Reflets se met à la politique : votez PCR !

Ca y’est, c’est fait, on a monté notre parti politique ! On pourra plus nous reprocher de rien faire que de critiquer et chier dans les bottes de tout le monde. On s’engage, on y va, on fonce, on a notre parti, c’est le PCR. Le Parti des Clowns Réformateurs. Bon, comme on est bordéliques, tout le monde n’a pas été consulté, et en fait, Kitetoa, Bluetouff et les autres ne sont pas au courant. Mais bon, le PCR existe !

Mais ça consiste en quoi, vous êtes quelle tendance au PCR ? « Z’êtes de droite, de gauche, du centre, de l’ultra centre, de l’extrêmité de quel bord au juste ? »

Mauvaise pioche camarade militant : on est inclassable dans l’échiquier politique, on a monté un truc carrément novateur que personne n’a vu venir : la politique du parti pris d’en rire.

Le PCR : constats, objectifs et grandes orientations

Les clowns réformateurs ont pour objectif de réformer la société française de fond en comble : avec nous, ça va changer, mais alors, gravement ! Tout ça est bien entendu basé sur des constats longuement muris et soumis à l’analyse la plus scientifique (de Paulo, Jules et Gérard du café-PMU à côté, entre autres).

Le constat est simple : si la France va mal, c’est qu’elle se fait chier ! Le pays est triste, les gens sont minés du soir au matin par des informations déprimantes, même les chiens et les chats ne vont pas bien, y’a qu’à se balader un peu dans n’importe quel village pour s’en rendre compte, en plus il y en un maximum qui sont obèses (les chats surtout), ce qui est symptomatique comme dit mon urologue. En plus ils se prennent trop au sérieux (pas les chiens et les chats, les Français, mais ceci est la conséquence de ça).

Nos objectifs politiques sont donc très clairs : offrir un nouvel espace politique de déconnage et de bonne humeur dans lequel les citoyens pourront venir pratiquer l’humour, tout en prenant en main leur destin et celui de leur mère-patrie, la France !

Il faut quand même bien admettre une chose : depuis que des gens responsables sont aux responsabilités, ça va de plus en plus mal : les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, les gens moyens sont encore plus moyens, les gros grossissent, les chiens aboient et la caravane passe. Ceci n’est plus possible !

Nous voulons donc mettre aux commandes du pays des gens vraiment irresponsables, pour voir ce que ça fait, puisque les gens vraiment responsables ont échoué. Mais en ayant au préalable totalement réformé le système politique.

Réformes : le grand cirque constitutionnel

En premier lieu, si le PCR gagne les élections avec son président irresponsable (ce sera un alccolique notoire, sans diplôme connu, saltimbanque au nez rouge et bien déconneur, on hésite encore entre Paulo, Jules ou un inconnu qui serait partant et réunit ces conditions) une sixième république du cirque constitutionnel sera immédiatement déclarée. Paf ! Là, on monte de partout des chapiteaux, avec des musiciens, des clowns, des jongleurs, des chiens savants et on propose aux gens de venir écrire les nouvelles règles de la 6ème. Ca dure ce que ça dure, mais en déconnant, et derrière, on établit le bazar. Mais on propose des trucs, parce qu’on a gagné les élections, quand même, quoi.

Pour gouverner, par exemple : le gouvernement irresponsable sera composé de gens tirés au hasard (très important l’aspect random), mais ils devront avoir des nez rouges, des grosses godasses bariolées et des nœuds papillons géants pour venir travailler, parce que ça plaît aux enfants et que y’en a marre des costumes gris et des cravates à la con, des tailleurs de vieilles pétasses et des talons aiguilles. Quitte à réformer, il faut réformer.

Bon, pour les modifications parlementaires et autres trucs de l’Etat, tout sera simplifié : comme le salaire moyen en France est de 1750 euros, tous les gens qui auront été tirés au sort pour gouverner, auront une allocation de ce montant. Point barre. Avec en plus, le revenu de base, mais ça ce sera pour tout le monde, puisque le seul truc que le PCR propose vraiment (avec d’autres bricoles, mais c’est annexe), c’est le revenu de base. 1000 euros par mois, pour tout le monde. Et le PCR fait disparaître les allocations chômage, familiales, de logement, les retraites chapeau, les parachutes dorés, les indemnités parlementaires, les niches fiscales et tutiquanti. Comme ça, c’est plus simple.

Les mandats électifs : tous les mandats, sont de 2 ans non renouvelables (et toc). 1750 euros. Même le président, les ministres, les députés (y’a plus de sénateurs, ça sert à rien), tous les élus. Avec à la place du Sénat un Parlement des Enfants de moins de 12 ans (le PE) qui renvoie en permanence des idées diffusées sur les chaînes des zinternet, sur LCP et le service public. 10% de leurs idées doivent être mises en œuvre chaque année, sous peine de révocation des membres de l’assemblée et du gouvernement.

Enfin, ce genre de choses qui seront de toute manière discutées par tout le monde dans les chapiteaux.

Combien d’adhérents, comment adhérer ?

Nos revendiquons aujourd’hui 94 millions de membres. Oui, on sait que ça peut paraître beaucoup, et certains partis opposés au nôtre nous le reprochent. Mais ils n’ont qu’à faire pareil, ils verront qu’avec la politique du parti pris d’en rire, on convainc beaucoup plus de monde. Les culs-serrés et autre pinailleurs vont nous dire qu’il n’y a que 40 millions d’électeurs et 64 millions de Français : nous leur répondons qu’avec nos 30 millions d’amis (il paraît que c’est plus important que 30 millions depuis 30 ans, mais bon), nous sommes au moins 94 millions ! Car nous aimons les chiens et les chats, même les teckels à poil dur et ils nous le rendent bien. Pour soutenir le PCR, au delà d’adhérer (c’est gratos et c’est en ligne, ICI), c’est donc très simple  : il sufft de coller ce sticker sur votre site, votre caisse à la noix, votre scooter rutilant ou moisi, votre front, le cul de votre copine ou de votre copain, et voilà !

PCR

C’est pas chouette ?

Et l’Europe dans tout ça ?

Ah, et voilà, on y arrive, ils vont nous la faire avec l’Europe : « et qu’il faut que les clowns disent ce qu’ils font avec l’Europe, et avec l’euro », et taratati et taratata. L’Europe, on lui envoie des représentants clowns, des ambassadeurs du rire. Soit la commission meurt de rire, et là c’est dans la poche, soit non. Si elle meurt pas de rire : on demande aux gens de dire quelle Europe rigolote ils veulent. Parce que l’Europe on peut quand même pas la faire disparaître, elle existe, même les clowns savent ça. Non ?

Pour conclure :

Vive le PCR, vive les clowns, vive les enfants, et puissions-nous remporter de nombreuses victoires pour un monde réformé, drôle et jubilatoire !


Bérurier Noir- Tomato ketchup par rycko35

Twitter Facebook Google Plus email


54 thoughts on “Reflets se met à la politique : votez PCR !”

  1. Bey voila Yovan, enfin un article simple, clair et concis que j’ai pris plaisir à lire jusqu’au bout.
    Ca manque un peu de précision sur le nombre d’amis, mais on ne va pas pinailler, la révolution est en marche.

    Et au moins celle-la risque plus de se préoccuper des micmacs des banquiers que du contenu du slip de mon voisin et de ce qu’il en fait.

  2. « Nous voulons donc mettre aux commandes du pays des gens vraiment irresponsables, pour voir ce que ça fait, puisque les gens vraiment responsables ont échoué. »

    Ils n’ont pas échoué, au contraire, ils ont clairement réussis.
    Bon ok leurs objectifs ne sont pas les mêmes que nous, mais on ne peut pas parlé d’échec …..

    1. Un nième article qui critique Chouard. Cette fois ci, Yovan la joue rigolo/dérision, le tout en étant très agressif dans la critique.

      Par contre, j’veux pas dire Yovan, mais il serait temps de passer à autre chose… on est habitués aux articles comportant plusieurs volets, mais là ça devient limite chiant !
      Avis perso :).

    1. « Pour soutenir le PCR, au delà d’adhérer (c’est gratos et c’est en ligne, ICI), c’est donc très simple : il sufft de coller ce sticker sur votre site, votre caisse à la noix, votre scooter rutilant ou moisi, votre front, le cul de votre copine ou de votre copain, et voilà ! »

      1. Justement, pour que ce soit un succès grolandesque il faudrait nous péter un truc plus flashy, plus lisible pour les zotomobilistes lautomomisés.

        Et là je vais voir mon poto qui a une imprimante à autocollants :

        http://www.promattex.com/plotter-traceur-decoupe/roland-impression-decoupe-eco-solvant/vs-300-versacamm.php

        Et je colle sur ma caisse qui va fêter ses 20 ans et mes bécanes, mon casque, mes blousons, les boites à flash, les grilles des préfectures, les urnes de vote dans bureaux de vote installés dans les écoles maternelles et les maisons de « retraite », …

        Et si c’est vraiment joli j’en collerai un sur mon cul..

        Je réfléchis aussi pour doter mes chats.

        Au boulot les Graph’Com pour un logo DA RULEZ, moi j’en suis resté aux GIFs :)

        Avec l’assurance de mon plus sonore rôt de bière de punk.

        Prout !

        1. « Je réfléchis aussi pour doter mes chats. »

          Je rebondi vite fait la dessus…. gare aux chats, ça peut-être un piège.
          Pour ma pars j’avais voulu déguiser mon chien en reine, donc à base de petit pois blanc à la peinture à l’eau…. beaucoup rigoler mais j’ai pris cher lorsque ma compagne m’a démasqué….

  3. N’y aurait-il pas un message subliminal là-dedans ? Comme pour dire que les dirigeants que nous avons en ce moment, sont des clowns, des irresponsables et autres choses décritent dans cet article. Peut-être ?
    Moi je l’ai vu comme ça en tous cas.

  4. C’est marrant et gentil de perdre son temps à ce genre d’infantilisme, mais l’époque ne réclame-t-elle pas, au contraire, de véritables actions ?

    Parce qu’en terme d’énergie perdue, là on atteint des sommets…

  5. Putain Yovan espèce de connard.
    A cause de toi et de ton foutu article sur les punks je passe mes journées à écouter les berus pour rattraper le temps perdu plutôt que de le faire mon travail consciencieusement comme tout élève model se doit de le faire.

  6. Et je ne peux résister. Petit extrait d’une interview :

    – Vous avez donc vraiment l’impression de ne rien pouvoir faire ?

    BRASSENS : Non, je fais quelque chose auprès de mes voisins, de mes amis, dans mes petites limites. Je pense d’ailleurs que c’est aussi valable que si je militais quelque part… Ne pas crier haro sur le baudet, c’est une forme d’engagement comme une autre.

    FERRÉ : Je trouve que Georges, dans son cœur, il milite bien plus que moi. Parce que moi, je ne crois plus en bien des choses auxquelles il veut croire.

    BRASSENS : Je fais semblant, Léo. Je fais comme lorsque l’amour s’en va. Je fais semblant d’y croire, et ça le fait durer un petit peu…

    FERRÉ : Non, non. Quand l’amour s’en va, il est déjà parti depuis longtemps.

      1. Cela dépendra surtout des deux autres auteurs, à savoir s’ils ont l’honnêteté intellectuelle d’admettre la médiocrité de leur choix d’intégrer ce gamin sans talent (ni pour l’écriture, ni pour l’humour, ni pour les idées) dans leur « team »… et le cran de l’en sortir…

        Wait & See

  7. Y’a réellement des gens qui ont ri de bon coeur en lisant cette daube ?

    Et ceux qui comparent l’auteur à Coluche, ou au Groland, ils sont sérieux eux aussi !?

    Bon, là vidéo de fin est sympa… Bah oui, c’est un peu nostalgique, ça me rappelle mes années collège et lycée. Bon, et l’auteur, il en sort quand, lui, de l’adolescence ?

  8. C’est marrant quand même, depuis quelques temps sur reflets c’est toujours la même chose :
    – Yovan publie un article où si t’es pas un vieux punk gaucho avec ta haine de plein de trucs hé ben t’as rien compris à la vie.
    – Ca commente kikoololement genre « trop cool les bérus encore d’actualité »
    – y’a un commentaire qui dit que c’est sympa mais un peu pourri quand même.
    – Kitetoa renvoie chier l’auteur en lui demandant ce qu’il fait de concret pour changer les choses parce que nous à reflets, on fait des choses concrètes (ce que je nie pas, mais ce qui n’excuse pas tout)

    PS : il est vraiment pas drôle cet article, mais j’y ai revu le rebelle de mon lycée, celui qui était de toutes les manifs, tout le temps en révolte et qui maniait la dérision d’une façon qui n’appartient apparemment pas qu’à lui (aka « de manière lourde et pas drole »)

      1. Ami du défunt (ah non, c’est « juste » son humour qui sent le cadavre, lui est bel et bien en vie…) de l’auteur ?

        Nan, parce que si votre « Ça se tient tout ça… Y’a de l’idée et du sérieux, du solide. J’adhère! » n’était pas du second degré avec une bonne grosse dose d’ironie, ‘faut penser à consulter. ;)

        Bisoulol :*)

    1. Reflets.info, le blog qui réfléchit, mais ne pense pas.

      Désolé, elle est un peu facile… Mais tellement d’actualité pour ce blog passé du niveau journalistique au niveau lycéen de seconde en si peu de temps.

      Kitetoa, rassurez-nous, c’est bien par pitié et non pour la qualité de ses écrits que vous avez accueilli Yovan ici ?

          1. Je n’en sais rien, mais j’espère de tout cœur qu’il s’y trouve bien, tellement bien qu’il n’en sortira pas avant… qu’il n’en sortira pas.

            lulz (>_<)

  9. Ca c’est rigolo : l’argument selon lequel le quidam moyen est un irresponsable me laisse perplexe sur la vision que l’auteur a de ses contemporains ;)

    J’veux dire : quitte à rigoler un bon coup, nous pourrions admettre que les élus d’aujourd’hui aussi sont irresponsables.
    Un argument ?
    Qui a été président pendant 12 ans ?
    Qui a pris pour les emplois fictifs du RPR ?
    Et celui qui a pris pour les autres, quelle fonction ministérielle a-t-il occupé par la suite ?

    Ces gens-là accumulent du pouvoir, il est donc difficile de leur faire rendre des comptes.
    Ceci signifient qu’ils ne sont pas responsables devant le populo moyen.

    On peut s’arrêter là et conclure à l’irresponsabilité si on cherche la bonne blague !

    On peut aussi creuser et je suppose qu’on verra que nos élus rendent des comptes … Mais à des gens qui ont aussi accumulé pas mal de pouvoir.

    1. Perso’ ça m’a toujours fait flipper… Et y’a de quoi ! Quand on y réfléchit un peu, les clowns de références sont :
      # ceux des cirques qui, en plus d’avoir des choix vestimentaires à chier, se font des crasses à longueur de numéro ;
      # celui de King (« It »), qui personnifie le cauchemar ;
      # et Ronald de McDonald’s, qui personnifie la malbouffe…

      Mais bon, ce choix ne me choque pas outre mesure. Les clowns, c’est ringard, tout comme l’auteur de l’article. Ça fait des blagues bien grasses à longueur de temps, comme l’auteur de l’article. Alors finalement, je trouve qu’il a plutôt bien choisi son « logo »/ »sticker », notre « auteur préféré ».

  10. Le Québécois que je suis a été, pendant plus de 20 ans, membre et organisateur d’un parti qui s’appelait LE PARTI RHINOCÉROS. Grâce à un humour un tantinet réfléchi, nous avons véhiculé certains messages qui ont été saisis par une foultitude de Québécois (et de Canadiens).

    JSB

  11. Excellente initiative, bravo Yovan !

    Il est en effet inutile (et ringard) de chercher à participer à un projet collectif. Faire joujou dans son coin avec son caca frais du matin, une pelle et un râteau, c’est tellement mieux !

    Ce qui compte, ce n’est pas d’essayer de trouver une certaine cohérence, ce qui compte c’est d’être à contre-courant et de ne rien faire comme les autres. J’ai hâte de vivre dans un monde où chacun aura fondé son micro-parti, entrant alors dans un nouvel état de conscience en étant en communication-débat perpétuel(le) avec lui-même et son for intérieur.

    L’individualisme vaincra ! Opprimés de tous les pays, divisez-vous !

    Cadeau musical pour finir : http://www.dailymotion.com/video/x21chc_berurier-noir-deux-clowns_music

    1. Pour créer un « projet collectif » et « cohérent » il faut :
      1. une bonne dose de charisme pour fédérer,
      2. de bonnes idées à proposer.

      Deux choses que Yovan n’a pas.

      Utiliser son verbe et son humour comme une épée, c’est louable. Mais quand le verbe et l’humour sont creux, ça fait un flop.

      Tout le monde n’est pas Coluche.

      Yovan a tout du mec qui « joue avec son caca ».

  12. Créer des projets collectifs (ici politiques) c’est très louable et même nécessaire (et quelque chose dont je suis incapable, n’ayant pas ce charisme, pas plus que l’envie de fédérer des gens autour de moi : réussir à m’intégrer à un collectif existant suffit à flatter mon ego), mais il arrive un moment où la profusion des projets devient néfaste, contre-productive, quand on en vient à se rappeler mutuellement que l’on n’est pas d’accord sur des questions de moindre importance alors que sur le fond les différents projets font les mêmes constats et convergent vers la même vision des choses.
    C’est comme se demander si on pend les patrons et les curés avec leurs boyaux ou avec des cordes en nylon ou en chanvre, mais pourquoi sous des arbres innocents, et si on les jetait du haut de leurs clochers et tours d’ivoire ?
     » Let’s just kill’m and have tea and biscuits.
    – Oh no, not biscuits ‼
    – Alright, alright, not biscuits, but let’s kill’m anyway !  »

    Pour reparler vite fait de Chouard (je respecte le droit de Yovan à le détester cordialement, moi ça me fait un peu pareil avec Mélenchon) et pas que de lui, j’ai trouvé très intéressante la conférence donnée récemment à Paris organisée par le mouvement Colibris, visible ici :

    D’autres sont apparemment prévues, j’ai vu une date pas très loin de chez moi prochainement.
    Voilà qui fait une conclusion parfaite :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *