OpSyria : retour d’expérience

Tous ceux qui nous lisent régulièrement savent qui est KheOps et ont même probablement déjà lu un de ses articles. Aujourd’hui, parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi même, nous l’interviewons…   Tu as piloté
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Fabrice Epelboin

Ancien directeur de publication de ReadWriteWeb France, cofondateur de plein de trucs, e-guerillero fi Tounes, spécialiste intergalactique de l’infowar, réincaranation de Nostradamus tous les 26 du mois par temps agité à très agité.

11 thoughts on “OpSyria : retour d’expérience”

  1. Excellent article.
    Chapeau bas, je suis admiratif. « Ensemble, tout devient possible » (c’était à peu près ça, le slogan récent d’Un Certain ?) !
    J’avais installé il y a quelques temps Freenet, qui ne m’avait pas bien convaincu (lenteurs, pas trouvé grand chose mais je n’y cherchais rien de spécial non plus, et problème de maîtrise de ma part… aussi).
    Ce week end, c’est décidé, j’installe un relais TOR. Deux objectifs : je vais m’y pencher sérieusement cette fois-ci pour en tirer un maximum – et rendre service du coup à des personnes qui peuvent en avoir bien besoin.

    A ce propos, une question à Kheops (ou Bluetouff s’il est dans le coin ?) : y a-t-il potentiellement un intérêt pour « la communauté » à ce que j’installe plusieurs relais TOR sur plusieurs machines chez moi ? Ou aucun intérêt, car toutes ces machines étant reliées à la même box, on se heurte à la limite de sa bande passante (qui n’est pas énorme, en tant que non dégrupé) ?

    J’ai particulièrement apprécié le dernier paragraphe, qui m’a bien fait rire. je rabâche également cela à pas mal de monde régulièrement… mais j’ai vraiment l’impression de perdre mon temps. Ils écoutent ce qu’on leur raconte, acquiescent sur le moment… et ne changent finalement rien à leur habitudes !
    Mais bon, faut pas se décourager !

    1. Non, il ne faut pas se décourager, la Syrie est un exemple édifiant. Puisse-t-il servir.

      Tu verras, c’est d’une simplicité enfantine d’installer un relais Tor. Il faut juste que, si ta machine est derrière un routeur ADSL, le ou les ports sur lesquels écoute ton relai soient forwardés par ton routeur vers ta machine.

      A priori je vois assez peu d’intérêt à en mettre plusieurs derrière la même IP publique (même connextion Internet, quoi). D’une part pour l’histoire de la bande passante, comme tu dis, et puis aussi parce qu’effectivement, au final ça ne fait qu’une seule IP publique dans le réseau Tor.

      Et merci :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *