Transition écologique : quand le marketing énergétique remplace la politique environnementale

La transition écologique vendue par la ministre éponyme, Nicolas Hulot, n’a d’écologique que le nom. Ce qui motive en réalité les décideurs des pays signataires des « accords climat » de la COP21 n’est en aucun cas
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

2 thoughts on “Transition écologique : quand le marketing énergétique remplace la politique environnementale”

  1. Non le climat ne se règle pas au nom d’ordonnances. Vous croyez que Trump va se plier à une ordonnance « macroniquetonpeuple ». le Français peut-être (et ce n’est pas encore prouvé), mais pas un ricain…. Souvenez nous, c’est aux qui sont venus en 17 et non nous… Conclusion : ils ouvriront le bal militaire des chants du 14 Juillet (jour de la prise de la pastille et sans lettre de cachet, mais de simple ordonnance renouvelables).
    L(écologie ne doit être de mot mais de concret. Elle était plus efficace quand elle n’était pas politisée et politique….

    http://wp.me/p4Im0Q-21v

  2. L auteur ne va pas au bout de sa logique: car si la bio diversité se reduit, c est surtout parce que la population humaine explose: il y a 100 ans, il y avait 1.7 millards d humains, on est ajourd hui a 7.5 et on va arriver a 10 milliards vers 2050 (chifrres issus de https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale). Forcement si vous multipliez la population par 6 en 100 ans, il y a moins de place pour les autres especes et comme il faut loger, nourrir tout ce beau monde, ca fait une pression massive sur les eco systemes, meme si le gros de la population mondiale vit miserablement (cyniquement on dira heureusement car si tout le monde consommait comme un francais ca serait bien pire)

    Apres quelle est la solution ?
    On arrive deja pas a reguler mondialement la consommation d energie, alors penser a reguler la natalité … Surtout que la version optimiste (l elevation du niveau de vie fait baisser la natalité) ne semble pas marcher tres bien dans certains pays d afrique. Reste alors au mieux la methode chinoise (la politique de l enfant unique etait tres coercitive) ou naturelle (famine et guerre comme au moyen age)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *