La démocratie en action

Souvenez-vous… C’était hier. Les démocraties occidentales saluaient le printemps arabe. N’est-ce pas tout simplement magnifique, ces peuples qui se regroupent dans la rue, avec une seule idée en tête : la démocratie ? N’est-ce pas merveilleux de voir un peuple réuni par l’envie d’exercer réellement le pouvoir, qui fait preuve d’une grande retenue, qui est pacifique face aux matraques du pouvoir ? Combien de dirigeants des pays occidentaux ont salué ces mouvements ? Presque tous.

Et voilà qu’aujourd’hui, le peuple est dans la rue en Espagne (et en Grèce). Voilà qu’il campe sur les places des villes du pays, demandant plus de démocratie, une démocratie réelle qui aurait un petit quelque chose de différent d’une oligarchie.

Il campent et ils attendent que le pouvoir bouge.

Et le pouvoir ne bouge pas. Car remettre en cause l’oligarchie, c’est un souci. Cela mettrait à mal un système. Un système dans lequel le peuple n’est pas considéré comme autre chose qu’une « ressource ». Quelque chose qui fait tourner la machine. Le produit de la machine, quant à lui, va aux membres de l’oligarchie.

Et puis ça dure. Le peuple continue de camper. Il réfléchit, même. Et il crie haut et fort ses idées pour une démocratie réelle. Alors le pouvoir prend peur. Mais dans une oligarchie déguisée en démocratie, on ne peut pas tirer sur la foule. On ne peut pas charger à grands coups de matraques. Alors ont annonce que les places occupées sont sales. Qu’il faut faire un grand nettoyage. A grands coups de machines à envoyer de l’eau sous pression (on ne peut pas citer les marques il parait).

Mais le peuple ne veut pas bouger.

Alors on envoie les CRS. Et ça tape. Ça tape sur les des gens assis les bras levés pour exprimer qu’ils sont là en paix. Ça tape sur les journalistes qui filment. Les balles en caoutchouc fusent.
 


 

C’est ça la démocratie en action. Une action commandée par ceux-là mêmes qui exprimaient leur soutien aux peuples arabes, au point même d’envoyer des avions bombarder le méchant colonel Kadhafi que l’on recevait en grande pompe quelques temps plus tôt.

Mais enfin, on n’est pas à une contradiction près, on est décomplexés.

Puisque tout cela se passe en Espagne, pays cher à mon coeur, je vais vous donner à lire un texte écrit par Dolores Ibárruri (en photo d’illustration de cet article), en 1936 :

¡Obreros! ¡Campesinos! ¡Antifascistas! ¡Españoles patriotas!… Frente a la sublevación militar fascista ¡todos en pie, a defender la República, a defender las libertades populares y las conquistas democráticas del pueblo!…

A través de las notas del gobierno y del Frente Popular, el pueblo conoce la gravedad del momento actual. En Marruecos y en Canarias luchan los trabajadores, unidos a las fuerzas leales a la República, contra los militares y fascistas sublevados.

Al grito de ¡el fascismo no pasará, no pasarán los verdugos de octubre!… los obreros y campesinos de distintas provincias de España se incorporan a la lucha contra los enemigos de la República alzados en armas. Los comunistas, los socialistas y anarquistas, los republicanos demócratas, los soldados y las fuerzas fieles a la República han infligido las primeras derrotas a los facciosos, que arrastran por el fango de la traición el honor militar de que tantas veces han alardeado.

Todo el país vibra de indignación ante esos desalmados que quieren hundir la España democrática y popular en un infierno de terror y de muerte.

Pero ¡NO PASARÁN!

España entera se dispone al combate. En Madrid el pueblo está en la calle, apoyando al gobierno y estimulándole con su decisión y espíritu de lucha para que llegue hasta el fin en el aplastamiento de los militares y fascistas sublevados.

¡Jóvenes, preparaos para la pelea!

¡Mujeres, heroicas mujeres del pueblo! ¡Acordaos del heroísmo de las mujeres asturianas en 1934; luchad también vosotras al lado de los hombres para defender la vida y la libertad de vuestros hijos, que el fascismo amenaza!

¡Soldados, hijos del pueblo! ¡Manteneos fieles al gobierno de la República, luchad al lado de los trabajadores, al lado de las fuerzas del Frente Popular, junto a vuestros padres, vuestros hermanos y compañeros! ¡Luchad por la España del 16 de febrero, luchad por la República, ayudadlos a triunfar!

¡Trabajadores de todas las tendencias! El gobierno pone en nuestras manos las armas para que salvemos a España y al pueblo del horror y de la vergüenza que significaría el triunfo de los sangrientos verdugos de octubre.

¡Que nadie vacile! Todos dispuestos para la acción. Cada obrero, cada antifascista debe considerarse un soldado en armas.

¡Pueblos de Cataluña, Vasconia y Galicia! ¡Españoles todos! A defender la República democrática, a consolidar la victoria lograda por el pueblo el 16 de febrero.

El Partido Comunista os llama a la lucha. Os llama especialmente a vosotros, obreros, campesinos, intelectuales, a ocupar un puesto en el combate para aplastar definitivamente a los enemigos de la República y de las libertades populares. ¡Viva el Frente Popular! ¡Viva la unión de todos los antifascistas! ¡Viva la República del pueblo! ¡Los fascistas no pasarán! ¡No pasarán!

Bien sûr, elle luttait contre des fascistes. Et tout le monde l’aura compris, on est en démocratie maintenant. D’ailleurs… Les Espagnols ne viennent-ils pas de voter et de se choisir un parti de droite tout à fait librement pour les gouverner ? #toutvabien

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


16 thoughts on “La démocratie en action”

  1. Il est vital de faire tourner ce type d’images pour que tout le monde soit au courant. En effet, ce que l’on voit dans la vidéo est aux antipodes de ce qui est autorisé en démocratie et il est important que les gens en prennent conscience. De plus, bien que ne connaissant pas les lois espagnoles en matière de maintien de l’ordre, cela m’étonnerait que le fait de frapper à coups de matraques et sans raison des gens assis qui n’opposent aucune résistance violente puisse être justifié légalement. Si c’est illégal et que la population s’en indigne, les policiers seront montrés du doigt et sanctionnés et ce du fait que les politiciens, dans le contexte actuel de sur-médiatisation des évènements, sont obligés de ménager la chèvre et le chou s’ils espèrent subsister.Cela fera réfléchir les policiers espagnols sur les valeurs qu’ils sont censés défendre et sur l’iniquité du système qu’ils représentent actuellement.
    La réflexion, c’est important..

    PS: Y a t il une traduction du texte ci dessus pour ceux qui ne captent rien en espagnol ?

  2. Cette vidéo est une excellente démonstration de ton texte mais aussi, hélas, la confirmation de ce qu’on pouvait supposer qu’arriverait si Tahrir était en Europe.
    Aujourd’hui, demain, ce sera le tour de la France. Avec Guéant aux commandes des toutous à matraque, l’ordre règnera t’il?

  3. Ces images sont écoeurantes. L’acampada a été exemplaire pendant ces deux semaines. Pas de débordement, une organisation responsable, une ambiance presque studieuse. J avais trouvé ça plutôt bien pour des gens passablement désespérés par la situation dans laquelle ils se trouvent, histoire de montrer aux corrompus qui gouvernent l’Espagne que les jeunes espagnols ne juraient pas que par le foot et les botellones (apéros facebook locaux)…
    Je crains qu’ils ne jurent bientot plus que par la rebellion et les pavés. En tout cas, je serai à Plaça Catalunya cet après midi.

  4. la verite c’est que les jeunes reunis sur la Place de Cataluña a Barcelone ont ete frappes durement par la police espagnole. les jeunes n’ont pas repondu aux attaques de la police. ils n’ont rien fait. ils ont fait un mouvement pacifique, ils ont meme offert des fleurs a la police. ça m’etonne qu’ils disent qu’il y a des policiers blesses, c’est pas vrai. en ce moment il y a plus de 90 jeunes blesses. c’est une honte………… que tout le monde sache qu’en Espagne nous n’avons pas de Democratie, c’est une Dictature deguisee de Democratie. j’ai grandi a Paris et quand je suis revenu en Espagne Juin 1968 j’ai lutte contre le regime de Franco pour une Democratie en Espagne en ce moment j’ai honte de mon pays a cause des images que j’ai vu ce matin contre ces jeunes qui sont entrain de faire une revolution pacifiste.

  5. Si vous manifestez, faites attention aux casseurs (et autres black blocks).

    Ils serviront de prétexte pour durcir le régime, quand bien même, ces casseurs seraient contre le pouvoir en place.

    Si l’on comprend que les commerçants doivent avoir peur pour leurs biens, au lieu que l’on comprenne que le mécontentement à un rapport avec la politique du pouvoir en place alors, les manifestations pourront servir de prétexte pour priver la population de certaines libertés.

    Sans le soutient d’une majorité (ou d’une forte minorité), on ne fait rien.

  6. « French-revolution »
    Haha, j’ai bien ri.
    Bah ouai, on veut jouer au durs, c’est une révolution, faut pas s’attendre à ce que les gens qui défendent le système se laisse faire.

    Les mêmes qui veulent faire la « révolution » (c’est pas moi qui utilise le mot) utilisent les moyens qu’ils décrient tant, c’est à dire le modèle politique en place, pour se plaindre de ce même modèle. C’est beau.

    Je me permet de citer wiktionnaire dans sa cinquième définition du mot révolution:
    « 5. (En particulier) (Politique) Renversement brusque d’un régime politique par la force. »

    Les premières définitions auraient pu aussi être utilisée:
    « 2. (Figuré) Changement qui arrive dans les choses du monde, dans les opinions, etc. »

    Mais jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas la majorité en France qui va faire des sortes de picnics géant à base de slogans totalement vides de sens appelés révolutions par les gens qui y sont.

    Désolé, fallait pas s’attendre à autre chose que des crs, il doit rester des pansements à la pharmacie si ils vous ont un peu bousculé.

  7. Et que se passerait-il si chaque manifestant frappé allait porter plainte contre la police dans un commissariat (vidéo à l’appui) ? Voire directement à la mairie ou à la sortie du parlement si le commissariat refuse de prendre la plainte…

    Il faut absolument faire circuler ce genre d’images pour que les gens prennent conscience de ce qui se passe et réagissent !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *