Testé et approuvé : on peut transformer un PS en une UMP avec un baril d’Amesys

François Hollande a été élu sur un slogan intéressant : « le changement, c’est maintenant« . Après cinq années de décomplexitude, de lâcher prise total dans la pratique d’une politique de clan, la promesse d’une salutaire (ré)inversion
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

26 thoughts on “Testé et approuvé : on peut transformer un PS en une UMP avec un baril d’Amesys”

  1. Je pense qu’il y a une explication bien plus prosaïque à la continuation de la position du gouvernement Sarkozy.

    C’est que ce sont les hauts fonctionnaires et lobbys qui gèrent la décision politique.

    Les gouvernements, n’étant pas compétents sur ces sujets spécialisés, demandant conseil aux mêmes experts, aux mêmes hauts fonctionnaires, aux mêmes administrations qui font les mêmes réponses, les mêmes recommandations.

    Cela se vérifie dans tous les domaines depuis l’alternance :
    – Hadopi
    – CSA/ARCEP
    – Taxes Google
    – nucléaire
    – gaz de schiste
    – sécurité/intérieur
    – …etc, adnauseam…

    À de rares ajustements « à la marge » près.

    Tout au plus en fiscalité peut-on remarquer des positions plus tranchées, parce que les gouvernements sont « naturellement » plus au courant.

    La politique est soluble dans l’administration.

    1. L’explication est séduisante et sans doute partiellement vraie. Mais quand on parle de complicités de torture d’opposants… Est-ce que le gouvernement ne devrait pas monter une équipe nouvelle sur le sujet ?

    2. #Les gouvernements, n’étant pas compétents sur ces sujets spécialisés, demandant conseil aux mêmes experts, aux mêmes hauts fonctionnaires, aux mêmes administrations qui font les mêmes réponses, les mêmes recommandations. »

      Oh que si, ils savent très bien ce qu’ils font, font tout pour perdurer dans le temps et sont extrêmement compétents à ce sujet, à ce stade là, on ne parle plus de partis politique PS/UMP/Centre/Extrême gauche et droite etc…, mais de régime totalitaire neocoloniale et neoliberale.
      Un petit flashback s’impose pour comprendre notre Vème république:

      Part1: On a rien fait de mal! #Spanous

      http://www.youtube.com/watch?v=I8nrdLlMWvM&list=PLREM6ueKc64x27kfY5qF6KVyfPvPwJ_ab&index=33&feature=plpp_video

      http://www.youtube.com/watch?v=Vdz3MP_V3cM&list=PLREM6ueKc64x27kfY5qF6KVyfPvPwJ_ab&index=34&feature=plpp_video

      Le Sarko-négationnisme par demi-mot

      http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12345
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_malgache_de_1947
      http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5301

  2. Salut reflets !

    C’est juste pour dire que s’il vous vient l’idée de vendre des stickers datalove, j’accepte volontiers de vous filer mes brouzoufs car je vois tout les jours une voiture de fonction Amesys garée dans ma rue, et je la trouve un peu austère…

    dataloves, bisous.

  3. La réponse de france_diplo est ridicule. L’Amesysgate a déjà fait des tâches dans l’industrie et personne ne veut ce genre de publicité. N’importe quelle boîte sensée qui fait de l’export de logiciel vers un gouvernement hors Europe prends déjà contact avec les bonnes instances, juste pour être sûr qu’ils n’y a rien à contrôler. Aucune d’elles ne décident seules qu’elle « n’a pas besoin d’obtenir une autorisation » sans en informer l’administration… Bref, encore un marché protégé, un gouvernement qui n’a pas pris la mesure du problème.

  4. Si j’ai plusieurs fois « évoqué et relayé » la notion de « vide juridique », c’est parce que c’est l’analyse que les autorités nous ont livré lorsqu’on les a interrogé à ce sujet.

    Je ne la défends aucunement : je constate qu’il faut une autorisation du premier ministre pour acheter un système type Eagle en France, mais qu’il n’y en aurait donc pas besoin pour le vendre à l’étranger, même et y compris à un dictateur, ce qui s’est également passé en Grance-Bretagne, en Allemagne et aux Etats-Unis.

    On notera à ce titre que les autorités de ces trois pays ont annoncé qu’il faudrait désormais leur demander une autorisation avant de vendre de tels systèmes de surveillance et d’espionnage à des dictateurs. En France, rien, nada, silence radio, ce que tu fais bien de pointer du doigt.

    1. Jean-Marc, on a déjà bcp échangé là dessus. Je t’ai déjà expliqué que l’on est pas obligé de relayer sans la mettre très sérieusement en doute si besoin, une analyse, qu’elle provienne des autorités, d’une entreprise ou de tout autre groupe de pression.

      En clair, une explication vaseuse de LQDN, de RSF, de HRW, du PS, de l’UMP, de Thalès, etc, peu importe, reste une explication vaseuse.

      J’ai aussi eu une discussion avec les autres membres de Reflets, lors de l’ITW de Frédéric Bardeau. Je ne vois pas l’intérêt dans la presse écrite, de publier des interviews de gens avec qui l’on est pas d’accord.

      En radio ou TV, oui, en presse écrite non.

      Mais c’est encore une autre histoire qui nous renvoie à une définition du journalisme. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les représentants (variés) de la presse en ligne, dis pure players, ne sont pas forcément si éloignés que cela de la presse tout à fait traditionnelle dans sa gestion de l’information. Je peux détailler, mais à mon avis ça vaudrait un papier à plusieurs mains. Tu es le bienvenu si tu veux participer.

      Pour ce qui est de vendre et d’exporter, j’ai aussi eu cette discussion 10 fois avec toi.

      Je n’ai pas choisi cela, mais j’ai eu à faire face à quelques procès. Cela m’a forcé à me remettre au droit.

      Et vois tu, je reste campé sur mon analyse, qui, tu l’imagines, est elle-même appuyée sur l’analyse d’éminents juristes avec des diplômes à ne plus savoir qu »en faire.

      L’idée, je la répète, est que le législateur est loin d’être un con. Il fait des lois (sauf sous Sarko, je te l’accorde) qui visent à ratisser large.

      Donc, quand le législateur écrit que l’on ne peut pas « vendre », il sous entend, c’est une évidence, que l’on ne peut pas « exporter ». Parce que quand tu exportes quelque chose, tu vends quelque chose.

      Maintenant, quand tu dis que « tu constates » « qu’il faut une autorisation du premier ministre pour acheter un système type Eagle en France, mais qu’il n’y en aurait donc pas besoin pour le vendre à l’étranger », moi je dis qu’il n’y a rien à constater.

      A part qu’une entreprise et un gouvernement ont sciemment contournée une loi qui impose une signature du premier ministre.

      Il ne tient qu’au gouvernement actuel ou à quelqu »un qui a intérêt à se porter partie civile de se décider à explorer cette voie.

      Personnellement, il me semble que si le gouvernement actuel adopte les explications vaseuses du gouvernement précédent, c’est que personne ne veut ouvrir cette boite de pandore.

      Il faudrait :

      1) accepter publiquement que l’Etat français a aidé une entreprise française à installer un outil de surveillance global chez un dictateur fou.
      2) accepter de comprendre comment une petite SSII peut prendre le pouvoir au sein de la plus grosse boite d’informatique du pays
      3) etc.

  5. D’un côté la droite decomplexée qui assume fièrement son soutien aux dictateurs.
    De l’autre la gauche complexée qui n’assume rien du tout et a plus peur de ses adversaires que de ses électeurs.
    On est bien barré…

    1. Huuum..Mon sentiment également; l’affaire « Pigeons » ou la peur des députés PS quand Bertrand se met à pilonner dans l’Assemblée montre bien qu’ils se calent sur l’adversaire. De vrais fantômes ces types, ou des cyniques, comme Cahuzac, et autres..

  6. #Les gouvernements, n’étant pas compétents sur ces sujets spécialisés, demandant conseil aux mêmes experts, aux mêmes hauts fonctionnaires, aux mêmes administrations qui font les mêmes réponses, les mêmes recommandations. »

    Oh que si, ils savent très bien ce qu’ils font, font tout pour perdurer dans le temps et sont extrêmement compétents à ce sujet, à ce stade là, on ne parle plus de partis politique PS/UMP/Centre/Extrême gauche et droite etc…, mais de régime totalitaire neocoloniale et neoliberale.
    Un petit flashback s’impose pour comprendre notre Vème république:

    Le Sarko-négationnisme par demi-mot

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12345
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_malgache_de_1947
    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5301

  7. Et l’idée de la taxe sur la densité audiovisuelle de Madame taxeatoutva. Comment croyez-vous qu’ils vont calculer la densité si ce n’est avec des outils à la con genre DPI qui se justifieront du même coup.

    1. En simplifiant énormément, vu qu’une partie de la droite passe dans l’extrême droite, il faut bien que la gauche devienne la nouvelle droite…le jeu de la chaise musicale; toussa toussa ^^

  8. C’est quand même hyper hallucinant de voir ce qu’il se passe à propos de ces gens qui offrent des machines qui permettent de tuer/torturer/repérer/anihiler etc … Concernant cette thématique, notre pays me fait gerber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *