Le débat public, arme de dissuasion massive : le cas Europacity

Une caravane aux couleurs du groupe Auchan a bouclé un sélectif tour d’Île-de-France le 13 juillet. Pour ceux qui ont raté le départ, sachez que la Commission nationale du débat public (CNDP), « autorité administrative indépendante »,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

9 thoughts on “Le débat public, arme de dissuasion massive : le cas Europacity”

  1. Désolé pour ce commentaire râleur, mais ceci a déjà été dénoncé à de nombreuses reprises, depuis très longtemps. Une des premières que j’ai lu pour un autre grand projet inutile :
    http://www.scl-rhone.org/node/3

    Cela a toujours été un outil du « cause toujours… pendant que que je te lubrifie le fondement de, non pas tes idées, mais pour te faire les poches au profit de ce que j’ai déjà décidé pour les copains »

    Si encore c’était pour l’intérêt général ce ne serait qu’une question de forme…

    @+

  2. Bonjour,
    Je félicite l’auteur de l’article pour la qualité de son travail d’information et de documentation, qui lui permet de rendre compte dans les moindres détails du débat public autour du projet EuropaCity.
    Mais je dois dire que je ne partage pas ses jugements de valeur :
    « La CNDP est là pour faire passer la pilule » …
    Je regrette les attaques injustes contre la présidente de la CPDP, Mme Claude BREVAN -qui a fait plus qu’honorablement son travail.
    Je condamne surtout les conclusions pessimistes de cet article : « Après le bilan rendu public le 12 septembre, Europacity en sort même ragaillardi. » … « La commission du débat procède à peu près comme la CNIL, l’autorité « indépendante » chargé de l’informatique et des libertés, qui rend acceptable, à coups de logorrhée gluante sur la nécessaire adaptation de nos libertés au numérique, la prédation des données personnelles et la marchandisation de l’intimité. Ces institutions ne sont que les lubrifiants institutionnels des petites fabriques du consentement. Il faut s’en méfier autant que de ceux qui s’en abreuvent. »
    Je remarque au contraire que les lendemains du débat public nous apportent une vague médiatique défavorable à Europacity. En refusant de voir que l’organisation de débats publics est une conquête des citoyens face aux lobbies entrepreneuriaux et en proposant le boycott des débats publics organisés sous l’égide de la CNDP, cet article entretient l’idée qu’il ne sert à rien de s’opposer, alors que l’on peut au contraire se réjouir de voir que la position d’Auchan et de son complice chinois Wanda n’a jamais été aussi fragile qu’à l’issue du débat public.
    Claude LOUP
    membre du CA du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPDP)

    1. Je suis moi-même surpris que vous défendiez la Commission alors qu’il a si souvent fallu vous « battre » (au sens propre) pour que ce « débat » tende vers la confrontation contradictoire où chacun serait à égalité. Si vous reconnaissez, M. Loup, que mes arguments sont documentés, vous ne pouvez pas faire l’impasse sur la manière dont la CNDP organise ce déséquilibre, dans ses propres statuts et pratiques. Vous allez nous dire que Mme Brévan et ses adjoints ont été conciliants avec certaines de vos demandes, mais le problème n’est-il pas de devoir demander à une institution « neutre » de faire valoir l’ensemble des avis éclairés sur le projet en débat? Si la CNDP fait son « travail honorablement », ne pensez-vous pas que vous auriez été mieux entendue sans devoir sans cesse le leur demander ?

      Je refuse par ailleurs de lire que j’aurais été « injuste » avec Mme Brévan, je la mets en cause personnellement dans des cas précis et documentés, pour n’avoir pas répondu aux questions émises dans un article de mars dernier, comme en direct lors d’une réunion où elle organisait des « auditions publiques » et où tous ces arguments lui ont été adressé en face, et pas par derrière sournoisement. J’ai à nouveau regretté qu’elle n’ait jamais expliqué, en tant que président de la commission particulière, pourquoi l’avis si critique de l’AE n’a jamais été communiqué au public pendant 4 mois de réunions et d’ateliers. Ce ne sont pas des attaques personnelles M. Loup, mais des faits qu’une personne désignée présidente d’une telle opération ne saurait écarter si elle assume ce rôle jusqu’au bout.

      Cet article s’adresse avant tout à la Commission nationale car c’est elle qui fixe les règles principales, même si la commission particulière Europacity a eu tout loisir d’en modifier certaines pour arrondir les angles et permettre au CTPG, par exemple, d’être mieux entendu. Citez moi une seule phrase où je la mets en cause personnellement de manière gratuite sans me baser sur des faits?

      Et puis oui, je conviens que mes conclusions puissent vous déplaire, vous avez joué le jeu du débat public – c’est votre droit, et vous vous en êtes plutôt bien tiré vu les obstacles qui se sont dressé contre vous – mais non, je n’ai pas écrit « qu’il ne sert à rien de s’opposer », vous le savez très bien. Je prétend justement qu’on doit s’opposer mais pas en acceptant les règles de la CNDP, qu’elle ne fait en rien avancer les thèses des « opposants » et n’encourage pas du tout le promoteur à retirer ses billes. Vous parlez de « vague médiatique défavorable » et d’un dossier désormais « fragile », mais l’essentiel est acquis pour eux, car d’une part ils vont aisément récupérer vos propres idées pour que leur projet soit mieux acceoté, et d’autre part jamais l’opportunité du projet n’a été discuté (ce que vous réclamiez au début) et que cette échéance est définitivement enterrée. Auchan a plus que jamais, grâce à cette fausse confrontation, l’intention de construire ce complexe mortifère et nuisible. Et que ce soit à Gonesse où sur le site de l’ex-usine PSA, comme en rêve le maire LR d’Aulnay et d’autres élus du 93, cela restera un projet nuisible. J’espère que vous êtes d’accord sur ce constat.

  3. @Jet Lambda, commentaire + question

    Il est faux de dire que la CNDP est une conquête citoyenne, je dirai plutôt que c’est une conquête apparente pour les sous-citoyens, ceux qui se laissent berner par les politiciens aidés des administratifs et leurs enfumages.
    Un peu comme le referendum d’initiative « partagée », autre exemple parmis une multitude d’exemples possibles de leurs enfumages et tromperies.

    C’est le système « républicain » qu’il faut dénoncer (et notamment ces autorités administratives NON indépendantes et en plus très très onéreuses pour les Français, CNDP, CNIL, CSA, etc https://fr.wikipedia.org/wiki/Autorit%C3%A9_administrative_ind%C3%A9pendante_en_France).

    Très bon article. Merci.

    Question : http://nonaeuropacity.com/category/soutiens/ils-s-opposent-aussi/collectivites

    Ca représente combien en gros ces opposants en % par rapport au total des communes et interco concernées?

    1. Question : http://nonaeuropacity.com/category/soutiens/ils-s-opposent-aussi/collectivites. Ca représente combien en gros ces opposants en % par rapport au total des communes et interco concernées?

      Aucune idée, peut-être que le collectif CTPG pourrait le savoir précisément, meme si je ne crois pas que ce soit à ce chiffre qu’il faille juger du poids réel du front d’opposition, car pour pas mal de communes, si le projet était prévu sur ses terres, ils auraient pu s’y associer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *