Qosmos accélèrerait sa présence en Asie et aux États-Unis… ben tu m’étonnes

C’est avec une impatience non dissimulée que Reflets.info attend l’introduction en bourse de Qosmos. Vous savez, cette entreprise française qui ne vend pas de solutions de surveillance aux régimes autoritaires mais dont on retrouve des documentations internes dans les mails d’HBGary vantant les bien faits de sa technologie déployée à l’échelle d’un État… Et voilà que Qosmos a récemment découvert que la Syrie était, peut être, un de ces états au régime un chouia autoritaire auxquels elle ne vend rien… enfin elle aimerait ne plus rien vendre, parce que vous comprenez, on a beau afficher une croissance à presque 4 chiffres, c’est la crise quand même.

Et comme le gros du marché est en train de fondre à vue d’oeil avec ces satanées révolutions dans le monde arabo-musulman, il faut se trouver de nouveaux marchés. C’est un peu ce que nous relatais cet article d’information financière publié dans le Figaro en septembre dernier. Il y a tout d’abord les USA, un pays assez sympa les USA pour Qosmos où le terrain législatif se montre très clément pour accueillir ses sondes aspirateurs de correspondances personnelles : le Protect IP Act. Puis, il y a aussi l’Asie, un marché très ouvert où Qosmos va pouvoir allègrement aller se tirer la bourre avec Alcatel Shanghai Bell (la filiale d’Alcatel « qui n’existe pas » en Birmanie mais qui a réalisé le splendide système de surveillance globale de l’ensemble des communications du pays) pour aller policer le Net tenu d’une main de fer par la junte Birmane.

Futur actionnaire, ne t’inquiète pas, la perte annoncée du marché syrien n’impactera pas tes futurs dividendes, tu peux dormir sur tes deux oreilles. D’ailleurs selon Thibaut Bechetoille, PDG de Qosmos, «il faut être extrêmement clair et rigoureux sur le sujet stratégie». C’est au prix d’une grande rigueur et d’une clarté sans faille que l’on se trouve une levée de fonds de 20 millions d’euros.

Alors voilà pour la clarté (oui encore … mais désolé on ne s’en lasse pas chez Reflets):

J’espère que c’est bien clair pour tout le monde, la venue de Qosmos sur le marché américain, ce ne sera surement pas pour faire de la reconnaissance de contenus afin épurer le Net de tout contenus copyrightés. Rien à voir avec le Protect Ip Act on vous dit. D’ailleurs si vous avez bien suivi, dans la vidéo, les intentions de Qosmos, c’est exactement contraire : c’est de trouver des procédés de comptages de clics par Deep Packet Inspection (une sorte de Google Analytics pour riches quoi)… Heu… comment ça vous avez du mal à y croire ? Mais puisque le PDG de Qosmos lui même vous le dit ! Toutes ressemblances entre l’arrivée de Qosmos sur le marché US et une version béta de la mise en place d’ACTA en Europe serait purement fortuite on vous dit !

Et maintenant pour la rigueur  (attention, certains liens peuvent piquoter un peu derrière les yeux des futurs actionnaires) :

  • On commence par la belle documentation « à destination des intégrateurs » étant entendu, comme vu précédemment dans la vidéo  ci-dessus que Qosmos ne vend pas aux états. Manque de bol, cette documentation confidentielle a été retrouvée par Reflets.info dans les emails d’HBgary disponibles en téléchargement Torrent ici, diffusés sur Internet par Anonymous.

HBGary-Qosmos

  • Puis, comme la surveillance de masse n’est définitivement pas du tout le coeur de métier de Qosmos, Bloomberg nous rapporte que « Qosmos aimerait bien se désengager du marché syrien« … mais c’est compliqué tout ça vous comprenez, la société y a quand même signé des contrats et ne peut quand même pas planter ses gentils camarades intégrateurs allemands, italiens et américains. Mais soyez rassurés futurs actionnaires, car depuis fin septembre 2011, Qosmos a une éthique :

When Bloomberg News contacted Qosmos, CEO Thibaut Bechetoille said he would pull out of the project. “It was not right to keep supporting this regime,” he says. The company’s board decided about four weeks ago to exit and is still figuring out how to unwind its involvement, he says. The company’s deep- packet inspection probes can peer into e-mail and reconstruct everything that happens on an Internet user’s screen, says Qosmos’s head of marketing, Erik Larsson.

C’est assez intéressant car on apprend ici que Qosmos vient de découvrir que la Syrie pourrait bien utiliser sa technologie pour éradiquer des opposants. Ben oui, c’est nouveau tout ça vous comprenez.

… Bref, Qosmos est maintenant paré pour une introduction en bourse, avec une éthique toute neuve et tout et tout !

C’est bien plus qu’un « changement de stratégie » que l’on attend de Qosmos, c’est un examen de conscience, le truc qui empêchera peut être ses commerciaux d’être atteint du syndrome Orange et qui évitera de coûteux frais d’installation de barreaux aux fenêtres du Qosmos Building une fois l’introduction en bourse de la société réalisée.

Twitter Facebook Google Plus email


8 thoughts on “Qosmos accélèrerait sa présence en Asie et aux États-Unis… ben tu m’étonnes”

      1. Hello Buetouff.
        J’ai découvert les 2 derniers articles (celui-ci et les origines de la crise-2) en venant directement sur reflets, alors que mon agrégateur (netvibes) ne me les affichait pas (malgré un refresh).
        Mais maintenant, il les affiche… un temps de latence de propagation ? (de Netvibes, peut-être d’ailleurs ?)

        (c’est que j’étais inquiet, moi… sans news de reflets, je me sens comme orphelin ! Et avec les menaces que vous avez eu récemment, en plus… :-) )

  1. « vantant les BIENFAITs de sa technologie déployéE » et non pas « vantant les bien faits de sa technologie déployées »

    « la Syrie était, peut-être, un de ces états » et non pas « la Syrie était, peut être, un de ces états »

    « c’est exactement LE contraire » et non pas « c’est exactement contraire »

    « lui-même » et non pas « lui même »

    Amicalement :)

  2. On avait aussi d’autres entreprises comme Ultimaco. Face aux interrogations du der Spiegel, leur ligne défense c’est pas nous c’est l’entreprise italienne Area qui a revendu notre matériels.

    Dans un tout autre registre le ministre de l’intérieur polonais a commandé un soft pour infiltrer tor http://translate.googleusercontent.com/translate_c?ie=UTF8&rurl=translate.google.fr&sl=pl&tl=fr&twu=1&u=http://wyborcza.pl/1,75248,10599922,Haker_panstwowy.html&usg=ALkJrhguAPvADvaFQRoCSPfnsP-vKSiAvQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *