S’il a l’air d’un saint, c’est un saint (le mercredi, c’est soufi)

Un homme alla voir l’Imam Zain-ul-Abidin et lui dit : « Je vous reconnais pour mon guide et maître, et vous supplie de me permettre d’apprendre avec vous. — Pourquoi penses-tu que je suis un guide
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

2 thoughts on “S’il a l’air d’un saint, c’est un saint (le mercredi, c’est soufi)”

  1. Ces mercredis me font penser à deux livres que j’ai lu il y a quelques années … « Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja » voici une petite histoire :

     » Quatre garçons vinrent trouver Djeha-Hodja Nasreddin et lui dirent :
    – Nous ne pouvons pas partager des noix équitablement entre nous. Voulez-vous nous aider ?

    – Voulez-vous le partage de Dieu ou celui du commun des mortels ? Leur demanda Djeha-Hodja Nasreddin.

    – Le partage de Dieu,répondirent-ils.

    Djeha-Hodja Nasreddin ouvrit le sac et donna deux poignées de noix à l’un des garçons, une poignée à un autre, deux noix au troisième et une noix au quatrième.

    – Qu’est-ce que c’est que cette distribution, s’exclamèrent les enfants.
    – C’est la manière divine, rétorqua Djeha-Hodja Nasreddin. Il donne beaucoup à certains, peu à quelques-uns et rien à d’autres. Si vous aviez choisi la manière des hommes, j’aurais fait un partage équitable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *