Comment le gouvernement US bannit Kaspersky pour l’erreur d’un de ses agents

L’histoire rapportée par le Wall Street Journal est très étrange, voire surprenante. Imaginez que l’une des meilleures entreprises de logiciel antivirus au monde soit interdite dans la plus grande démocratie libérale qui soit : les
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

3 thoughts on “Comment le gouvernement US bannit Kaspersky pour l’erreur d’un de ses agents”

  1. Kaspersky ? Tiens, bonne idée : Bitdefender me provoque une inflammation des ganglions quasiment depuis l’instant ou je l’ai installé (comme à tout le monde, il semble). Et il ne finira sûrement pas l’année.

  2. Je dois avouer que depuis l’annonce du « boycott » de Kaspersky, je me suis empressé d’installer leur solution antivirus, la sortie de leur solution gratuite aidant :)

  3. Peut on blamer Kapersky d avoir informé les services russes ?
    Ils sont russes, ont besoin au minima de la neutralité de l etat russe (meme si on est plus a l epoque de Staline, etre dans le viseur des services n est pas bon pour la santé ). Ils avaient toutes les raisons de collaborer.
    Et si on aurait un anti virus francais, je suis sur que celui ci aurait prevenu la DGSE (et aurait ete felicité pour son patriotisme). Idem avec Norton et la NSA …
    On arrive au problème géneral de souveraineté et le danger a avoir une partie de son infrastructure qui intègre des composants venu de l etranger. Que ca soit l anti virus, le systeme d exploitation (windows au ministere de la defence) ou des routeurs huawei (dont le createur etait colonel dans l armée chinoise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *