Nicolas Sarkozy a passé 7 heures avec Merkel pour du beurre

Sans rire… Vraiment ? Ils y croyaient nos fabuleux politiques sauveurs du monde, de droite comme de gauche ? On allait vraiment sauver la Grèce, l’euro et l’Europe par la même occasion avec un énième
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

7 thoughts on “Nicolas Sarkozy a passé 7 heures avec Merkel pour du beurre”

  1. Non mais faut que tu arrête kitetoa. C’est limite lourd à la fin. Ca fait quoi ? 4 fois qu’ils sauvent le monde et chaque fois tu leur fait foirer leur plan. On va t’envoyer Sarkozy, il va passer 7 heure avec toi et il t’aura sauver.

    Mine de rien, tout se met en place tranquillement pour un scénario catastrophe. 2012, fin du monde ? Tel qu’on le connait, surement ;)

  2. Whouaaa, sarko a passé 7 heures avec merkel, carla doit être vraiment jalouse! D’autant que ça m’étonnerais qu’il lui ai fallu autant de temps à notre monsieur je raconte n’importe quoi plus vite que mon ombre, ils ont dû fumer vachement de clopes en parlant de tout et de rien sur l’oreiller…

    En tout cas, il y a une seule chose qui est sure, c’est que si il doit y avoir la fin du monde, sarkosette en sera responsable à coup sûr à force de prendre ses délires pour la réalité.

    Et pendant ce temps, il vient de nous entuber profond de plus de 90 milliards!!!

  3. « Dans une situation catastrophe de ce genre, l’Allemagne serait sans doute tentée par la voie solitaire, moins coûteuse financièrement et politiquement (prochaines élections fédérales en 2013). » SIC

    C’est le dénouement de plus plausible, malheureusement pour nous, (parce que sans les brouzoufs que les Allemands mettent au pot…) pour les raisons suivantes:

    * L’Allemagne a réussie plusieurs tours de force, et non des moindres: réunification Est-Ouest, maintient constant d’un fort excédent de balance commerciale, réforme en profondeur de l’état, gestion de l’état exemplaire et pragmatique (dans le dictionnaire français, « pragmatique » n’existe plus: c’est un lien vers « politique »), etc.

    * Ces tours de force ne se sont pas faits sans douleur: les gens ont dû accepter un gel des salaires pendant plus de 10 ans, et suite à cela, on les comprend, une certaine « fatigue » se fait sentir.

    * L’évolution de ce pays et de ses habitants a été tout bonnement monstrueuse par son ampleur dans les 20 dernières années (de plan-plan à hyper-actif); regardez par exemple les séries TV: on est passé de Derrick à des séries qui n’ont rien à envier aux série US – et même, ça m’est arrivé tout récemment, on est obligé d’attendre le générique pour s’en apercevoir! Bien sûr, il n’y a pas que ça; ce pays a réussi à piquer les bons côtés de ses partenaires et à les adapter à sa propre culture.

    * En n’oubliant pas que tout cela a été accompli tout en continuant de payer des « dommages de guerre » (autre escroquerie intellectuelle et politique) plutôt conséquents.

    Partant de tous ces changements, « la rue » commence à ruer vilain dans les brancards quand on lui dit qu’il faut encore payer… pour les autres; et la question a été posée plusieurs fois aux politiques, d’une manière musclée, de savoir si l’on devait continuer dans une impasse ou trouver une solution alternative.

    Et il faut les comprendre: quand vous-êtes fourmis, ça fait quand même mal au fondement de voir les cigales claquer votre argent tout en sachant que ça sera en pure perte.

    Pour clarifier les choses, je ne suis pas Allemand, juste observateur.
    Et comme je ne l’aime pas (plus), je vais la quitter (définitivement); selon la formule « con-sacré(e) »; bien que j’y soit né.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *