Operation Safekids : oui… mais en fait non

Comme annoncé précédemment, nous avons discuté en interne pour savoir quoi faire du papier relatant l’opération de lutte contre les comptes de supposés « pédocriminels » sur Facebook, lancée par des supposés Anonymous. Nous avons convenu qu’il était nécessaire d’apporter à cet article un certain nombre d’informations et de questions (parfois sans réponses) permettant au lecteur de mieux mesurer les implications de cette opération. C’est ce que nous allons tenter de faire ici. Bien entendu, rien n’est jamais blanc ou noir, tout est gris. Y compris la Démocratie. Pour autant, il est toujours dangereux de demander à Paulo et ses copains du Bar des Amis de prendre la place de la Justice ou de la Police. Juge, c’est un métier. Et un métier très complexe. Cela ne s’improvise pas. Pas plus que l’on ne peut se déclarer cyber-policier du jour au lendemain. En outre, les fausses pistes possibles sur le réseau sont légion…

C’est avant tout dans le monde réel que la lutte contre la pedocriminalité doit être menée. Internet est un outil puissant pour révéler des téléchargeurs ou des fournisseurs de contenus pédocriminels. Mais la suite se passe dans le monde réel.

Cela peut sembler paradoxal à certains, mais pour travailler efficacement, les forces de police et la justice ont besoin de travailler en silence. La médiatisation est souvent leur pire ennemi. Alerter, par une telle opération publique, les fournisseurs de contenus risque de couper un lien qui est nécessaire pour leur traque dans le monde « réel ». Et c’est dans le monde réel que les pédocriminels sont interpellés. Quelques membres de l’équipe de reflets ont travaillé aux côtés de MOGIS, une association, d’origine allemande, de victimes d’abus de la part de pédocriminels. MOGIS, avait pris fermement position contre le filtrage, expliquant que le blocage et le filtrage de sites ne servaient à rien et équivalaient à fermer les yeux. Seule une action sur le terrain, débouchant sur le retrait effectif des contenus et l’interpellation des pedocriminels est efficace et évitera à d’autres enfants d’être des victimes.

Allons plus loin. Cette action DOIT être condamnée. Au mieux, elle parasite les travaux des forces de police, au pire, cette action permettra à certains pédocriminels d’aller faire d’autres victimes sur Facebook ou ailleurs.

On peut, avec des talents informatiques particuliers, récolter des données qui seront exploitées par les groupes de policiers qui luttent contre la pédocriminalité. De nombreuses opérations qui ont fait la « Une » de la presse une fois rendues publiques parce que « bouclées », ont bénéficié d’apports extérieurs. Certes, des « preuves » récoltées « illégalement » ne peuvent être produites (ou difficilement) devant un tribunal, mais elles permettent parfois de faire un bond dans l’enquête.

Ceci dit, cette opération est peut-être aussi un concours de circonstances. En trouvant par hasard un premier compte de ce genre, des anonymes ont peut-être commencé à remonter une piste et levé d’autres lièvres. D’où le réflexe consistant à prévenir Facebook.

L’entreprise américaine, s’il se confirme qu’elle a fermé ces comptes dans la précipitation, a agi de manière stupide et les policiers chargés de la lutte anti pédocriminalité vont se mordre les doigts. Facebook a un rôle, comme tout fournisseur de service en ligne, de prévention, de modération et de collaboration avec les autorités sur des sujets aussi sensibles, pour lesquels le signalement aux autorités devrait être la norme.

En même temps, cette opération aura eu le mérite de rendre publique la problématique des réseaux sociaux comme moyen de diffusion de contenus pédocriminels.

Ensuite, on peut comprendre qu’une telle opération draine des cyber-justiciers de toutes sortes. Des mères de familles, peut-être, mais aussi des gamins trop heureux de pouvoir « faire le bien » sans trop de difficultés. D’où, sans doute, les fuites vers la presse d’images terribles. On appate facilement le journaliste avec ce genre de choses. Mais l’effet est désastreux. Les images sont publiées, floutées peut-être (ou pas) et ce sont des douleurs indicibles pour les parents, et parfois, pour les victimes elles-mêmes.

Reste enfin à savoir si dans toute cette opération, il n’y a pas une part de manipulation. Elle pourrait viser une destabilisation de Facebook, une destabilisation d’Anonymous, générer une demande ou une acceptation de lois sécuritaires… Impossible à dire à ce stade. Quant aux « Anonymous », ils sont par nature anonymes. Rien ne dit que cette opération reflète la position de l’ensemble du groupe… bien au contraire, à en croire nos sources.

La seule opération d’Anonymous concernant Facebook est un appel à supprimer les comtpes sur ce réseau. Dès lors, il nous apparait erroné d’attribuer à Anonymous l’opération Safekids qui semble plus être le fait d’une minorité du groupe, un courant libre, qui en outre, utilise les outils que l’ensemble du groupe appelle à boycotter. Facebook est un réseau où les Anonymous ne s’aventureront pas pour des questions plus qu’évidentes d’anonymat et de respect de la vie privée.

Anonymous défend certaines valeurs, sinon nous verrions proliférer des images pornoinfantiles sur des skyblogs et des pages Facebook au nom d’anonymous et au nom de la liberté d’expression… une porte ouverte au n’importe quoi, comme anonymous sur Facebook.

Le sujet de la pédocriminalité a, semble t-il, été abordé à de très nombreuses reprises au sein d’Anonymous. Nos sources nous indiquent que ce genre d’actions ne seraient pas du ressort du groupe. La personne ayant lancé cette opération l’aurait donc fait contre l’avis des autres.

rainbow anonymous
Anonymous c’est tout le monde mais pas n’importe quoi. Anonymous est tout le monde, Anonymous est personne, Anonymous n’est pas un club de bridge, Anonymous a cependant des outils permettant un certain consensus sur les opérations à mener. Anonymous suit tout de même une ligne directrice et l’opération Safekids n’en faisait manifestement pas partie.

Twitter Facebook Google Plus email


24 thoughts on “Operation Safekids : oui… mais en fait non”

  1. Dire des « anonymous luttent contre la pedophilie » aura pour effet que des gens iront la debusquer au nom d’un « groupe anonymous ».
    Ce qui permettra ensuite de faire passer anonymous pour un groupe de pédophile, le jour ou les types en question iront se coller sur le dernier honey pot de la police.
    Ce truc la n’est pas d’aujourd’hui, il y a 5 ans ont faisait la meme avec les « hackers ».

    La lutte contre la pedophilie est du ressort de la police (enfin s’il reste du personnel qui sert à autre chose qu’a aller courir après les microdealers).

  2. j’ai bien peur qu’on touche du doigt toute la limite d’ Anonymous …
    Les vigilants aussi, au début, ont du lyncher 2 ou 3 tristes sires ( qui le méritaient ? ) … anonymous sort aussi directement de ce court héritage historique des USA , de Salem à Lynch … Quand je vois fleurir les appels au meurtre d’une mêre indigne qui a déchainé la chronique de caniveau de la presse US, j’ai bien peur qu’un jour , anonymous soit condamné a s’épuiser à combattre des gamins qui , revétus d’un masque , se livreront aux pires saloperies au nom d’un monde purifié et nettoyé des « monstres » …
    et tout ça pour une erreur de marketing …
    pas un ado tout juste pubére n’aurait revendiqué d’être un des « 5 gus dans un garage » … vrai que ça fait pas fantasmer …
    qu’ils virent le masque, qu’ils changent de raison sociale , pour des trucs moins « sexy » , et vite !

    1. C’est toujours le même problème, dès qu’un groupe comporte plus de 3 individus ça devient le bordel. Mais malgré la potentiel production de « gamins à côté de la plaque », le mouvement Anonymous apporte l’espoir.
      Il apporte l’espoir parce qu’il montre que n’importe qui peut aller faire trembler les puissances mondiales (Sony, les politicards, les prophètes etc). C’est sur ces entités que l’on doit se concentrer à renverser ; pas les malades qu’elles ont engendrés.

      1. « Il apporte l’espoir parce qu’il montre que n’importe qui peut aller faire trembler les puissances mondiales (Sony, les politicards, les prophètes etc).  »

        >>

        Tu es sur de qui est quoi ?
        Le vrai truc quand on fait quelque chose, c’est d’etre sur que les etiquettes sont attribuées correctement.

    1. Ca faisait longtemps qu’on s’était pas fait traités de hackers chinois sur Reflets, limite ça nous manquait. Par contre en nous traitant de pédobidule, ce pseudo Anonymous vient de marquer un point Frédéric Lefébvre… c’est une prouesse que toute la rédaction de reflets.info salue.
      :)

  3. « Certes, des « preuves » récoltées « illégalement » ne peuvent être produites (ou difficilement) devant un tribunal, mais elles permettent parfois de faire un bond dans l’enquête. »

    J’ai pas tout bien suivi, et des éléments de contexte ont dû m’échapper. Mais si cette phrase n’est pas précisément l’argument utilisé pour marcher sur l’État de droit à Bagram ou Guantanamo, alors j’ai dû perdre mon français.

    1. Gor, les preuves récoltées illégalement sont utilisées par la police mais ne peuvent être produites en justice, il est donc nécessaire que les flics recoupent les renseignements obtenus illégalement avec ceux qui ont été obtenus légalement. Cela leur permet de confirmer des doutes.

      J’ai été contacté par la gendarmerie française bien avant que l’affaire Némésis ne soit révélée publiquement. Ce travail prend du temps et demande de la discrétion.

      Comme Luc Ferry aurait du le savoir, lorsqu’on découvre qu’une personne est pédocriminelle il faut en avertir la police. Je l’ai toujours fait. Je suis contre le fait qu’on ferme des pages facebook (vraies ou fausses si on en croit la discussion ici, on peut raisonnablement penser que beaucoup de ces pages pourraient être des fake fabriquées par des anonymous (voir proposition de Vigdis, le 10 avril)[ http://forums.whyweprotest.net/threads/p%C3%A9dophilie.78067/page-4%5D

      Par contre, je suis contre le fait qu’on laisse ouvert des sites affichant du matériel pédopornographique. Je pense que les flics ne sont pas assez nombreux et que leurs moyens sont trop limités pour faire face à ces mouvements de prosélytisme pédophile qui sont la face visible de l’iceberg. Ils ont besoin de l’aide des hackers et la sollicitent, j’en ai fait l’expérience.

      Les profils facebook de vrais pédos sont une source précieuse d’information pour flics et hackers.

      Imaginons que je sois en possession de plusieurs bases de données trouvées sur des sites pédophiles et que grâce à elles j’ai pu identifier quelques pédos, est-il plus raisonnable que je réclame à grand renfort médiatique la fermeture de leurs pages facebook, myspace, copainsd’avant etc., ou vaudrait-il mieux que je fournisse tout cela aux flics en continuant de mon coté à les observer, visitant de loin en loin leurs petits échanges mails privés et faisant des captures écrans des faux-pas pour les fournir aux flics afin que le dossier de ces pédos garantisse une arrestation suivie d’une inculpation ?

      Si tu as mieux et plus efficace à proposer, fais-le.

      Avant l’opération Némésis* il y a eu des années de travail de fourmi fait dans la discrétion. L’action n’est pas l’annonce de l’arrestation, cela c’est la médiatisation. Il ne faut pas mélanger… Ceci écrit, je n’ai rien contre une bonne action d’éclat de temps en temps, mais mon avis est que tout cela est vain. Anonymous, opérations némésis, la véritable action devrait se faire dans la prévention et l’éducation des enfants : ne jamais tenir secret un attouchement sexuel de la part d’une personne plus agée. La discrétion, IRL, fait le bonheur des pédophiles. Sur internet c’est le contraire. Tout cela est compliqué.

      * http://www.quellesconnes.com/antipedophilie/antipedophilie.php

    2. iGor, je paste ici une réponse à ton commentaire de la part de DocMartine (elle a un souci pour poster) :

      iGor, les preuves récoltées illégalement sont utilisées par la police mais ne peuvent être produites en justice, il est donc nécessaire que les flics recoupent les renseignements obtenus illégalement avec ceux qui ont été obtenus légalement. Cela leur permet de confirmer des doutes.

      J’ai été contacté par la gendarmerie française bien avant que l’affaire Némésis ne soit révélée publiquement. Ce travail prend du temps et demande de la discrétion.

      Comme Luc Ferry aurait du le savoir, lorsqu’on découvre qu’une personne est pédocriminelle il faut en avertir la police. Je l’ai toujours fait. Je suis contre le fait qu’on ferme des pages facebook (vraies ou fausses si on en croit la discussion ici, on peut raisonnablement penser que beaucoup de ces pages pourraient être des fake fabriquées par des anonymous (voir proposition de Vigdis, le 10 avril)[ http://forums.whyweprotest.net/threads/p%C3%A9dophilie.78067/page-4%5D

      Par contre, je suis contre le fait qu’on laisse ouvert des sites affichant du matériel pédopornographique. Je pense que les flics ne sont pas assez nombreux et que leurs moyens sont trop limités pour faire face à ces mouvements de prosélytisme pédophile qui sont la face visible de l’iceberg. Ils ont besoin de l’aide des hackers et la sollicitent, j’en ai fait l’expérience.

      Les profils facebook de vrais pédos sont une source précieuse d’information pour flics et hackers.

      Imaginons que je sois en possession de plusieurs bases de données trouvées sur des sites pédophiles et que grâce à elles j’ai pu identifier quelques pédos, est-il plus raisonnable que je réclame à grand renfort médiatique la fermeture de leurs pages facebook, myspace, copainsd’avant etc., ou vaudrait-il mieux que je fournisse tout cela aux flics en continuant de mon coté à les observer, visitant de loin en loin leurs petits échanges mails privés et faisant des captures écrans des faux-pas pour les fournir aux flics afin que le dossier de ces pédos garantisse une arrestation suivie d’une inculpation ?

      Si tu as mieux et plus efficace à proposer, fais-le.

      Avant l’opération Némésis* il y a eu des années de travail de fourmi fait dans la discrétion. L’action n’est pas l’annonce de l’arrestation, cela c’est la médiatisation. Il ne faut pas mélanger… Ceci écrit, je n’ai rien contre une bonne action d’éclat de temps en temps, mais mon avis est que tout cela est vain. Anonymous, opérations némésis, la véritable action devrait se faire dans la prévention et l’éducation des enfants : ne jamais tenir secret un attouchement sexuel de la part d’une personne plus agée. La discrétion, IRL, fait le bonheur des pédophiles. Sur internet c’est le contraire. Tout cela est compliqué.

      * http://www.quellesconnes.com/antipedophilie/antipedophilie.php

      1. Merci pour la transmission du message et pour le message lui-même.

        Très clairement je n’ai pas mieux à proposer. Il est probable que tu aies raison. C’est juste que dans ce monde de dégradés de gris (par opposition au manichéisme blanc/noir), je trouve bien compliqué de trier entre méthode correcte ou incorrecte… Les règles de l’État de droit sont fragiles, et imparfaites.
        Tu as raison de terminer ton message sur l’aspect prévention et éducation. Encore une fois merci pour ces éclaircissements.

        1. Tout reste affaire d’éducation, qui reste la meilleure des préventions , en effet …

          pour le reste , et je trolles pas, j’ai toujours du mal à fixer la ligne entre l’indispensable liberté et l’état de droit …
          on balance les forums pédo OK …
          on balance les forums appelant au meurtre ?
          on balance les forums faisant l’apologie d’autres névroses criminelles ?
          etc …
          Internet est un lieu ou les régles de l’Etat de droit ne peuvent pas s’appliquer, puisqu’il est par nature, comme le capitalisme, supra-national …
          Et nous sommes enfermés dans le cadre des Etats-Nations , à ramer pour essayer de maintenir un peu d’Etat de droit …
          Si nous n’y parvenons pas, le capitalisme finira d’asseoir sa loi sur le monde … et l’humain, quel que soit son age deviendra ouvertement « une marchandise comme les autres » … parceque le capitalisme est par nature a-moral …

          Putain comment on fait ?

        2. Quand je me suis « lancée » dans la lutte anti-pédophilie c’est parce que les sites spécialisés ne me plaisaient pas du tout. Pour moi les pédo sont de pauvres gens, mi-psychotiques mi-pervers qui ont souvent subi eux-même ce qu’ils imposent à des gamins. Toute la délicatesse du problème est là. Prévention également en aidant le jeune ado qui se sent pédophile et qui ne sait évidement pas à qui en parler ni comment se faire aider sans se faire mettre au ban de la société.

          Seule la prévention peut avoir des résultats, évidement si la prévention empêche des viols on ne saura pas à quel point elle a été efficace et surtout elle ne fait pas de coups d’éclat dans les médias.

          Je n’aime pas beaucoup la surmédiatisation, je n’aime donc pas trop le dirlo de Wilileaks ou les anonymous qui, dans ce cas précis, me font penser au film « à mort l’arbitre » de Mocky.

          1. on a eu la même impression …

            et sur le probléme des « pédos » et de la médiatisation, je persiste à clamer que la majorité des « prédateurs » sont là ou l’on ne veut pas les voir, au sein de la famille , et que certains prédateurs sont des prédatrices …

            et qu’une société qui ne pense plus l’enfant en responsabilité sociale mais en propriété privée leur dit « c’est à vous, faites en ce que vous voulez » …
            fin bref, on est loin du sujet …

            la médiatisation est l’ennemie de l’efficacité, de la lucidité, du travail policier et judiciaire bien fait , toussa … et anonymous semble adorer la mediatisation , des fois …

    1. Ils existent, anonymement, et leurs actions ont des conséquences, dans la vie cyber ou dans la vraie. L’anonymat n’empêche pas le sentiment de gloriole ni la toute puissance que la certitude d’être du bon coté de la force permet tout…

      1. Tu parles : y’a quelques gus qui ont envie et postent ensuite leur envie sur 4chan/b/ et les milliers de gus dessus frappent, sans se fédérer et les quelques gus disent ensuite qu’ils sont légions…
        4chan, c’est l’équivalent d’un botnet humain, sans plus et manipulable à l’envie…

  4. Ils aiment la médiatisation, comme les blacks-blocs dans les manifs anti-mondialistes : qu’importent les conséquences du moment que les médias parlent d’eux. Ils n’existent que par la place que les médias leur donnent pour le reste je suis d’accord : moins on en parle et mieux ce sera pour tout le monde :) Donc, je suis OK avec les hésitations de Kitetoa quand à la parution de ce papier.

    Là où passent les bb et les anonymous, la liberté d’expression prend du plomb dans l’aile à cause des lois répressives qui passent comme des lettres à la poste après leurs anonymes et héroïques méfaits.

    Leurs discussion sur forum est catastrophique : créons de faux profils pédophiles pour ensuite les dénoncer et accuser facebook de ne pas être assez fliqué. hum…. Les J34N-K3vins à nageoires jaunes sont les plus dangereux.

    On a les indignés qu’on mérite et on a les médias qu’on mérite …

    ;)

  5. Je ne me considère pas comme expert. Par contre j’aime bien les chiffres. Et c’est quand même bizarre la surexposition médiatique / les moyens engagés pour un certain nombre de choses détestables mais « minuscules » (en termes d’amplitude, ne me traitez pas de nazi tout de suite) : au hasard, pédophilie, terrorisme.

    Cette disproportion, alliée au fait que ces deux sujets en particulier ont déjà été utilisés largement commme chevaux de troie pour tout autre chose (respectivement, filtrage de le internet et mettre des mecs avec des kalach quand je prends mon café gare du nord) me fait m’interroger à chaque fois sur le pourquoi du comment de merde, d’où on en parle autant, et pourquoi « ça marche ».

    On passera sur les cercles vicieux (les médias en parlent pour faire de l’audience, l’audience l’apprend par les médias et en redemande), en fait la principale composante c’est le storytelling. Le meurtre/viol d’enfant ou l’avion contre le WTC ça fait des images qui grossissent l’importance du fait – du coup on y croit. Ca donne des gamins habillés en justicier, et même des gens techniquement pas mauvais (Thejester – avec des chiffres un peu partout) font moralement n’importe quoi, à cause de l’image.

    Du coup c’est par l’image et sans fond (parce que les gens de reflets qui bossaient dans l’ombre traitent le problème, pas son image, comme les policiers d’ailleurs) que sont traités les sujets – du gamin qui veut se faire connaître à facebook qui traite le sujet PR comme un sujet PR : on fait n’importe quoi, et on communique sur le fait qu’on l’a fait parce qu’on est moralement des types bien…

    Joli article reflets comme toujours, merci pour votre boulot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *