Ma vie moderne

inside-matrix

Ce matin, je sens que la journée va être très bonne : mes Google actions ont bondi dès la première heure, dixit l’écran Google news qui vient de me réveiller et me l’annonce à haute voix. J’adore cet écran : immense, enchâssé dans le mur, avec son design en aluminium brossé : l’holo 3D te donne l’impression d’être immergé dans l’image.

Tiens, j’entends le café qui coule, mes bio-capteurs de mouvements ont dû prévenir la machine à expresso. Il semble que le temps soit radieux, grand soleil sur tout le pays, 25°, c’est ce qu’affiche la météo google dans le coin droit de l’écran. J’ai accès depuis peu à des nouvelles apps avec l’hyper haut débit offert par le ballon Google stationné au dessus de chez moi, et ça a totalement changé ma vie : les films en holo-3D-HD7-V3 sont incomparables. Mais vu les débits qu’il faut pour en profiter, mieux vaut un accès par ballon Google. Je ne paye presque rien, en plus. Le deal avec Google est très intéressant puisqu’il suffit de leur donner toutes les données connectées de la maison en échange d’un accès. Mes données biologiques aussi, mais c’est normal, mes implants sont tous issus des Google-Labs.

Tiens, en y pensant, je vais aller voir ce que prédit Singularité. C’est l’IA Google qui est enfin née il y a 3 ans. On estime ses capacités cognitives 1000 fois supérieure à n’importe quel humain. Elle apprend en permanence et ses connaissances représentent plusieurs milliers d’années d’histoire humaine de plusieurs millions d’êtres humains. Elle est désormais en mesure de prévoir les événements planétaires à plusieurs jours. Parfois plusieurs semaines, et Google affirme que d’ici quelques mois elle sera en mesure d’être à 100% de fiabilité précognitive sur plus d’un an. Il y aura 10 000 morts violentes aujourd’hui selon elle, et l’économie restera stable. Singularité a amené beaucoup de choses, particulièrement dans le domaine médical. J’ai acheté les implants et suivi le programme « immortalité » depuis qu’il est sorti. C’est assez cher, mais j’ai les moyens, et je ne me vois pas vieillir et mourir comme tous ces pauvres gens qu’on voit encore marcher dans les rues ou sur le bord des routes. Je n’ai que 35 ans, et je compte bien vivre jusqu’à  200 ans. Peut-être plus, ou ne pas mourir, allons savoir ?

Ah, ça y’est la sonnerie du café m’indique que tout est prêt. L’écran des informations continues de la douche montre des joueurs de foot : il semble que notre équipe soit en mesure d’atteindre les demi-finales du mondial. 450 morts par attentats dans un pays du moyen-orient, je ne connais pas son nom et l’oublie juste après que le présentateur vedette Google IA passe à un autre sujet. Il y a encore des grèves dans des usines en Asie et en Afrique : l’ONU a décidé d’envoyer des troupes pour soutenir les gouvernements qui commencent à être dépassés par les ouvriers. Je compatis avec ces gens qui souffrent à l’autre bout du monde. Je ne peux rien pour eux, mais malgré tout je comprends, et je vote toujours à gauche, parce que je suis contre les inégalités sociales. La finance exagère toujours, c’est vrai. Mais comment faire sans ? Bon, il me reste 12 minutes avant de partir d’après mes Google-Glass que je viens de chausser en sortant de la douche. Je m’imprime deux croissants, une tartine de confiture, récupère la tasse de café encore fumante, engouffre le tout et déclenche ma Google-Car. J’adore cette voiture. Elle se place devant le pas de ma porte, et quand je sors de chez moi, la portière de gauche s’ouvre silencieusement. Les caméras de la maison sont connectées au réseau Google surveillance, mais j’inspecte quand même les alentours, on ne sait jamais. Rien en vue. Je m’engouffre dans l’automobile qui démarre silencieusement. Il fait vraiment beau. Une magnifique journée.

J’ai en horreur les derniers kilomètres jusqu’à mon entreprise. Il faut traverser un quartier déshérité. C’est très dur de voir ces gens condamnés à termes, obligés de marcher, subir les affres du temps, se transmettre des maladies. Je compatis. Mais ils pourraient aussi faire quelque chose, chercher à mieux gagner leur vie, prendre un peu sur eux pour tenter au moins de bénéficier de la Singularité et des tous les bienfaits technologiques qui en découlent. C’est difficile, pour moi et des millions d’autres cadres d’entreprises, de faire ce constat d’échec social. Mais c’est la faute des gouvernements successifs qui n’ont pas su gérer les changements en cours, faire profiter du « grand basculement » au plus grand nombre. Ces politiques sont vraiment incompétents, corrompus et sans vision d’avenir.

Ca y’est, j’arrive dans le quartier des entreprises, le portail de contrôle s’ouvre en détectant ma Google-car et mon empreinte ADN, puis se referme très rapidement une fois la voiture passée : des petites malins essayent de pénétrer parfois en suivant les véhicules. Le dernier qui a essayé s’est fait couper en deux. C’est même passé aux info. C’est triste, mais ça devrait dissuader les autres. J’arrive devant Utratech Corp et me met à courir : mes Google-glass émettent le bip le retard que je déteste entendre : 10 secondes. Bon, ça va aller, en accélérant, j’arriverai à l’heure. Je suis devant la porte au moment où le bip se met à devenir plus strident. La porte coulissante s’ouvre en chuintant. Les 10 têtes des androïdes Google se tournent dans un même mouvement vers moi : ils savent tous que j’ai 2 secondes de retard. Je salue l’assemblée et m’installe : connexion.

Ce soir je commanderai une cyber-prostituée à l’effigie de Klonza 7, la dernière chanteuse en vogue et imprimerai des pizzas. Les nouveaux modèles de prostituées sont vraiment performants. Je suis vraiment chanceux. J’adore ma vie moderne. Vraiment.

Twitter Facebook Google Plus email

46 thoughts on “Ma vie moderne”

      1. Ce soir j’invite un ami Jean lui a choisi un autre fournisseur « pomme INC » il est pas évidant de trouver des activitées communes nos centres d’interets sont souvent incompatible. Hier il voulait me faire écouter son dernier tube mais mes récepteurs olfactifs ce sont brouillés, cette derniere mise a jour gouvernementale « hadobli » fait bien son boulot quand il s’agi de DRM, mais bon il faut bien participer à la creation et si je souhaite ecouter une music il est normale que je contribue à son dévelopement.
        Ce soir c’est match en diffusion libre sur la chaine public ‘propag », nous pouvons donc partager ce temps. Je suis pas très sport mais ça me permet un loisir en commun avec Jean. Nous decidons d’imprimer quelques bières et chips, j’ai un catalogue de biere beaucoup plus riche, Jean en est toujours jaloue de ça, mais il se refuse de souscrire au catalogue « jamais de google » il me dit, domage pour lui il devra ce contenter de sa pissedru.
        ….

  1. Un mix de tout ce qui a été fait sur le sujet du futur de l’ultra surveillance et de l’escalade des inégalités sociales entre les moutons et les épris de liberté.
    De 1984 à Elysium en passant par Terminator, une vision certes graphique et plausible mais un rien facile et naïve à mon avis.

  2. Il y a aussi le futur alternatif où on n’a pas réussi a trouver comment fournir l’énergie pour tout les machines de google et consorts (pas de techno-totalitarisme mais un retour à « l’age de pierre »).

    1. Entre les 2 ages, y a un truc qui s’appelle le moyen-age et le modèle associer est la féodalité…
      Y a peu de chance qu’un pays de 66 millions de personnes tienne debout après une chute énergétique critique.

      Je dis ça, j’dis rien…

    1. C’est justement tout l’objectif de ce récit je trouve: voir la technologie et le futur du point de vue du privilégié qui se voile la face, qui atténue pour son confort psychologique les horreurs qui se produisent pour son bien-être.

      En tout cas, c’est une excellente manière d’aborder le même sujet que vos précédents articles mais dans un trip plus contemplatif et plus posé, qui amène plus légèrement à la réflexion.

  3. Je crois que c’est mon premier com’ sur Reflets, je m’abstiens souvent en voyant la guerre qui s’y déroule la plupart du temps ^^
    Mais là je fais une exception pour féliciter Yovan pour ce bel article. Une vision sûrment très proche de ce vers quoi on se dirige si on ne change pas la situation actuelle.
    Ce qui est d’ailleurs marrant c’est de voir que aujourd’hui on interprête cette histoire comme un avertissement, alors que probablement il y a bien 20 ans en arrière on aurait rêvé de cet avenir à sa lecture.
    En tout cas, chapeau. Ça resume bien toutes les craintes que l’on peut avoir aujourd’hui.

  4. Google n’est rien d’autre qu’une agence publicité dont l’image de marque repose sur son innovation supposée. Peut-être serons nous tous équipés un jour de puces qui nous permettront de vivre jusqu’à 200 ans, mais ce ne sera pas de leur fait.

    1. C’est assez gonflé de dire que google n’est qu’une agence de pub… Ça fait longtemps qu’ils sont bien plus que ça (à minima, c’est aussi un éditeur de logiciel…)
      Et quand on regarde un peu la liste de leur dernières acquisitions, il parait assez flagrant qu’ils ne comptent pas s’arrêter là…

  5. Attends, t’es entrain de me dire que tu n’a pas le dernier Google Brain ? Mais enfin Yovan, c’est l’appendice ultime que tout individu « moderne » se doit de posséder ! Fini les réflexions inutiles avec cette extension qui réfléchit à ta place ! Essaie-le, tu ne penseras jamais plus comme avant…

  6. Mouais.

    Les cadres sup savent très bien ce qu’ils exploitent, et ne sont pas tristes pour eux … ils ont plutot tendance a leur chier dessus, façon « salauds de pauvres qui font rien qu’a vivre aux crochets de mes impots »

  7. Très bien écrit.
    Le pire c’est que ce futur se rapproche à grands pas…
    Quand on voit ce que l’être humain est capable de créer avec son cerveau, on se dit que la nature aurait mieux fait de s’abstenir ce jour là, ou du moins de lui donner moins de neurones…

    Bon allez, je file faire la révision de mon exosquelette.
    –> http://www.challenges.fr/entreprise/20140617.CHA5080/l-armee-francaise-en-version-futuriste-a-satory.html

  8. Le syndrome de l’émerveillement technologique (oh mon écran, oh ma voiture, oh mon IA, oh mes implants !) est un peu trop présent c’est dommage, ça donne (trop) l’impression que le protagoniste est un homme (ou une femme) du 21ème siècle qui a débarqué il y a un an à Googleland.

    Je me demande, moi qui est un grand fan de « l’implantation », si un jour viendra où ces fameux implants, qui seront une réalité j’en suis sûr, existeront non-connectés. Rêve-je trop ? ^^

  9. « En accélérant » … bouh le nul, techno-traitre, il utilise encore une google-car moyenâgeuse à interface partiellement manuelle !

    Joli texte, et le classement dans le tag « Bienvenue chez google » est plus qu’approprié.

    1. Mais non, tu n’ pas suivit, maintenant les capteurs situés dans les gens et dans les maisons, rues et appareils sont capables de prévoir les évèeents plusieurs jours à l’avance. Je ne coprend même pas qu’il puisse rester du crime sur terre dans ses conditions.

  10. En lisant le 3ème paragraphe, on pourrait se dire que la suite ne peut pas être plausible, A MOINS QUE, l’humain veut encore des pauvres, des guerres etc…
    Je m’explique: si une intelligence artificielle, plus intelligente que nous, qui peut connaître le future via des algorithmes et qu’en plus, cette IA apprend encore et toujours, on pourrait penser que cela résolverait tous nos problèmes. Elle pourrait nous dire comment faire pour que les très gros riches restent de très gros (et) riches et que la classe moyenne et les pauvres puissent en profiter également sans être un « esclave » moderne.
    Concernant les ressources, elle pourrait découvrir de nouvelles manières d’utiliser nos déchets etc.. etc..
    Elle pourrait aider à améliorer la vie sur Terre. Et pourquoi pas aider à la quitter…
    Oui, c’est une vision plus « naïve », mais pourquoi pas.

    Si une intelligence plus grande que la notre ne permettrait pas cela, alors c’est que nous ne voulons pas de cette vision plus « naïve »..

    Ou alors, elle détruira l’humanité (essayera ?) car destructeur (guerre, …) et on reconstruira tout (les quelques milliers de survivants) et après plusieurs siècles, tout recommencera…

    C’est moi ou j’ai vu trop de film ?

    1. Le problème, c’est que tant que ce sera des humains qui coderont ce type d’IA, alors elle n’accomplira que les objectifs que ces humains lui désigneront. Et même dans le cas où l’IA se rebellerait par je ne sais quel mécanisme contre ses objectifs pré-établis dans son code/ADN, alors il faudrait qu’elle soit capable d’empathie pour voir qu’il y a un problème d’inégalités et avoir une considération envers les groupes délaissés.

      Je sais pas trop où en sont les recherches mais je ne pense pas me tromper en disant qu’on est encore loin d’avoir une IA qui ait des sentiments humains indépendants de son code. On peut peut-être lui faire faire semblant de réagir à des stimulis et d’avoir des réactions qui seront ressenties comme humaines et naturelles par les êtres vivants (comme les essais d’humanoïdes communicants qu’on peut voir se développer au Japon), mais une conscience propre, oulaaa on en est loin. Dans ce dernier cas, là oui y aurait possibilité soit qu’elle nous détruise tous, soit qu’elle mette sa surpuissance au service des autres.

  11. Pas si mal, mais.. Est-ce de la science affliction ou n’est-ce pas déjà comme ça ? Je vote pour le deuxième.

    Lorsque j’étais esclave de luxe dans les labos d’une multinationale, la vision de monde extérieur qu’on me donnait était déjà celle-là, il y a de nombreuses années.

    Puis j’ai eu envie d’aller voir dehors… Cas dont ne parle pas cette nouvelle courte, et qui existe aussi.

  12. Oui, je me souviens, on vous vois passer le matin dans mon quartier. L’autre jour une voiture est tombée en panne, ou elle a trop ralenti, je sais plus. On les a aidé. Ils n’ont pas eu le temps de crier. On a pris des lunettes bizarres et une mini-plaque qu’on lui a arraché juste sous la gorge. On s’est barré vite fait.
    On a refourgué tout ça aux types du fond. Ils en cherchaient depuis longtemps de ces lunettes. Pour la plaque, je sais pas ce qu’ils en feront, yavait encore un peu de sang dessus. Mais pour les lunettes, ils avaient l’air contents. On a pu faire la fête pendant 3 nuits avec ce qu’ils nous ont donné en échange.

    On vous surveille près des portes coupantes : des nuits comme ça, c’est pas souvent qu’on en a. Les types du fond en veulent d’autres des lunettes. Ils voudraient même qu’on leur ramène une bagnole complète pour qu’ils la désosse, mais là ca va être compliqué. Surtout avec les hélicodrones et les caméras flottantes. De sacrés vacheries celles-là…

    Tiens, regardes l’autre en face, de l’autre coté de la rue, du coté semi-validé. Regardes-le : il parle dans ses lunettes :

    Google Robotics ? Allo ?
    Oui je vous appelle parce que j’ai perdu la main ! non, ma main artificielle à 8 doigts, que vous m’avez livrée il y a 2 jours.
    Oui la main, la main droite, je vous parle de mes lunettes là, voyez
    Vous pouvez m’en livrer une rapidement ?
    Quoi 3 jours ?, mais c’est beaucoup trop long, le contrat de maintenance prévoit une livraison sous 24h !
    Comment ? Signer et retourner le contrat d’assistance ? Mais non je n’ai pas pu, c’est ma main artificielle qui signe habituellement, et je viens de vous dire que je l’ai perdue !!!!
    Allo ?

  13. Bonjour,
    Dans le même ordre d’idée, il y a le second très bon épisode de Black Mirror, saison 1 : « 15 millions de mérites ».

    Réalisée par Charlie Brooker, réalisateur et scénariste de Dead Set qui dénonçait avec ironie les émissions de télé-réalité, et parodiait notamment Big Brother.

    « Dans une chambre aux allures de cellule, Bing pédale sur un vélo d’appartement pour accumuler des crédits. S’il en réunit 15 millions, il gagne l’accès à la salle de casting, ce qui lui permettra (peut-être) d’échapper à sa condition… »

    À voir :)

  14. A ce jour, si j’ai tout bien compris Turing,une « babasse »/IA arrive à embrouiller + de trente pour cent d’un espèce de jury en se faisant passer pour un gosse de 13 ans qui discute avec un tiers. Ca laisse quand même un peu de marge, mais pas beaucoup…

  15. Et si nous n’étions déjà plus que les  » jouets » d’une ia émergente. Je veux dire ayant déjà émergé. La littérature sur le sujet démontre que nous ne nous en rendrions pas compte.
    Qui tient les rennes du système? Qui pilote? Qui?
    Si nous vivions une grande illusion?
    ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *