Un communiqué de Mediapart, de Fabrice Arfi, Karl Laske et Edwy Plenel

(Publié ce matin, 1er mai 2012, sur Mediapart)

Nous apprenons avec stupéfaction que Monsieur Nicolas Sarkozy aurait déposé plainte contre nous en saisissant le Procureur de la République de Paris d’une plainte visant des faits de faux et usage de faux, recel et diffusion de fausses nouvelles. Cette démarche exceptionnelle vise à contourner la procédure spéciale prévue par la loi sur la presse. On le comprend mieux ainsi. Une procédure du chef de diffamation aurait exigé un débat public devant le Tribunal correctionnel ainsi que la production des preuves et des témoins, ce que, manifestement, M. Nicolas Sarkozy ne veut pas.

Il a préféré, avec le concours du Procureur de la République, placé sous son autorité, faire le choix d’une procédure secrète, à l’abri, qui vise à intimider les journalistes dans l’exercice de leur mission constitutionnelle d’information du public.

Les citoyens apprécieront la rapidité avec laquelle le ministère public aura prêté son concours pour ouvrir une enquête préliminaire sur des faits intéressant ès qualités le candidat à l’élection présidentielle en 2007 alors qu’il s’obstine depuis des mois, malgré l’ampleur de nos révélations répétées, à refuser d’enquêter sur un possible financement illicite de la campagne présidentielle de M. Nicolas Sarkozy en 2007.

Il s’agit d’un processus rigoureusement identique à celui que nous avons connu dans l’affaire Bettencourt. Au passage, une telle procédure permet de contourner la loi protégeant le secret des sources des journalistes. Ces procédés portent la marque du régime.

Nous réaffirmons avoir effectué un travail sérieux, en toute indépendance et avoir respecté nos obligations déontologiques.

Aucune procédure, ni aucune manœuvre, ne nous empêchera de contribuer au débat public par la publication d’informations au cœur du fonctionnement de notre démocratie.

Ni la communauté professionnelle des journalistes ni l’ensemble des citoyens ne peuvent accepter pareille mise en cause de la presse et de ce qu’elle révèle.

Paris, lundi 30 avril 2012
Twitter Facebook Google Plus email

31 thoughts on “Un communiqué de Mediapart, de Fabrice Arfi, Karl Laske et Edwy Plenel”

  1. Il ne faut RIEN lâcher, rien de rien. La vérité doit faire jour, et la Justice son travail, sinon, c’est la preuve que ce pays n’a plus le nom de République qu’accolée au terme Bananière.
    Les citoyens de ce pays en ont plus que marre de cette incurie, enfin presque, il y en a environ 45% qui rêvent qu’on les mène par le bout du nez vers l’abattoir en leur chantant des contines

  2. « une telle procédure permet de contourner la loi protégeant le secret des sources des journalistes »

    La loi de protection des sources.

    Si tu portes plainte pour diffamation, les journalistes n’ont pas obligation de donner leurs sources, et c’est en correctionnelle.

    Là, c’est une plainte pour usage de faux. Donc, c’est un procureur de la République parce que c’est pour « faux et usage de faux, recel et diffusion de fausses nouvelles », et que Sarkozy sait très bien pourquoi il demande cette procédure.

    « Cette démarche exceptionnelle vise à contourner la procédure spéciale prévue par la loi sur la presse »

    Oui : puisque comme précisé, pas de Tribunal correctionnel, donc pas de témoins à ni preuves à fournir.

    Un procureur est sous l’autorité du ministère de la Justice…

    Quant au peuple qui « laisse ça » : je te signale que depuis 5 ans, le peuple a laissé des dizaines de lois liberticides passer, des réformes avec lesquelles il n’était pas d’accord : mais quel choix a le peuple si ce n’est de « dire qu’il est pas content » et d’aller se faire foutre par le pouvoir en place ?

    Si tu as des réponses à ce niveau là, je suis preneur…

    3 millions de personnes dans les rues contre la réforme des retraites, 60% de la population soutenant le mouvement, même de grèves : résultat ? Allez-vous faire foutre…

    C’est chouette les élections, hein ? Ca motive un maximum…

    1. Sauf que la il se servent d’un papier ecrit en arabe provenant de la lybie.
      Donc, en diffamation (comme ils motivent leur article), en diffamation, il ne peuvent pas etre condamné.
      Donc, comme il y a une preuve, je le vois mal attaquer pour autre chose que « faux ».
      Et puis en balancant un papier, s’il est faux, leur source se rend bien coupable de quelque chose.

      Mediapart fait ensuite comme si la date de publication etait neutre (on est en plein entre deux tours), pas etonnant qu’on demande au parquet de s’activer. Mediapart a une manière de jouer au naif qui ne renforce la credibilité que j’aurais envie de leur donner.

          1. La diffamation ne consiste pas a ecrire des choses fausses, mais à avoir de mauvaise raisons d’ecrire ce que l’on ecrit, ce qui n’est pas le cas ici car le papier qui leur permet d’accuser Sarkozy est un element de preuve (s’il est juste)

    2. Quand quelqu’un estime que l’autre use de faux et diffuse de fausses nouvelles, je ne vois pas très bien pourquoi on lui reproche d’attaquer pour « faux et usage de faux, recel et diffusion de fausses nouvelles ».

      1. Oui en fait, mediapart reproche a Sarkozy de ne pas les attaquer pour quelque chose pour lesquels ils ne peuvent pas etre condamnés (la diffamation) afin d’inverser les roles et de pouvoir faire le proces de celui qui engage la plainte.

        Dans ces conditions, il y aurait effectivement matière à etre « stupefait » d’une plainte de Sarkozy (a une semaine d’une election), sachant tout de meme qu’on lui reprocherait tout autant une absence de plainte.

        Si l’on est dans la position de Sarkozy et comme tu l’as dit plus haut, si l’on considere qu’un document est faux et qu’on l’utilise, alors c’est pour ça que l’on va porter plainte.

        J’espere pour mediapart que ce document est juste, parce qu’on est a une semaine d’une election et le comportement de medipart (argumentaire et date choisie pour sortir ça) a vraiment quelque chose de problematique.

        Apres moi, je ne voterai pas pour Sarkozy et je me rappelle que mediapart, ce n’est pas François Hollande…

        1. En même temps, ils ne peuvent pas avoir une information, et refuser de la publier parce que ça pourrait gêner une personne au pouvoir ou en campagne. Sinon, ce n’est plus du journalisme mais de la propagande.
          La question, c’est est-ce que c’est une véritable information ou de l’intox? Et là, on revient à la question de l’éthique du journalisme qui vérifie ce qu’il publie. Et on peut regarder l’historique de Médiapart et les affaires qu’ils ont sorties, et décider de la confiance qu’on a dans leur compétence.
          J’ajoute que s’ils sortaient un faux en plein entre-deux-tours, ça serait du suicide de leur part.

          1. La date de publication risque de poser probleme, si Hollande gagne de justesse et que l’info est fausse.
            Attendre 1 semaine, c’etait trop demandé ?

          2. J’ajoute que l’argumentaire de mediapart que reprend la presente page web, n’est pas de nature à renforcer leur credibilité.
            J’ai meme un peu l’impression qu’ils prennent les gens pour des cons.

  3. C’est hallucinant de voir la vitesse de réaction de notre président – CANDIDAT c’est vrais que l’on m’a toujours apprit que la meilleur des défense était l’attaque, mais dans ce contexte précit on ne peut que déplorer l’acharnement de N.S a l’encontre de la presse et des journaliste indépendant. Je pose une question comment peut on vivre dans une démocratie (de sur crois le pays des droits de l’homme et des liberté) quand le chef de l’état s’oppose a toute les déclarations accusatoire sans i répondre et a utiliser sa fonction pour jouir des droits qui luis sont offert. Franchement vivement qu’il se fasse sortir a coup de pied au c#l. Que le peuple ai les réponses qu’il se posent depuis plus de 5 ans.N’oubliez pas LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT!

  4. Il faut voir ça dans un contexte de second tour. N.S a tout intérêt d’un point de vue stratégique à se placer en victime d’une manipulation (même si c’est probablement faux) pour ne pas perdre une partie de son électorat. Un nouveau scandale c’est pas bon une semaine avant les élections; alors si tu donnes l’impression que tu as raison et que les autres ont tort (en prenant les devant par une plainte), non seulement tu redores ton image de combattant mais en plus tu apparais comme la victime d’acharnement de communistes-anarcho-gauchiste. Bref de mon point de vue c’est tout stratégique, même si je le répète, il trempe très certainement jusqu’au coup dans cette affaire nauséabonde…

  5. reste , mon cher Yovan que ça file un avant gout de ce qu’il restera d’illusion démocratique si le Tatcher Français bénéficie d’une renouvellement de Bail …
    une administration totalement caporalisée, une justice couchée, X, Y ou Z bouc-émissiarisé, tout forme d’opposition politique ou sociale criminalisée , welcome in wonderland …
    Perso, plus ça va plus je suis motivé à voter juste pour le dégager , pour que dans les 5 ans à venir, on puisse envisager de penser à un changement radical .
    C’est vrai que c’est dur de faire piger des choses simples aux cons … mais pas essayer, c’est criminel !

  6. En tout cas bravo à Mediapart qui reste l’un des seuls organe de presse grand public (avec le canard) à sortir des « affaires » et à faire son boulot de contre pouvoir.
    Quelle est belle notre démocratie… Au fait, et Chirac, toujours pas en prison ?
    A quand une justice indépendante ?

  7. Concernant la rapidité de la justice, c’est parce qu’elle a l’obligation de statuer avant l’élection. Ca a été la même chose pour Joly-Le Pen au 1er tour.
    Bon, s’il avait porté plainte vendredi, je ne sais pas ce que ça aurait donné.

  8. lou passejaire dit :
    « Perso, plus ça va plus je suis motivé à voter juste pour le dégager »

    Et comment ! Le moment n’est plus aux discussions, plus aux votes blancs, aux atermoiements : le moment et à l’action.
    Et l’action, c’est pas trop dur, hein. Même pas dangereux non plus. Juste se bouger le cul dimanche pour aller mettre un bulletin dans l’urne.
    On vire ce minable, on redonne du souffle au pays, on se repose cinq minutes et on met la pression sur Flamby pour qu’il comprenne bien qu’il est sous surveillance lui aussi.

    Même des gars ayant voté FN au 1er tour vont voter PS au second tour. Avec des arguments quelques peu tarabiscotés, mais bon…
    http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2012/04/30/politique/laurent-le-pen-en-avril-hollande-en-mai/

    Cinq putain d’années de merde avec Narko, ça suffit.
    ON TIRE LA CHASSE !

  9. c’est aprés que va venir le temps de l’action, le temps de la construction programatique pour passer du « desir de socialisme au socialisme du désir » ( selon l’expression d’Ariés qui emploie aussi les termes de « socialisme gourmand » de « gauche buissonniére », de « droit au plaisir » ) …
    Putain, que ça avait disparu du vocable de gauche depuis l’an 01 du camarade Gébé et de sa clique …
    Volem rien foutre al païs, ils braillaient les manifestants dans les années 70 … tain , ça avait une autre gueule … Lafargue, reviens , la gauche était devenue folle ….

  10. « alors qu’il s’obstine depuis des mois, malgré l’ampleur de nos révélations répétées, à refuser d’enquêter sur un possible financement illicite de la campagne présidentielle de M. Nicolas Sarkozy en 2007. »
    >>
    On voit bien le parquet se depecher de destabiliser l’etat. Si le president de la republique ne pose aucun danger immediat (de nature à se mettre son propre camp à dos), ca ne peut se faire que plus tard…
    Et ils sortent quand meme une info qui n’existait pas avant.

    1. Sauf qu’on aurait pu attendre 5 jours avant de faire des declarations fracassantes du genre:
      « Le Qatar compte 1,7 millions d’habitants dont 180.000 seulement sont des citoyens quataris »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *