Relisons ensemble le communiqué d’Amesys…

C’est toujours passionnant d’observer l’évolution de la communication externe d’une entreprise lorsqu’elle est plongée dans une crise informationnelle. Sur Kitetoa.com, dès 1998, nous pointions du doigt de grosses entreprises ou des gouvernements en expliquant que
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

22 thoughts on “Relisons ensemble le communiqué d’Amesys…”

    1. « Thilo Weichert, du centre de protection des données personnelles du land du Schleswig-Holstein, a effet demandé à tous les sites édités dans la province de l’extrême nord de l’Allemagne de retirer le bouton « J’aime » d’ici la fin septembre, ou de payer une amende de 50 000 euros. Il estime que le bouton ne respecte pas le droit allemand et communautaire sur la protection de la vie privée, puisqu’il permet de contrôler y compris l’activité d’internautes qui ne sont pas membres de Facebook. »
      http://www.numerama.com/magazine/19600-le-bouton-34j-aime34-de-facebook-declare-illegal-en-allemagne.html

      – y compris l’activité d’internautes qui ne sont pas membres de Facebook ! WTF ?

      1. Peut-être que je dis des conneries, mais je crois qu’avec le referrer, Facebook peut savoir qui a visité tel site équipé du bouton ‘partager’, même si on ne clique pas dessus.

        1. Pas avec le referer, non, mais en théorie, vu que les éléments qui constituent le bouton Facebook sont hébergés par Facebook, ils peuvent accumuler des datas (IP, heure de connexion, pays d’origine, etc) y compris sur des personnes non inscrites à leur service…

  1. Résumé du billet :
    « Salut, on n’a strictement rien à dire mais comme on sait pas s’abstenir dans ce genre de cas, on revient sur une comm vieille de 3 jours pour la reprendre mot par mot et essayer, avec toute la malhonnêteté intellectuelle qui nous caractérise, de lui faire dire de la merde. »

    Chapeau bas. C’est pathétique.

      1. Je n’ai pourtant fait qu’utiliser la même figure de style que vous dans ce torchon, à savoir « l’explication de texte démago foireuse ».

        Mais maintenant que vous cherchez l’intimidation en révélant mon prénom (que je ne cache pas, ni même mon identité ou ma profession), probablement pour me dresser un procès d’intention, qu’il me soit permis de reprendre le même raisonnement que vous dans le billet de samedi soir : « Ça veut dire que j’ai tapé dans le mille, LOL ».

        Ma voie n’est aucunement périlleuse (et à vrai dire elle pourrait l’être, je m’en fous :) ), je trouve juste que vous vous y prenez extrêmement mal, et que vous desservez les buts que vous annoncez comme étant les votres.

        Prenez ça comme un encouragement à soigner votre objectivité ainsi que votre crédibilité, rien de plus. En attendant, je me radosse et continue à manger des chips en vous lisant.

        Bien à vous. ;)

        1. Mon cher Neuware, désolé pour le prénom. Je réponds aux commentaires depuis la partie d’administration du site et les mails des contributeurs apparaissent. C’est donc une erreur de ma part. Que je rectifie à l’instant en modifiant mon post précédent.

          Je ne cherche pas à vous intimider. Je vous offre juste une possibilité de ne pas avoir l’air ridicule dans un avenir proche si vous continuez à attaquer bille en tête sur le mode « bande de méchants, attaquer Amesys c’est vraiment débile ». Et in fine, ce n’est pas tant à) vous que je pense, mais à Amesys qui n’a pas besoin de ça en plus.

          Pour ce qui est soigner notre objectivité, ce n’est pas la peine. Nous ne sommes pas « objectifs » au sens ou vous l’attendez (pas entendez, attendez).

          C’est dans la profession de foi initiale de Reflets.

          Bon appétit pour les chips.

          1. >>> « bande de méchants, attaquer Amesys c’est vraiment débile »

            Si seulement mes interventions se limitaient à cela, j’admettrais volontiers leur ridicule. Malheureusement, ce que je vous reproche dépasse le simple cadre d’Amesys ou du DPI, ou de ce scandale tout court. Mais cela, je l’expliciterai ailleurs que sur ce site, et un peu plus tard que maintenant.

            PS : Il ne vous est d’ailleurs pas interdit d’en discuter de façon moins publique et trollesque.

  2. Et dire que j’ai failli postuler chez ces gens là. Heureusement, je ne l’ai pas encore fait, et bien que toujours en recherche, je vais dorénavant m’abstenir. Je refusais déjà de candidater chez tous les margoulins de la finance, ça ne fera qu’une société supplémentaire à ajouter à ma liste d’exclusion. Heureusement qu’il en reste pas mal d’autres, je n’ai pas (encore) vraiment envie de changer de métier.

    Ils sont juste à vomir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *