétique sortie de la zone euro de la Grèce ont été faites la semaine dernière.

        1. Il n’y a plus de pilote dans l’avion, c’est pas parce qu’on balance quelques passagers par dessus bord qu’on évite le crash, au contraire on peut provoquer une dépressurisation. La politique actuelle c’est de rester en pilote automatique, jusqu’à la panne de kérozène.

      1. je rejoins vos observations sur l’euro. il pointe ce jour à 1,46 face au dollars. La raison est simple. La situation est bien pire aux usa. Obama va devoir demander encore une rallonge au congrés pour dépasser le plafond de l’emprunt (vers le 2 aout).

  4. Bonjour,

    Je pense qu’il y a une petite erreur sur les CDS dans votre article (cf. http://www.reuters.com/article/2011/06/03/markets-bonds-euro-idUSLDE7520EI20110603 ou encore par exemple http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=CGGB1U5:IND). Perso je pense que les CDS devraient être interdits. Toutefois les montants en jeux sur les cds sont bien moindre que ceux sur la dette grecque.

    Pour info un très bon article amha sur le sujet paru récemment :
    Intolerable choices for the eurozone By Martin Wolf
    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/1a61825a-8bb7-11e0-a725-00144feab49a.html

    Autre article d’il y a un an (05 mai 2010) par Olivier Fluke d’investigationfin sur le sujet :

    Crise en Grèce. Aide de l’Europe et du FMI. Cela ne peut pas marcher ! Démonstration !
    http://investigationfin.canalblog.com/archives/2010/05/05/17794858.html

    Autres articles d’Olivier Fluke sur les chiffres de la Grèce et les banques d’investissement (Goldman Sachs, BNP) par ordre décroissant :
    http://investigationfin.canalblog.com/archives/grece/index.html

    Encore plus d’austérité pour la Grèce: le déni européen (03 Juin 2011) Par Martine Orange (Mediapart accès payant)
    http://www.mediapart.fr/journal/economie/030611/encore-plus-dausterite-pour-la-grece-le-deni-europeen

    Et un dernier tout chaud :
    http://www.bloomberg.com/news/2011-06-05/german-banks-top-french-with-23-billion-in-greek-debt-bis-says.html

  5. votre lien reuters : Greek five-year credit default swaps fell 73 bps on the day to 1,380 bps.

    Pour information : Avant l’annonce du plan de soutien à la Grèce, les CDS de ce pays étaient à 954 points de base.

    1. re,
      « Les CDS (sorte de garantie contre une faillite) ont continué de grimper allègrement, ils ont même doublé. »
      euh depuis quand ?

      « Pour information : Avant l’annonce du plan de soutien à la Grèce, les CDS de ce pays étaient à 954 points de base. »

      En fait çà dépend les dates exactes que l’on prends – cf le lien bloomberg. ;)
      Si l’on prends début avril 2011(en effet environ 900) ; si on prends le 03 juin 2011, petite baisse mais ok niveau toujours très élévés!

      1. Je suis désolé, mais en dépit de tous mes efforts pour essayer de comprendre votre raisonnement, j’ai du mal à m’ôter de l’esprit que si le plan de sauvetage de la Grèce avait marché, les CDS de la dette grecque seraient en deçà de leur niveau pré-plan de sauvetage, ce qui est loin d’être le cas puisqu’ils ont quasiment doublé.

          1. il faut prendre les CDS pour ce qu’ils sont et leur donner une valeur relative en termes de source d’information. Cependant, c’est un indicateur assez fiable de la « nervosité » des « marchés ».

      1. Bonsoir,
        Je comprends pourquoi on ne s’est pas compris.

        En fait je pensais que L’EU avait déjà donné son accord le 3 juin 2011.
        http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/03/97002-20110603FILWWW00491-grece-le-prive-mis-a-contribution-ue.php

        Je résonnais donc sur les 3 derniers jours.
        Vous raisonniez depuis avril 2011 si je vous ai bien suivi.
        http://www.reuters.com/article/2011/06/05/us-greece-economy-events-idUSTRE7542LK20110605

        Tiens une question : peut-on insérer une image dans les commentaires ?

        http://img67.xooimage.com/files/7/9/a/reflets-2982dd2.jpg

        cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *