Universités et handicapés, un bonneteau à 30 millions

lolcat-bonneteauVous avez peut-être lu cet article aussi intéressant que sidérant du site Affordance.info : « Le cynisme est un métier. Et le grand n’importe quoi un projet politique« . En quelques lignes, voici l’histoire résumée. L’Etat va doter les universités d’une somme de 30 millions d’euros cette année afin qu’elles puissent payer des vigiles. Ceux-ci permettront (ou pas) de protéger les étudiants contre les terroristes. Le point intéressant réside dans la manière dont ces 30 millions seront financés. Voyez-vous, les universités payent des pénalités chaque année au Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIHFP) parce qu’elles n’embauchent pas assez de personnes handicapées. Mais l’Etat, bon prince, accorde une ristourne aux universités sur ces pénalités. Sauf que la ristourne, normalement, cette année, c’était fini. Et du coup, les universités allaient devoir payer 30 millions de pénalité. Sur ce, le ministère a eu une brillante idée… Les Universités n’auront pas à payer ces 30 millions, qui seront alloués au paiement des vigiles. Vous êtes paumés ? C’est fait pour. C’est un peu le principe du bonneteau, fut-il budgétaire…

L’article d’Affordance.info nous avait mis la puce à l’oreille et nous comptions jouer aujourd’hui au jeu de « j’appelle le ministère pour avoir leur avis ». Las… Libération a dégainé plus vite que nous. Que dit le ministère lorsqu’il est interrogé sur le bonneteau budgétaire ? On vous le donne en mille, rien d’intéressant. Ou presque. Vous allez voir :

«Cette décision nous a semblé la plus efficace et la plus immédiate, insiste le cabinet. D’autant qu’elle ne porte pas atteinte à l’emploi des personnes handicapées. Nous faisons par ailleurs des efforts permanents pour l’insertion de ces personnes»

Récolter une réponse qui ne dit rien auprès d’un ministère ou d’une entreprise, c’est classique. Mais ne pas commenter ce vide, c’est plus difficilement compréhensible, sauf lorsque la place manque. Nous avons donc téléphoné au service de presse du ministère de Najat Vallaud-Belkacem.

– Allo, c’est Reflets.info. On vous appelle à propos des 30 millions pour les vigiles des universités…

– Ah, oui, c’est pour ça… Alors il faut que ce soit le cabinet qui réponde. Quelle est votre deadline ?

– Ce soir.

– Envoyez-nous un mail, on vous répondra très vite.

Le coup du mail, on nous l’avais déjà fait. En juin les services du premier ministre n’avaient pas répondu à nos questions sur IOL. Plus tôt, c’est le ministère de la défense qui nous avait menés en bateau (de guerre) pendant des lustres pour, in fine, ne pas répondre.

Ce soir, nous attendons toujours une réponse à notre mail que voici :

Madame, monsieur,

comme convenu par téléphone, je vous adresse ce mail pour obtenir des
éclaircissements sur les déclarations du cabinet de Madame la ministre
au journal Libération :

«Cette décision nous a semblé la plus efficace et la plus immédiate,
insiste le cabinet. D’autant qu’elle ne porte pas atteinte à l’emploi
des personnes handicapées. Nous faisons par ailleurs des efforts
permanents pour l’insertion de ces personnes»

http://www.liberation.fr/france/2016/09/05/universites-quand-le-budget-pour-l-insertion-des-handicapes-sert-a-embaucher-des-agents-de-securite_1484418

J’ai bien compris que l’affectation de 30 millions à des mesures de
protection des universités contre les attentats résultait d’une
opération comptable (30 millions que les universités auraient dû payer
cette année en pénalités, mais qu’elles seront dispensées de payer).
Toutefois, ces 30 millions, s’ils avaient été payés par les universités
auraient bien été affectés à l’emploi des personnes handicapées, me
semble-t-il. Cette « soustraction » de 30 millions semble, a priori,
« porter atteinte à l’emploi des personnes handicapées ». Pourriez-vous
m’éclairer sur ce point ?

Car finalement, dans les propos du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, le point intéressant c’est que ce bonneteau budgétaire semble animé d’une magie particulière. Les 30 millions que ne seront pas versés au FIHFP n’auront aucune incidence sur les investissements potentiels du fonds pour l’aide aux personnes handicapées.

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

7 thoughts on “Universités et handicapés, un bonneteau à 30 millions”

  1. et le pire c est que recruter des vigiles ne sert a rien !
    Un vigile c est par definition non armé : que va t il faire face a une AK47 ou meme un camion fou (ou meme les armes de la police municipale n etaient pas assez puissante pour abattre le tueur)

  2. J’ai lu le blog affordance.info, et j’ai adoré le style du rédacteur, bien meilleur que la version expurgée qui est parue dans Libé.

    Et j’ai aussi apprécié la confirmation intrinsèque apportée par le ministère de l’éducation, pour qui aurait eu des doutes sur le cynisme en question.
    Elle est très libertarienne/néocon cette réponse, dans le style « ben oui, quoi, yavait un connerie dans le principe, alors nous avons entériné la connerie, nettement plus facile que la corriger (après tout, ces povtypes d’handicapés, OSF, et en plus cela se fait depuis longtemps, vous vivez dans un monde de bisounours ou quoi ?) ».

    « Et pis c’est juste provisoire » (juste pour le prochain millénaire).

  3. Vous êtes mauvaise langue, ils peuvent embaucher des vigiles handicapés pour gagner sur les deux tableaux !

    Ceci dit, me voilà rassuré, les universités vont assurer leur propre protection contre le terrorisme.
    Et moi qui pensait bêtement que le maintien de l’ordre public, et donc la lutte contre le terrorisme, tombait plutôt sous la coupe budgétaire du ministère de l’intérieur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *