Une saison blanche et sèche : toute ressemblance avec…

Image CC - by Seamus Kearney
Image CC – by Seamus Kearney

« Chez nous, quand un homme se fait ramasser par la Section Spéciale, nous parlons de lui au passé. C’est tout. ».

C’est comme ça que cela se passe à Soweto, sous l’Apartheid : la Section Spéciale traque la population à la recherche de dissidents politiques et de meneurs d’émeutes.

Moitié fiction, moitié reportage, ce roman raconte la descente aux enfers de Ben du Toit, professeur blanc de l’une des meilleures écoles Afrikaner de Johannesburg.

L’histoire commence par la fin, Ben du Toit est amaigri, nerveux, paranoïaque. Au bout d’à peine quelques pages, il meurt renversé par une voiture.

L’auteur remonte alors le temps et nous parle de la mort de Jonathan Ngubene, un jeune Noir du quartier de Soweto. Puis de la disparition de son père, Gordon, arrêté en pleine nuit par la police Sud-Africaine. Il nous explique la manière dont ces disparitions sont mêlées, les méthodes brutales utilisées par la police locale, protégée et encouragée par le gouvernement en place. Violence et abus de pouvoir. Descentes nocturnes. Gaz lacrymogènes. Tortures.

En tant que blanc, Ben du Toit bénéficie de certains privilèges, dont notamment celui de discuter avec les autorités. Ben est un ami de la famille Ngubene et bien que confiant dans le système judiciaire de son pays, le doute s’installe dans son esprit au fil des pages. Il ne croit plus à la mort accidentelle de Jonathan. Il ne comprend pas pourquoi son père Gordon a été arrêté. Ni pourquoi il se serait suicidé en prison. Plus il essaie de comprendre ce qui s’est réellement passé, plus la pression de la Section Spéciale se fait sentir.

S’en suit alors toute une série de première fois pour lui :

Première fois que son courrier est ouvert ou censuré. Première fois que son téléphone est mis sur écoute. Première fois que sa maison est perquisitionnée. Première fois que ses collègues sont interrogés à son sujet…

« Pourquoi cela devrait-il vous déranger ? Je suis certain que vous n’avez rien à cacher… »

André Brink (1935-2015) était un romancier Afrikaners engagé dans la lutte contre l’Apartheid. Confronté à la censure, « Une saison blanche et sèche » fut interdit en Afrique du Sud dès sa parution.

Twitter Facebook Google Plus email


2 thoughts on “Une saison blanche et sèche : toute ressemblance avec…”

  1. Effectivement, hormis, le côté disparition, pour l’instant ?!

    Toute ressemblance avec un pays ou des personnes existant ou ayant existé – ( autre que l’Afrique du sud ) – serait purement fortuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *