Et alors ? Je suis chez moi !

Nous publions ci-dessous une lettre signée François F. adressé à la rédaction de Reflets.

Chères journalopes anarcho-gauchistes,

Je lis ici ou là que je porterais des costumes à plusieurs milliers d’euros offerts par un ami. Et alors ? Je porte ce que je veux chez moi ! Je vous demande moi pourquoi vous portez vos pulls élimés si typiques des journalistes ? Je demande aux femmes dans mes meetings si elles n’ont pas honte de leurs jupes longues, de leurs chemisiers ? Je lis ailleurs que mes enfants m’auraient reversé une partie de leurs indemnités lorsqu’ils étaient salariés comme assistants parlementaires. Et alors ? Mes enfants font ce qu’ils veulent de leur argent et moi aussi. Si je veux profiter de ces sommes pour retaper ma petite masure à 750.000 euros, qu’est-ce que cela peut bien vous faire ? Je suis chez moi, non ?

J’entends que je ne respecterais pas ma propre parole parce que j’aurais dit que je ne me présenterais pas si j’étais mis en examen… Et alors ? Quand bien même j’aurais dit ça, ce qui n’est absolument pas prouvé, à part dans les fake-news propagées par la gauchiasse qui a mené notre pays au chaos, je fais ce que je veux et je dis ce que je veux devant mes micros. Je suis encore chez moi, non ? Ce sont MES micros. On paye bien assez cher nos salles de meeting et leur sonorisation !

A propos de gauchiasse… Notez qu’en effet, le pays est au bord de l’abîme. Le chaos, je vous dis. Et vous, les journalopes crypto-communistes, vous laissez croire que non, que tout va à peu près bien, que l’on peut s’en sortir. Mais pas du tout. Le peuple a le droit de savoir. Savoir qu’on est au bord de l’apocalypse. Je ne vois pas pourquoi il saurait ce que je fais chez moi, avec mon argent, mes costumes. C’est ma vie privée. Mais il doit savoir que c’est bientôt la chute. Oui, j’avais prévenu quand j’étais aux commandes, le pays est en faillite et ça ne s’est pas amélioré depuis, sachez-le. Je sais, j’ai un peu merdé sur la dette pendant que je dirigeais la France, mais c’est une erreur de jeunesse, promis, je ne le ferai plus.

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

Et pour ça je compte bien filer un choc de compétitivité à grands coups d’austérité. Il faut ce qu’il faut. Certains vont souffrir ? Et alors ? Je suis chez moi, non ? C’est mon pays, oui ou non ? Je fais ce que je veux. Et croyez moi, ce choc, c’est une méthode éprouvée.

J’entends que des gens qui font profession de commenter les propos des politiques disent que ma douce et tendre Penelope n’aurait même pas été au courant qu’elle était salariée comme assistante parlementaire. Et alors ? C’est ma femme, oui ou non ? Je fais donc ce que je veux avec son compte en banque.  Notez que c’est beau de recevoir un salaire pour de simples commentaires, les journalopes ont un beau métier… Moi aussi je peux commenter tout et n’importe quoi, on ne me paye pas pour autant pour ça.

Je lis que ce que l’on me reproche confisquerait la campagne. Que l’on ne pourrait plus parler du fond. C’est vrai. Et alors ? D’une part ceux qui me suivent sont des croyants. Si, si. Ils croient en moi. Les reproches que l’on me fait coulent sur eux comme l’eau sur les plumes d’un canard et c’est un chasseur qui vous parle. Oui, j’ai des vestes de chasse faites sur mesure. A la mesure d’un chasseur de canards musqués. D’autre part, si les journalopes ne me faisaient pas tous ces reproches, on pourrait parler d’autre chose. Notez que ça ne m’arrangerait pas mais pourquoi pas… Mon attachée de presse me souffle dans l’oreillette que ça fait partie de mon boulot de parler du fond, quitte à raconter n’importe quoi. M’en fous, tant que je suis payé, je fais ce que l’on me demande. Si tant est que ce n’est pas trop fatiguant.

Je m’étonne par ailleurs des cris d’orfraie : il parait que mon programme achèvera les plus démunis. Et alors ? Ils n’avaient qu’à gagner de l’argent ces cons-là. Est-ce que je suis démuni moi ? Non. Qu’est-ce qui les empêche de ne pas l’être ? Ils sont sans doute aussi fainéants que les journalopes de la gauchiasse qui passent leur temps à baver sur moi contre un salaire tout à fait confortable. Et puis, une fois encore, je serai chez moi à l’Elysée, oui ou non ? Je fais ce que je veux.

Ça ne vous plaît pas ?

Et alors ?

 

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

3 thoughts on “Et alors ? Je suis chez moi !”

  1. Gauchiasse, journalope, j’ajoute tout cela à mon dico car le correcteur orthographique proteste (ziva tareum, cépadlaballe).
    Alors comme cela vous êtes payés ? J’ai entendu dire que c’était avec modération. Le keum en question n’a donc vraiment aucune raison de vous prêter attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *