Nicolas Sarkozy ne veut pas jouer à « combien ça coûte ? »

Le Pentagone vient de fournir quelques chiffres aux Américains. La première semaine de frappes contre la Libye de Kadhafi a coûté environ 600 millions de dollars. Sans compter, bien entendu les opérations secrètes de la CIA autorisées par Barack Obama.

En France, le ministère de la Défense et le chef de guéguerre Nicolas Sarkozy ont indiqué que l’implication de la France avait coûté… Heu… Non, vous ne saurez pas.

Nicolas Sarkozy n’a visiblement pas envie de participer à « combien ça coûte ». Mais nul doute que Jean-Pierre Pernaut, le meilleur journaliste d’investigation que la France ait jamais connu, va immédiatement se pencher sur la question. Nous aurons donc la réponse dans les semaines à venir sur TF1.

Depuis quelques jours, Reflets.info demande régulièrement @Elysee et @_Bercy_ via Twitter :

« où peut-on consulter la liste des avoirs libyens saisis en France ? »

Nous n’avons jusqu’ici obtenu aucune réponse. Pourquoi pose-t-on cette question ?

Deux raisons principales. La première est qu’il nous semble que la piste des sanctions financières contre la Libye n’a pas été poussée bien loin. La piste militaire, plus médiatique et rentable électoralement (M. François Copé ayant politisé l’intervention en Libye le soir du premier tour des élections cantonales) a en revanche été privilégiée. Au prix d’une précipitation dangereuse.

Les avoirs libyens en France existent. A notre connaissance, ils n’ont pas été saisis. En revanche ils l’ont été en Suisse, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis…

Deuxième raison : ne serait-il pas un tantinet logique que dans une démocratie, lorsqu’un citoyen pose une question aux élus à qui il a délégué son pouvoir (ou pas), ceux-ci répondent ? Par politesse d’abord, par souci de transparence, ensuite ?

Nous en sommes au 5ème envoi de notre question sur les avoirs libyens. Aujourd’hui, nous allons varier, avec une question sur le coût de l’intervention en Libye.

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *