M. Medvedev ouvre Davos : M. Sarkozy, on ne vous entend toujours pas… Parlez plus fort

Ami lecteur, je vous vois venir avant même de commencer : la démocratie n’est pas obligée de se perdre pour se conformer à ses principes. En d’autres termes, jusqu’où une démocratie peut-elle laisser aller des
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

2 thoughts on “M. Medvedev ouvre Davos : M. Sarkozy, on ne vous entend toujours pas… Parlez plus fort”

  1. Allez, je me lance et je fais fort avec un point godwin d’entrée :p

    On va donc remonter environ 70 ans en arrière lorsque l’Allemagne décide de « liquider » le peuple juif hors de ses terres nouvellement conquises.

    Là, comme toujours, deux choix possibles : le « pas en mon nom » et le « on va collaborer ».
    Prenons au hasard deux pays, la France et le Danemark (où étais-ce la Norvège, mes profs d’histoire ne se sont jamais attardés sur ce sujet). Pour l’un de ces pays, le roi à dit « vous pourrez avoir ma tête mais jamais je ne vous donnerai mes sujets », pour l’autre « Si on vous donne les enfants en bonus, ça vous va ? ».

    Bien sûr, je schématise et raccourcis, même en France, il y a eu de la mauvaise graine de résistants, mais notre histoire montre que ce pays n’a jamais eu de problème avec la violation des Droits de l’Homme.
    Nicolas Sarkozy a bien parlé fort (mais moins que son homologue chinois il semblerait) au moment des mouvements au Népal lors des jeux à Shangaï, mais cet effort semble l’avoir rendu aphone, puisqu’il se contente de se faire entendre auprès des troublions de sa majorite et d’eux seuls.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *