The Bush policies : des mercenaires pour lutter dans le cyber espace

A mettre constamment un pied devant l’autre sur le chemin de la bêtise, on parvient assez vite au bord du gouffre de la connerie. C’est visiblement ce que fait Michael Hayden, ancien patron de la CIA et de la NSA l’un des inspirateurs de la politique étrangère de George Bush. Pour lui, il conviendrait de créer une entité privée, une sorte de « Digital Blackwater », pour lutter sur Internet.

Michael  Hayden ne s’exprimait qu’en son nom propre puisqu’il a été remercié par Barak Obama. Mais on imagine que son idée n’est pas sortie de nulle part et qu’elle pourrait bien faire son chemin dans l’esprit de dirigeants qui ne comprennent rien à la technique (ce n’est pas leur métier). D’autant que Barak Obama ou pas, les Etats-Unis font toujours énormément appel au secteur privé pour mener leurs guerres.

 

En voilà donc une idée qu’elle est bonne. Lorsque l’on sait à quel point les mercenaires de Blackwater ont dérapé au cours des années durant lesquelles le gouvernement américain lui a délégué des actions de guerre.

Selon  Michael Hayden, le secteur privé a horreur du vide et il devrait donc bientôt proposer ce type de services. A croire qu’il n’a pas lu tous ses dossiers lorsqu’il était à la CIA et à la NSA. Mais peut-être voulait-il simplement préparer les esprits alors que les informations sur une très contestable implication d’entreprises privées (HBGary, Palantir, Narus, etc.) dans des opérations pour le compte du gouvernement américain filtrent chaque jour un peu plus.

Autre petit souci, les mercenaires, on l’a vu avec Blackwater ne sont pas soumis aux mêmes « règles » que les militaires. Il en serait probablement de même avec le cyber espace. Or si un combattant décide qu’il n’y a plus de règles, on sort du combat de coqs pour entrer dans le combat de survie.

Image : http://ufc-mma.skyrock.com/

Il n’y aurait donc plus de limites. Si Lulzsec/Anonymous a foutu la trouille aux autorités, on imagine assez facilement ce que donnerait un combat sans limites sur les réseaux.

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

5 thoughts on “The Bush policies : des mercenaires pour lutter dans le cyber espace”

    1. Les boites DPI c’est de l’edition de logiciel. Ce qui nous est proposé, ce sont des hackers mercenaires.

      Un peu la difference entre un constructeur de fusil d’assault, et les mercenaires angolais utilisés par Qaddafi.

  1. Soit, le gouvernement américain emploie des entreprises privées pour faire son sale boulot sur la toile et on peut effectivement tracer un parallèle avec les divers mercenaires qui se sont illustrés en Iraq.
    Mais là où la métaphore s’arrête (ou s’étend), c’est que Blackwater et autres sont des anciens de l’armée et par conséquent, bien entrainés. Alors que Palantir, HBGary et Cie sont également à l’image des gens qui les emploient: une belle bande de brêles. (Hellooooo… Kibafo33)

    Je dis pas qu’il s’agit là d’une raison pour les ignorer, au contraire, il faut garder un oeil sur eux et c’est toujours une bonne chose de voir un article comme celui-ci diriger une lampe sur leurs manigances.

    Peut-être qu’à l’avenir, ces groupes finiront par apprendre de leurs erreurs et par devenir réellement efficace.
    Peut-être que ce genre d’organisation finira par devenir un refuge de blackhats en quête de légitimation.
    (Peut-être est-ce déjà le cas?)
    Ou peut-être que la cupidité (et le principe de Peter) finira encore et toujours par l’emporter et la connivence entres gens haut-placés nous assurera que seuls les plus incompétents restent à la tête de ces cybermercenaires.

    Ça fait beaucoup de peut-être mais ce dont je suis sûr (et je peux me tromper) c’est qu’il n’y a pas grand chose à craindre de ces cyberfanfarons dont le seul but est de jouer les sous-traitant et de s’en mettre plein les poches en faisant croire qu’ils savent ce qu’ils font.

    Et ce dont je suis également sûr c’est que quoi qu’ils tentent, des groupes comme Wikileaks ou Anonymous ne seront jamais loin derrière pour leur mettre une belle fessé.

  2. A propos de BlackWater :
    Quand McAFee dit « Attention la chine vous cyber-attaque » c’est pas comme si Blackwater disait « Attention Al qaedda section Corée du Nord prépare des attaques terroristes » ?

    Mais par contre les articles pleuvent dans la presse sans aucune prise de distance. Ca m’étonnera toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *