Orange dément l’utilisation du DPI à des fin publicitaires sans l’accord explicite de ses abonnés

Nous avons obtenu d’Orange quelques précisions sous forme de démentis. Comme nous l’expliquions déjà en pied d’article ici, les CGV incriminées dataient d’avant Orange Préférences. Orange Préférences reste donc une une expérimentation, avec accord du client (OPT-IN). Les CGV que nous avons mentionné pour des offres commerciales, ne seraient donc en aucun cas liées à « Orange Préférences » ni à des technologies apparentées précise Orange.

Si Orange utilise bien du DPI pour Orange Préférences, il réfute aujourd’hui totalement l’existence de sondes qui analyseraient le trafic des abonnés à leur insu.

Orange reconnait en outre que le terme « données de trafic » dans ses CGV peut prêter à confusion mais s’en défend en invoquant une pratique habituelle, relative à l’article  L34- 1- IV du CPCE. Ces données concerneraient la consommation et la facturation (NDLR, une explication qui nous parait pour le moins surprenante sur des offres d’accès à Internet haut débit en illimité)

« IV. – Sans préjudice des dispositions du II et du III et sous réserve des nécessités des enquêtes judiciaires, les données permettant de localiser l’équipement terminal de l’utilisateur ne peuvent ni être utilisées pendant la communication à des fins autres que son acheminement, ni être conservées et traitées après l’achèvement de la communication que moyennant le consentement de l’abonné, dûment informé des catégories de données en cause, de la durée du traitement, de ses fins et du fait que ces données seront ou non transmises à des fournisseurs de services tiers. L’abonné peut retirer à tout moment et gratuitement, hormis les coûts liés à la transmission du retrait, son consentement. L’utilisateur peut suspendre le consentement donné, par un moyen simple et gratuit, hormis les coûts liés à la transmission de cette suspension. Tout appel destiné à un service d’urgence vaut consentement de l’utilisateur jusqu’à l’aboutissement de l’opération de secours qu’il déclenche et seulement pour en permettre la réalisation. »

 

Twitter Facebook Google Plus email

23 thoughts on “Orange dément l’utilisation du DPI à des fin publicitaires sans l’accord explicite de ses abonnés”

  1. Je m’apprêtais à faire un gros caca nerveux auprès de mon conseiller clientèle Orange, mais bon … ouf il ne nous mettent pas encore sur écoutes intensives avec leur DPI de m… pas encore … hum … Une chose est sure, dès que la fibre arrive chez moi, je change de crèmerie. J’en ai plus qu’assez d’être chez crétin.fr.
    Merci pour la qualité de vos interventions.
    Cordialement.

  2. Ce matin tout le monde crie au scandale que France Télécon c’est des pourris, qu’ils nous espionnent, bla bla bla et puis après avoir bien crié au loup, quand tout le monde est bien énervé, voilà zorro qui arrive pour nous dire qu’en fait tout va bien et que finalement on est déjà espionné depuis des années, mais que bon, c’est pas grave, normalement il faut qu’on donne notre accord, mais bon, ils le font quand même déjà un peu en douce au cas où cela serait rendu nécessaire pour les besoins de l’enquête…

    Que doit-on penser de ces gesticulations!?! Si je fréquente (plus ou moins) régulièrement ce site (ainsi que d’autres), c’est pour avoir des informations que je considère plus pertinentes que la version officielle comme quoi on vis dans le monde des bisounours, enfin, surtout eux parce que pour nous cela ressemble de plus en plus à l’enfer!

    Perso, j’ai complètement arrêté de regarder la télévision en septembre 2001, et dès que j’entends une version officielle, je la remet systématiquement en doute au regard de ce qu’il se passe dans notre pays (et dans d’autres) depuis quelques années, mais s’il faut considérer que toutes les sources d’informations sont des escrocs, des menteurs ou des fumistes, on fait quoi!??!

    PS: Je réitère ma question posée dans l’article précédent: concrètement on fait quoi pour refuser cet espionnage? J’ai bien compris qu’il fallait leur envoyer un courrier, mais on met quoi dedans, quels arguments on fait valoir?

    1. D’aprés ce que tu dis toi-même, comment pourrais-tu mettre ta confiance dans un courrier ?
      Il faut reprendre possession de la technologie, il n’y a pas d’autre solution – tant en logiciel qu’en réseau. Pour le moment, chiffrement – cf. aussi mes commentaires de l’article précédent sur ce sujet.

  3. les CGV incriminaient => les CGV incriminées

    Au passage, merci a l’équipe de nous aider a ouvrir les yeux sur 1000 sujets différents, je vous lit avec toujours autant de plaisir.
    Continuez comme ca, Reflet commence doucement a sortir du carcan « site internet pour paranoïaques » et commence a toucher des néophytes en tout genre.

    1. Effectivement, l’audience semble de + en + large, si je me fie aux commentaires. A tel point que perso, une fois arrivé « en bas » des commentaires, je ne vois pas quoi rajouter sans faire doublon-triplon… donc, je commente de moins en moins.
      L’équipe Reflets aurait quelques chiffres à communiquer sur l’audience ?

  4. Et de toute façon même si ils ne DPIsent pas pour l’instant, on donne quand même notre accord sur un truc très flou et très large. Donc merci de l’info car je déménage et comme je ne suis plus engagé chez eux, je pars ailleurs de ce pas.
    Merci pour votre travail.

    1. Je rebondis sur l’usage – ou non – du dpi.
      Pas besoin de dpi pour voir où vont les internautes, lorsqu’on est FAI (ou pas : voyez Gogole). L’analyse des url/sites visités et des recherches faites sur moteur de rech. suffisent à faire un ciblage relativement précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *