Fail publicitaire ou opération délibérée ?

Les rapports entre la presse et la publicité sont complexes. Depuis toujours. Comment afficher sur la même page un article désagréable sur telle ou telle entreprise (par exemple) et une publicité payée par la même entreprise ? Quand tout va bien, la rédaction pourra tirer un trait sur ces revenus de pub et préfèrera l’article. En des temps plus difficiles, où les lecteurs viennent à manquer, comme la publicité, la rédaction (ou plutôt la direction du journal) préfèrera la publicité et propulsera l’article dans le « marbre », c’est à dire, les trucs que l’on a sous le coude et que l’on passera plus tard. Peut-être jamais d’ailleurs.

Et puis il est venu le temps d’Internet. Là, plus personne ne contrôle plus rien. Ou plutôt si. Les centrales qui affichent la pub sur les pages des media en ligne. Et l’on arrive à ce genre der situation cocasse :

Situation dans laquelle est associé un article avec une photo du président bling-bling et une publicité pour Marque dont on sait que le président de sa république est friand.

D’autant que son conseiller en communication Jacques Séguéla avait expliqué que si à 50 ans tu n’as pas ta Rolex, c’est que tu as un peu raté ta vie…

En outre, cet affichage de publicité pour ma pomme (je suis abonné au Monde.fr) est une assez bonne démonstration du plantage total en matière de publicité ciblée vantée par les gourous du Web. Je n’ai jamais eu de Rolex, je n’en aurai jamais et mon profil est assez facile à établir vu ma présence sur ce réseau depuis son apparition.

Bref, un affichage de pub pour rien. Enfin si, pour démontrer que la presse mérite mieux et que la pub s’adresse à n’importe qui, n’importe comment.

 

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

1 thought on “Fail publicitaire ou opération délibérée ?”

  1. Je pense que les médias devraient faire partie des services régaliens de l’Etat. Entre les mains des personnes privées, ils sont soumis à la quête du profit et de ce fait, les informations sont fonction de ce que les gens veulent lire et non des faits qui se sont passés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *