LR et le PS hors course ? Attendez une minute…

Comme nous l’évoquions hier soir, la droite (LR) et la gauche (PS) traditionnelles sont écartées du second tour de la présidentielle. C’est une première. Tout le monde ou presque y voit un chamboulement, une première qui marque le début d’une grande recomposition du paysage politique français. Salutaire sans doute. Souhaitée par une grande part de la population, assurément. Mais il faut se garder de crier victoire trop vite. Emmanuel Macron, qui a émergé par la grâce des casseroles de François Fillon, et sans parti politique traditionnel, va probablement être élu président de la république. C’est toujours mieux que Marine Le Pen. Mais après…

S’il a annoncé vouloir commencer sa présidence sous le signe des ordonnances, il faudra bien qu’il compose, à un moment ou un autre, avec un Parlement. Et celui-ci pourrait bien être en juin le résultat d’un retour des partis traditionnels.

Déjà, depuis hier soir, les coulisses sont agitées des petites tractations habituelles et chacun prépare son avenir. A droite, tout le monde rêve d’un retrait de Fillon, qui ne l’entend pas de cette oreille et il va falloir s’attendre à des tirs de canons entre amis « ayant les mêmes valeurs » de droite, bien sûr, le tout, pour le bien commun, c’est évident. A gauche, Manuel Valls, Cambadelis, Hamon creusent déjà leurs tranchées.

Les Français voteront-ils en masse pour le nouveau parti déjà presque traditionnel En Marche aux législatives ? Pas certain. Les pro-Mélenchon espèrent prendre leur revanche, les pro-Le Pen rêvent d’une présence importante au sein de l’Assemblée. LR espère ne pas tout perdre… Bref, on retombe sur des partis, des arrangements, tout ce qu’il y a de plus habituels. La grande recomposition n’est peut-être pas pour demain.

En outre, le système (faites clici-clic), ne se limite pas à la sphère politique. Ce groupe de groupes qui compose la strate supérieure de l’organisation de notre société (pour résumer), comprend également les cercles financiers et industriels. Aucun de ces cercles ne veut disparaître ou être mis de côté. Le but principal du système étant de conserver ses positions. Et avec Emmanuel Macron, ledit système n’est pas près de perdre ses positions.

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

6 thoughts on “LR et le PS hors course ? Attendez une minute…”

  1. Je ne suis pas plus devin que l auteur, mais il me semble aventureux de prevoir que Macron n aura pas de majorite a l assemblee nationale (apres tout il y a 1 an, Macron n avait a priori aucune chance a la presidentielle).
    1) les gens qui ont voté EM aux presidentielles vont surement voter EM aux legislatives. Il y aura certes de la perte en ligne (en particulier au benefice des LR une fois leur candidat repoussoir eliminé) mais rare seront les electeurs souhaitant sciemment un blocage et 5 ans d immobilisme. L abstention plus forte va donc surtout concerner ceux qui considerent que c est foutu pour 5 ans (aka le PS voire les LR)
    2) Le FN (voire les Insommis) va provoquer un grand nombre de triangulaire/quadragulaire. donc le ticket d entree va baisser car il suffira au second tour d etre celui qui a le plus de voix
    3) Vu la perspective d etre elu voire de devenir ministre, EM n aura aucun mal a trouver des candidats dans chaque circonscription. Surtout si on considere que le PS en voie de Pasokisation ne sera plus capable d offrir des postes (et en plus il va falloir partager le peu qu il reste avec les apparatchick de EELV). Tentant pour un membre du PS dont la circonscription est donnée a un tiers de se presenter en tant que EM

    1. @cdg: tu peux rajouter le fait qu’on entre probablement dans une ère dans laquelle il est possible qu’il y ait des alliances/consensus au parlement, en fonction des projets de loi, pour peu que les plus honnetes intellectuellement à gauche et à droite, arrêtent de suivre de manière systématique les consignes de leurs partis. Compte tenu de l’état du PS (Hiroshima), et des LR (Nagasaki), il y a probablement qq mois (le temps de la recomposition à gauche et à droite) ou cela sera possible…

  2. La France a besoin d’une véritable démocratie. Comme en Suisse, nous vivons très bien la proportionnelle à tous les niveaux du pouvoir. Quelque soit le résultat de cette élection, 75% des votants n’aura pas de représentation dans ce gouvernement. Et vous vous apprêtez à aller massivement voter pour Macron au second tour, sans moi. Je n’ai pas voté Chirac en 2002 et je ne vais pas voter Macron en 2017. Les changements importants n’arrivent jamais par les urnes mais par des actions syndicales importantes menées contre les dirigeants, de gauche comme de droite.

    Sous le prétexte de faire barrage à la peste on appelle à voter massivement pour le choléra en envisageant la cohabitation avec la personne élue au second tour c’est pathétique. Et des manifs sont-elles déjà agendées contre les prochaines réformes du droit du travail prévues par Macron?

    Pourquoi se faire complice de ce scénario politique ? Sans moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *