Lafarge : son béton, sa collaboration avec l’Etat Islamique, sa mise en danger de ses employés… Toute une histoire

Mardi 14 novembre, des perquisitions ont été menées chez Lafarge, producteur de béton, à Paris et à Bruxelles. Le groupe est soupçonné d’avoir versé de l’argent à des milices en Syrie, dont l’Etat Islamique, pour
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

3 thoughts on “Lafarge : son béton, sa collaboration avec l’Etat Islamique, sa mise en danger de ses employés… Toute une histoire”

  1. Le jargon corpo est bien reconnaissable : « un environnement de travail certain et sûr » en parlant de la Syrie en 2013, cela ne manque pas de cynisme.

    Il n’est même pas évident que les pontes de Lafarge se rendent compte de l’incongruité de leurs déclarations : le fric calme beaucoup les scrupules, et après tout ce n’étaient que des ratons. Par contre, les expats sont rapatriés, faut pas dec non plus.

    Le reste de la description crue de ce qui s’est passé au moment des attaques (avec, en cerise sur le gâteau, les sanctions aux employés) n’est même pas nécessaire, c’était évident et classique des comportements habituels féodaux des corporations.

  2. Dans le monde (le journal), il etait ecrit que le ministere des affaires etrangeres incitait lafarge a rester probablement afin de permettre des opérations sous couverture de la DGSE (genre envoyer quelqu un officiellement charge de la cimenterie mais officieusement en charge de tout autre chose) . Evidement on va jamais trouver une trace ecrite de ce type d action mais ca expliquerait pourquoi Lafarge avait le blanc sein de l etat francais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *