Changement d’époque : une lettre d’un collégien

Nous avons reçu cette lettre d’un collégien, lecteur de Reflets. Elle nous a semblé entrer en résonance avec plusieurs articles publiés sur Reflets, notamment, ceux de .

Nous vous la livrons comme outil de discussion et de réflexion. Vu l’âge annoncé de l’auteur, les politiques seraient bien inspirés de la lire et de réfléchir aux implications.

 

 

Chers Françaises, Chers Français,

Aujourd’hui je vous adresse cette lettre,

Car j’ai un message à vous transmettre.

 

Nous entrons dans le troisième millénaire.

Cette transition ne s’est pas faite en un éclair.

Les mentalités ont évolués,

Mais certains ont encore un pied posé

Dans les siècles passés.

 

Hommes et femmes politiques de tous bords,

De droite et de gauche,

C’est à vous que je m’adresse.

Communistes, Capitalistes, Socialistes, Nationalistes,

Les méthodes que vous préconisez,

Sont désormais dépassées.

Vous sentez la tempête arriver

Mais vous refusez d’accepter,

La fin de votre oligarchie si parfaite.

Nous ne sommes plus au temps des monarchies,

Le peuple à conquis par la force ses droits civiques,

Il ne laissera plus personne entraver sa liberté.

Ceci malgré vos tentatives désespérées,

Vous faites en sorte de garder les moutons cloîtrés,

A coup de lois liberticides, sous couvert de sécurité,

Vous déversez votre poison, vos pesticides,

Éliminez les parasites,

Assassinez ceux qui rêvent de vérité,

Et de liberté…

 

J’annonce la démocratie 2.0

L’avenir appartient à la jeunesse,

A cette « Génération Perdue », que vous dénigrez,

Ce n’est plus a vous de décider,

Le monde s’apprête à évoluer,

Avec ou sans vous et vos idées.

Le seul mot d’ordre est « innover »

 

Vous nous formatez depuis notre naissance

Vous nous avez vautré dans le désir du luxe

Vous nous avez éduqués avec sexe, violence, perversité et intolérance

Est-ce normal de voir à la télévision,

Après des programmes de désinformation et d’intoxication

Des femmes qui posent à moitié nue pour des lotions ?

Est-ce réellement comme ça que vous aviez rêvé votre société de surconsommation ?

Nous sommes le produit de votre désir de contrôle des populations,

Des imbéciles décervelés qu’on reprogramme selon les besoins de la nation,

Malheureusement pour vous, toute production de masse comporte des ratés.

Aujourd’hui, quand on pense différemment, on est considéré comme fou,

Ou au mieux comme une anomalie à éliminer.

Je vais finir par croire que les frères Wachowski étaient de grands visionnaires,

Mais j’espère me tromper.
J’ai encore foi en l’humanité,

Car certains continuent à résister,

Même si je suis bien loin d’avoir la majorité,

Je suis avec vous par ma façon de penser.

 

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?

 

Françaises, Français,

La meilleure façon de lutter est de s’informer, de s’indigner, et de contester !

Ne cédez pas à la violence ni à l’indifférence,

C’est ce qu’ils attendent, tout ces connards en costards.

Il est temps de hacker la société et ces vieux concepts dépassés et d’en faire ce que vous voulez !

Je dédie ces quelques lignes à tout ceux qui luttent pour nos libertés,

Anonymous, Occupy, Telecomix, Julian, et tout les autres,

Votre action est la consécration de notre évolution !

Vous êtes les porte-parole de la majorité silencieuse,

Celle qui est enterrée par les préjugés et les lois pernicieuses.

 

Hommes et femmes politiques de tous bords,

De droite et de gauche,

C’est à vous que je m’adresse.

Communistes, Capitalistes, Socialistes, Nationalistes,

Dites adieu à votre oligarchie élitiste.

Dites adieu à votre démocratie de façade.

Bienvenue dans notre réalité.

Aujourd’hui nous n’avons que faire de vos illusions,

Bienvenue dans la démocratie 2.0

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


69 thoughts on “Changement d’époque : une lettre d’un collégien”

  1. Quelle justesse dans les mots d’un ado! Cette génération a les moyens de se rebeller contre la société qui rentre dans le moule de la consommation. Pourvu que cet appel résonne, et pas seulement dans la jeunesse, et pas seulement en france. A nous tous de jouer… y compris ceux qui ne peuvent pas voter!

      1. J’espère que tu te rends compte qu’il y a écrit :
        « Le IIe millénaire de l’ère commune a commencé le 1er janvier 1001 (du calendrier julien) et s’est achevé le 31 décembre 2000 (du calendrier grégorien). »

        Donc on n’entre pas dans le 2e millénaire -_-

        Si c’était le cas, l’an 100 serait dans quel millénaire ? Le millénaire zéro ?

          1. Rien à battre, ça montre le niveau du petiot.

            Putain mais je viens pas sur ce site pour lire une lettre d’amour d’un fanboy de 12 ans !

  2. Très bon texte, je ne sais pas quel âge à cet « ado » mais pour pondre un tel texte il doit être plus qu’ado…
    Ceci dit le texte est juste les mots aussi.

    « Take the Blue pill or take the red pill, » moi aussi je l’ai revu la semaine dernière, et je dois dire qu’il fait un peu plus froid dans le dos maintenant qu’à l’époque tant les parallèles à faire avec ce film et notre société sont maintenant nombreux.

    A vos bulletins de vote.
    Il ne servira à rien de venir manifester après, dans de longs cortèges inutiles si personne ne se donne la peine d’exprimer ses opinions quand on vous en donne la possibilité. Ce n’est pas avec 40% d’abstention que les choses se règlerons, c’est laisser la part belle à tous ces pourris pour décider à notre place.
    Pour moi l’action commence là.
    Il sera toujours temps de voir après quelles autres actions entreprendre.

    1. On s’en branle de 40% d’abstention, c’est les gens qui s’organisent et bougent leur cul toute l’année qui peuvent faire bouger les choses, pas les gens qui votent et attendent le sauveur ou espèrent « le moins pire ».
      Les longs cortèges, s’ils sont inutiles, il faut employer d’autres moyens d’actions alors.
      « exprimer ses opinions quand on vous en donne la possibilité », je ne sais pas qui désigne le « on », en tout cas c’est le bon argument bien docile à « leur » égard. Tu « leur » diras merci de nous permettre d’être le patron (comme ils disent à la télé en ce moment) une fois tout les cinq ans…

  3. L’auteur devrait se renseigner sur le sens des mots qu’il emploie. Notamment sur le mot communisme. Et puis cette histoire de démocratie Bisounours 2.0 ça commence à sentir la farce attrape pour collégiens, justement. Voyez comment ont fini les révolutions égyptiennes et tunisiennes dont certains ici nous rebattent les oreilles. La première est redevenue une junte militaire (avec la bénédiction de l’occident), la deuxième a été récupérée par les religieux dits « modérés », c’est à dire les forces les plus conservatrices, au sein de l’assemblée constituante tunisienne…
    Donc démocratie 2.0, ça pourrait faire un chouette jeu en ligne mais la réalité risque prochainement de faire très mal au c**.
    Je conseille vivement à tous les geeks d’inspirer une grande bouffée de réalité 1.0. Voici quelques saines lectures pour commencer :
    « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours a été l’histoire de la lutte des classes »
    http://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000a.htm

    1. Ne demande pas à un collégien d’avoir toutes les notions d’histoire « récente ». Le programme s’arrête avant le 20eme siècle si je me souviens bien en 3eme.
      Dans tous les cas un peu d’idéalisme fait du bien, après c’est aux « vieux » (est ce qu’on est vieux à 27 ans?) traduire ces belles idées en faits concrets et réels, de guider mais en gardant le même objectif.

    2. « Voyez comment ont fini les révolutions égyptiennes et tunisiennes dont certains ici nous rebattent les oreilles. »

      Elle ne sont pas finies.
      Je te rappelle qu’il a fallu un siècle un France pour passer de la monarchie à une république à peu près stable.

  4. le 2eme millénaire :) bon en même temps on a tous compris on s’en fou.
    Pareil pour les quelques approximations, mais c’est un collégien et l’un dans l’autre il est au dessus de la moyenne de la population adulte (si on peut comparer).

    C’est encourageant :)

    1. Comment ça moar ?
      Je veux des papiers informatifs moi, pas les états d’âme de Kevin (surtout quand il fait des jugements aussi fins que Serge Dassault en fait sur le modèle social français) !

          1. Et sinon, je considère reflets comme un journal indépendant qui a la (rare) liberté de choisir ses sujets. Et je trouve qu’un article comme celui là est même rafraîchissant. Peu importe son âge, ses propres entre en résonance avec ceux d’autres articles de reflets. Des sujets qui – moi en tout cas – nous intéressent, lecteurs de reflets. Qui es-tu pour demander ce que tu veux voir et ce que tu ne veux pas voir ici ? Si un article ne t’intéresse pas, pourquoi tu t’emmerde à troller quand même ? Tu estimes peut-être que tout le monde est de ton avis ? Ou que tout le monde devrait l’être ? S’il te plait, la prochaine fois passes ton chemin et disperse ton mépris ailleurs…

      1. Tu te rends compte quand même le caractère informatif de cet article ? On parle d’un collégiens qui a écrit ça, donc qui s’intéresse à tout ça.

        Un article qui présente la prise de conscience de la nouvelle génération, si c’est pas de l’informatif, je ne sais pas ce qu’il te faut.

  5. Trop mignon :)
    Je sais pas ce qu’il faut aux commentateurs qui critiquent… à 12-13 ans j’écrivais des trucs du genre, c’était truffé d’approximations et d’erreurs mais rempli aussi d’un vrai désir : vivre, penser autrement, rester vrai, fuir le conformisme, ne pas se laisser aliéner… C’est l’âge où on se prend en pleine gueule et en bloc les putasseries de la vie et de nos semblables. Si on écrit pas des trucs pareils étant ado, y a pas beaucoup de chances de se rattraper plus tard, encore moins de construire une réflexion et des pratiques valables. Et en effet, nos bons maîtres devraient en prendre de la graine, quelque chose me dit que ce lecteur jeune et inspiré n’est pas seul à ruminer des idées à faire table rase du passé ;)

    1. Ceux qui utilisent la connexion internet de papa-maman sont des « bots consentants » (néanmoins leur utilité reste non-négligeable) les vrais anon ils te rentrent ton imprimante dans le cul en 2 lignes de code ;]

  6. Salut,

    Je suis prof, j’enseigne en collège : j’ai une vision assez claire du niveau de réflexion moyen à cet âge là et franchement je suis impressionné !
    (ne serait-ce que le fait de faire des références à des oeuvres dans un texte : c’est un savoir-faire que très peu maîtrisent à cet âge)

  7. [quote]
    Nous sommes le produit de votre désir de contrôle des populations,
    Des imbéciles décervelés qu’on reprogramme selon les besoins de la nation,
    Malheureusement pour vous, toute production de masse comporte des ratés.
    [/quote]
    Tout est résumé dans cette phrase. Magnifiquement beau.

  8. ça me donne froid dans le dos de savoir qu’un collégien à écrit ce texte.

    Il y a beaucoup de références vers les sujets dont traite reflets mais rien n’indique qu’il y a eu une reflexion. Alors oui, ce texte n’est pas une analyse (qui impliquerait une confrontation avec les anti-thèse et l’étude des limites de la reflexion) mais à cette âge là, le risque est grand : à cette période de la vie on est un peu rebel, on est plus influencé par la société qui veut que l’on se « démarque ».

    Méfiance, car c’est aussi mauvais de se faire décerveller par les médias mainstreams que par reflets.info.

    1. Une partie de la société veut-elle qu’on se démarque, ou plutôt qu’on consomme les marques de la rébellion ?
      D’autres parties de la société veulent qu’on ne bouge pas de sa case, qu’on suive un parcours fléché par on ne sait qui… bla bla.
      Quoi que tu fasses, il y aura toujours un gros malin pour te démontrer par A + B que ce que tu fais est prévu, programmé, contrôlé. Ben tiens. Mickey Mouse is dead.

  9. ce que je constate dans les commentaires, est que certains ont oublier le simple plaisir de vivre, d’être un être humains libre…vous chipoté pour un âge, une appartenance à tel ou tel société qui vous as éduqué. Mais vous vous perdez ce qui est le plus simple et le plus noble pour être heureux et c’est triste

  10. Impressionnant !

    Pas le texte, non, juste le degré de réflexion.

    Si tous les collégiens ont une vision aussi claire des enjeux qui nous gouvernent, pas de doute, la société va forcément évoluer.

    Alors oui, forcément, à cet âge on est influençable mais qu’importe : vouloir faire évoluer la « monarchie » est toujours une bonne chose.

    My two cents.

  11. C’est très typique d’un collégien intelligent qui a lu quelques textes hors du canon scolaire habituel et qui n’est pas vraiment conscient de ce que le monde ne tourne pas autour de lui…
    C’est mignon et ça peut devenir intéressant s’il sort un peu de sa bulle en grandissant (mais il va prendre quelques claques dans le monde réel, c’est à peu près garanti – faut espérer qu’elles ne seront pas trop violentes).

  12. Oui bah c’est quand même très nombriliste comme texte, comme si les hacktivistes étaient les seuls à lutter pour un véritable démocratie. Les anti-capitalistes ça existe hein, et ils ont pas besoin d’une connexion internet pour lutter toute l’année.

  13. Beaucoup de naïveté, de contradictions, d’émotion, de désir (?) comme celles des premiers pas :)
    Quant à parler d’intelligence, cela me paraît un peu prématuré, non ?
    Collégien, un lien parmi d’autres, pour alimenter votre réflexion :

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/dupuis_deri_francis/esprit_anti_democratique/esprit_anti_democratique_texte.html

    Comme dans d’autres domaines, une première version (stable ?) reste à développer.

    Selon le point de vue adopté, la jeunesse peut être éphémère ou … non : question d’état d’esprit (en mouvement permanent).

    Bien au delà des visages, cordialement.

  14. LA GUERRE C’EST LA PAIX
    LA LIBERTÉ C’EST L’ESCLAVAGE
    L’IGNORANCE C’EST LA FORCE

    En résumé, une société hiérarchisée n’était possible que sur la base de la pauvreté et de l’ignorance.

    1984, George Orwell

  15. L’information n’est pas le savoir
    La compétence n’est pas le savoir faire
    L’avoir n’est pas le savoir être
    (des glissements sémantiques comme outil principal de la propagande moderne ?)

    Cette oblitération du savoir vise à couper l’être humain de sa fonction créatrice (comme modifier l’environnement physique vise à le couper de sa fonction reproductrice. La baisse de fécondité est un fait avéré, non ?) et à empêcher l’humanité de parvenir à une production concrète socialisable, de réaliser un saut évolutif (constats d’impuissance malgré la masse d’information dont on dispose).

    Par exemple, supprimer l’année de formation pédagogique dans la formation des maîtres (IUFM) vise à cela.

    Les stratégies frontales sont totalement dépassées car nous ne sommes plus « face à » mais « dans » : c’est comme de jouer aux échecs dans une partie de jeu de Go. Les stratégies virales ne fonctionnent pas car elles ne sont pas appliquées de façon critique (masse critique), quoique … Le FMI a qualifié récemment l’Argentine « d’imprévisible ».

    Un premier pas vers le retour à notre être originel (original :)) ?

    La Voie est ronde, en paix, large comme le vaste cosmos,
    Parfaite; sans la moindre notion de saisie ou de rejet.
    En vérité parce que nous voulons saisir ou rejeter
    Nous ne sommes pas libres.
    Le sage n’est pas lié à l’action,
    L’homme fou aime et s’attache lui-même à l’action.
    Ne courez pas après les phénomènes;
    Ne demeurez pas dans la vacuité.
    Si notre esprit demeure tranquille, il s’évanouit spontanément. ….
    Si nous demeurons aux deux extrémités (de la dualité),
    Comment pouvons-nous comprendre l’un?
    Si l’on ne se concentre pas sur l’originel,
    Les mérites des deux extrémités seront perdus.

    (Un extrait du shin jin mei, juste comme ça, pour se détendre, sans saisir, sans rejeter, comme une musique pour l’esprit)

    Bien au delà des visages, cordialement.

  16. sauf qu’il y a erreur sur les responsables incriminés dans le texte à savoir la monarchie. Les empaffés à mettre à genoux, ce sont ceux qui ont décapité la monarchie et sapé la rénovation des structures de la société française de l’époque, réformes qui étaient prêtes à être mise en place. Louis XVI et la noblesse de ligne avaient demandé à la philosophie des lumières de travailler sur ces réformes, en vue d’organiser la société afin qu’elle fut plus juste, équitable pour tous, et que chacun ait la liberté de vivre dignement: Seulement c’était sans compter sur les charognards de la cour, qui ne tenaient pas du tout à une équité quelconque, vu qu’ils auraient alors été dans l’obligation de s’asseoir sur leurs avantages et privilèges. Si bien qu’ils n’ont eu aucune difficulté à inventer auprès du peuple, que l’oppresseur, c’était le roi et les nobles de lignes. Le mensonge se perpétue depuis, entretenu par les descendants de ceux qui ont commis ces crimes, et qui sont toujours et encore au pouvoir. Le fait que l’on apprenne l’histoire du plus ancien au plus récent n’arrange rien.

  17. Trop d’optimisme tue l’optimisme.
    Les jeunes ne détiennent pas la clef de l’avenir car nos sociétés sont vieillissantes et composées majoritairement de personne nées au millénaire dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *