Si, si…, il y a un rapport entre le hack et la crise financière mondiale actuelle

Cherchez bien… Quel rapport entre des groupes de hackers comme (par exemple, hein…) l0pht, w00w00, Rhino 9, ADM (rulez) et les grands acteurs de la finance. Aucun ? Si, si il y en a un.
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

17 thoughts on “Si, si…, il y a un rapport entre le hack et la crise financière mondiale actuelle”

  1. Va falloir faire un bon stock de maïs, parce que lorsque John Trader fout le feu au bois et au champ de blé, ben le champ de maïs y passe aussi, ainsi que les silos.
    Enfin, ça fait depuis 2009 qu’on pouvait lire ici ou là (Jorion, Lordon, etc.) que 2011 et 2012 n’allaient pas être tristes. Une sorte de bande d’annonce. Et voilà que « nous y sommes », comme le titrait Leclerc tout récemment.

    Un bon spectacle. Avec de vrais morts de faim.

      1. A première lecture, j’ai estimé que cette réponse est prétentieuse mais à seconde lecture je pense qu’elle n’est que maladroite. Je n’aime pas généraliser et je ne mets donc en doute votre hypothèse : le hacker moyen n’est pas plus malin que le boursicoteur moyen. Le hacking ne rend ni plus intelligent ni plus raisonnable que la spéculation.

        1. En quoi est-elle maladroite?

          Le hacking ne rend pas plus intelligent ou raisonnable que le trading. En revanche, la plupart des hackers sont assez raisonnables pour savoir qu’il ne faut pas brûler son « terrain de chasse ». Si j’en crois les dernières nouvelles, le monde de la finance ne connaît pas cette limite.

          1. Si j’en crois ce que ma concierge me disait, le monde de la rumeur est une source fiable. Soyons sérieux, il existe probablement autant de « têtes cramées » chez les hackers que chez les traders. Evitons de généraliser quand nous parlons de ces milieux qui font. l’un comme l’autre, un usage immodéré de la rumeur et du secret. On peut les mettre en parallèle pour constater que l’appât du gain rend les plus vénaux d’entre-eux imprudents avec les biens des autres. So what ?

  2. Le jour ou l’economie mondiale va planter (ben oui, comme un bon gros windows, avec tt les patches qu’on y met) :
    – Le trader va sauter par la fenetre,
    – L’etat va s’en vouloir a mort de pas avoir mis les gardes fou promis et neccessaire, (et continuer a nous endormir avec des grands discours)
    – Le hacker lui saura ou et comment prendre de l’argent a ceux qui nous aurons mis dans le merdier, pour acheter sa baguette de pain a 100€/piece.

    Comme dit iGor : Un bon spectacle avec de vrais morts (de faim ?).
    Très bon article

  3. Ah oui mais non !

    Non non non. Les USA remettent en question Standard & Poors.
    Ben voyons, quand je ne gagne plus, je veux qu’on change les règles du jeu !

    C’est vrai, ça. On ne va tout de même pas traiter les States comme de vulgaires pays européens, si ?

  4. Désolé, mais je ne suis pas d’accord.

    Les traders et tout le système financier actuel ne supporte pas la comparaison avec le monde des hackers/crackers/etc…

    Le monde de la finance soutient beaucoup mieux la comparaison avec les virus, les parasites, les cancers, càd, ils ne servent à rien et se nourrissent de l’hôte qu’ils ont infecté. Leur intérêt premier est de ne pas tuer leur hôte, sinon, ils ne pourront pas y survivre non plus. C’est pour cela qu’ils ne vont jamais trop loin, ils avancent par petites touches toujours aux limites de l’acceptable, et puis un fois que les esclaves sont habitués à cette nouvelle escroquerie, ils en rajoutent un peu plus et ainsi de suite.

    En même temps, pour ce qui concerne les milieu de pirates, eux aussi pour certaines catégories soutiennent la même comparaison, ils ne sont que de vulgaires cafards qui profitent du système mis en place par des escrocs incapables de sécuriser leurs système mais qui essayent malgré tout de nous faire croire qu’on vis dans le monde des bisounours pour mieux nous entuber quand on tourne le dos.

    Bref, on essaye de nous faire croire que l’on vis dans une société où l’on est en sécurité et où tout est fait pour nous aider, mais en fait, c’est complètement faux, c’est seulement une véritable jungle dans laquelle ce n’est que marche ou crève, ces gens qui se sont approprié et qui se partagent les états, les banques, le système financier, l’industrie, ne pensent qu’à leur gueule, ils exploiteront les peuples jusqu’au bout.

    Un famille qui s’endette un peu trop, on va tout leur saisir et tout vendre, les foutre à la rue, mais pour un pays comme les US ou autres, ils vont dire qu’ils trouveront toujours un moyen (généralement avec la plus grande mauvaise fois) pour continuer à tirer sur la corde. Cela dit, un jour la corde, elle va casser, ce jour là, une nouvelle guerre commencera, il y aura un gros paquet de morts, ce qui permettra de remettre les compteur à zéro, puis les parasites qui seront toujours là profiteront de la situations pour s’approprier la reconstruction des sociétés massacrées, bref comme d’habitude, les peuples ne sont que de la viande, du bétail, personne ne réagit, nous sommes seulement des boeufs que l’on conduit inexorablement à l’abattoir.

  5. Oh que si il y a un intérêt à brûler la forêt.
    Tout dépend de ce que l’on cherche.
    Si l’on cherche le plaisir de la chasse (le plaisir de hacker) ce n’est pas un bon plan.
    Mais si l’on cherche à bouffer peinard pour le reste de sa vie (acquérir une réputation pour la hacker, prendre sa retraite pour le financier) sans rien laisser aux concurrents ni aux suivants mettre le feu, zigouiller les animaux un à un et les placer au congélo est la solution. Si un jour on veut se refaire un p’tit plaisir de chasseur on peut tjs vendre un peu de gibier et changer de forêt.
    Db

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *