L’open-data, les ours blancs et nous

L’open-data c’est très cool. Tout le monde en conviendra. Pourquoi ? Parce que c’est un oxygène démocratique inépuisable, et que vu l’état maladif des poumons de la démocratie, il serait temps que chaque citoyen puisse
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

50 thoughts on “L’open-data, les ours blancs et nous”

  1. pfffffffffff … encore un coup des zackers chinois … non ?
    en fait ce qui nous différencie d’eux, c’est que si nous voulons arréter cette course folle qu’est le capitalisme, c’est juste pour connaitre le « buen vivir », pas pour découvrir les joies de l’ascése .
    comme disait Deleuze : « Le désir est révolutionnaire parce qu’il veut toujours plus de connexions et d’agencements  » coté agacement t’as pas mal assuré là …

    1. Non, c’est un coup des dinosaures.

      C’est le dernier graphique qui nous le prouve.

      On voit nettement que la courbe varie fortement avec une remontée spectaculaire entre -250 millions d’années et -100 millions d’années (en gros).
      Cette période correspond à l’ére secondaire ou mézosoïque.
      C’est l’époque des dinosaures. C’est eux les responsables !
      Au début du Trias (-250 millions d’année) il n’y a encore qu’un seul continent sur terre, la célèbre Pangée. C’est pendant cette ère que celle-ci se divise en continents du fait d’une forte activité des dinosaures et des volcans.
      Cette période se termine vers -65 millions d’année avec la fin du Crétacé et la disparition des dinosaures. Ah ben c’est pas eux ?

      Plus sérieusement, le moins que l’on puisse dire, c’est que les éco-systèmes ont largement évolués depuis.

      Les premiers pré-humains n’apparaissent qu’il y a environ 5 ou 6 millions d’années. Cela ne représente qu’une toute petite portion à droite de la courbe.

      En conclusion : il est exact que la terre a connu des périodes de son histoire avec une vie évoluée (les dinosaures) durand lesquelles la concentration en CO2 dans l’atmosphère était beaucoup plus élevée qu’aujourd’hui.

      Mais il est tout aussi exact que l’humanité n’a pas connu au cours de son histoire de concentrations en CO2 dans l’atmosphère aussi importante qu’aujourd’hui.

      Quand au « réchauffement qui bouge, qui ne suit pas la règle établie par le réchauffement officiel basé sur une règle de 3 »

      Yovan, tu vient de découvrir que le travail scientifique demandait un peu plus que des mathématiques niveau ministre de l’education :)

  2. Veille. J’ai reçu un mail vers ça ce matin.
    culture.cnam.fr/agenda/novembre/le-conseil-des-biotechnologies-une-nouvelle-forme-d-expertise-l-exemple-des-ogm-543547.kjsp?RH=evnt_mai

    Ce hautcontruc est vraiment Open Data Minded à mon avis…!
    hautconseildesbiotechnologies.fr/

  3. Je me considèr(e/ais) comme quelqu’un lisant suffisamment de médias « différents » pour ne pas me faier avoir par la propagande gouvernementale (sans parano, je parle bien sûr du rapport des jeunes à Internet, du danger des jeux vidéo, etc.).

    Mais là, j’avoue être sur le cul… Bien sûr, on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres (c’est même le coeur de métier des « experts »), mais là, ce sont des données brutes…

    Bravo reflets (pour le coup, quand j’aurai de quoi, je ferai un petit don)

  4. Ouhaou ! Mais tu es en net progrès mon petit Yovan. Tu commences à essayer de t’appuyer sur des données pour étayer ta bouillie conspirationiste. Je salue cet effort journalistique. Sinon, pour la maîtrise de l’Open Data, nom pompeux pour désigner les données publiques, (ah prétention quand tu nous tiens), il manque encore un petit peu de pratique.
    http://arctic-roos.org/observations/satellite-data/sea-ice/observation_images/ssmi1_ice_ext.png
    Enfin, lire une courbe, comme tu le dis si bien c’est à la portée de n’importe quel citoyen non ? Ah merde, à te lire il semble que non… Parce que, finalement, si on utilise un peu son cerveau, on remarque facilement que la moyenne1979-2006 est supérieure aux années suivantes non ? Ah mince, non, pas Yovan, c’est l’option « journalisme avancé » peut-être ?
    Ah mais j’oubliais, p’tain, ça fond pas au pôle sud, merde, c’est marqué dans les « open data » (j’suis trop un hacker moi, j’cause comme eux, et puis « données publiques » ça fait naze, on dirait trop la SNCF…) c’est un putain de complot MONDIAL financé par AREVA, je vous le dis ! (y’en à même qui voudraient que je me taise, ma tête à été mise à prix par les crypto-islamio-réchauffistes du Front de Gauche…) Mais heureusement, comme on a les open data, et surtout Yovan, tout le monde peut maintenant voir que c’est pas la peine de se casser le cul à faire des thèses de doctorat sur le sujet ou de publier des articles dans des revues scientifiques. Bravo !

    « Donc, ça a l’air de se réchauffer, mais pas de partout du tout, pas de façon linéaire, pas avec une fonte massive des pôles uniforme et surtout pas le pôle Sud. Mince, ça ne fait pas notre affaire. Un réchauffement qui bouge, qui ne suit pas la règle établie par le réchauffement officiel basé sur une règle de 3, c’est très ennuyeux. Les choses ne sont pas aussi simples que Arthus Bertrand et Hulot le disent ? »
    Là, je dis qu’on progresse, Yovan, car comme tout le monde peut le remarquer à le lecture de cet article (et de l’open data correspondant), il y a incontestablement de nettes avancées dans la compréhension du phénomène climatique. Ainsi on ne peut que se réjouir de lire enfin un paragraphe sensé sur le sujet de ta part (il aura fallu attendre le 4 ou 5ème article, mais ne dit-on pas que la patience est la mère de toutes les vertus ?)

    1. Merci Ivan, tu es un peu le deuxième effet kisscool de Reflets.info. Le 1er c’est de voir un nouvel article à lire et le 2e c’est que quand on voit que c’est Yovan qui l’a écrit, peut importe le sujet, on aura une réponse de ta part, dans la même lignée que toutes les autres, dans une condamnation de principe quasi-systématique de l’auteur.
      Tu dis qu’il a fallu attendre 4 ou 5 articles pour Yovan, et pour toi ? Si patience est mère de vertue, il faut attendre encore combien de commentaires pour que tu puisses un tantinet objectif ?

      Sinon GJ (encore ^^) pour cet article en particuliers pour les toutes les refs différentes (forme, source, …)

    2. Mouais, l’article et le ton est sans doute critiquable (lequel ne l’est pas)… En revanche, comme tu l’admets en présentant le dernier paragraphe, l’objectif n’est pas d’annoncer une théorie du complot mais de montrer que le problème est plus compliqué que les spot anti-CO² (c’est vrai quoi, à quand une loi pour interdire ce CO²..) – la palme au pseudo dessin-animé pour maternelle…

      Bref, un peu d’abus de pouvoir de la part du GIEC, de dogmatisme « bien pensé » dans les médias. Ce n’est pas pour autant que réduire sa consommation d’énergie n’est pas une bonne idée et que les énergies alternatives sont stupides. C’est plutôt qu’après avoir couru comme des malades vers la sur-consommation, la solution n’est sans doute pas de se mettre à courir comme des dératés (l’approche change…) dans l’autre sens.

      Bref, si on se posait 2 min et qu’on réfléchissait vraiment aux conséquence à long terme des décisions qu’on prends maintenant…

  5. Juste une remarque concernant les graphes de température du pôle sud en « plein été »…
    En plein mois d’août, en plein dans l’hémisphère sud, en plein hiver quoi…

    (Ce n’est pas pour démonter le raisonnement, juste pour éviter les boulettes)

  6. Suite à cette enième tentative de nous convaincre que le réchauffement climatique n’est pas celui qu’on nous vend, je ne peux que citer Olivier Berruyer :

    « Bref, vous pensez que le GIEC se trompe, et avez la preuve que l’Homme n’est pour rien dans le réchauffement ? Mais aucun souci : SURTOUT ne m’écrivez pas, mais rédigez un bel article en anglais, et proposez-le à Science ou Nature (dont la publication prouvera un minimum de sérieux dans l’hypothèse, mais ne prouvera évidemment en rien sa vérité…), et les climatologues vous répondront – sans doute fascinés par votre théorie révolutionnaire. Ainsi, dans son prochain rapport, le GIEC pourra tresser des lauriers au nouveau Darwin que vous êtes, et zou, en route vers le prix Nobel ! »

    « […] la méfiance de plus en plus forte du public, sur cet inquiétant “complotisme” de plus en plus présent, alimenté par la puissance du web (c’est très bien de pouvoir faire des blogs, mais il n’y a pas derrière que de la compétence ou de l’honnêteté malheureusement, ce qui peut embrouiller le public) […]
    D’ailleurs, vous même n’allez probablement pas faire suivre cette masse de billets à vos contacts, alors qu’un joli graphique erroné montrant une fausse corrélation entre le réchauffement et disons l’activité volcanique des 5 dernières années ferait le tour du web sur le thème du “on nous ment”… »

    http://www.les-crises.fr/climat-29-conclusion-1/

    Il y a quand même un point majeur problématique : si c’est un « complot » (parce que c’est bien ça la thèse que tu défends ?), quel est l’interêt des manipulateurs ? Le terrorisme écologique ? La défense du nucléaire ?

      1. Qui a parlé de complot ? Il n’y a pas de complot : comment tu expliques la seconde guerre d’Irak, basée sur des images satellites présentées à l’ONU et prouvant à 90% (95% ?) que Sadam possédait des armes de destruction massive. Le consensus s’est ensuite fait sur ces preuves. Et l’Irak a été attaqué.

        Tu expliques ça comment, mis à part la volonté de lutter contre le terrorisme d’Al Qaida en Irak et amener la démocratie au irakiens ? Que les armes aient été trouvées ou pas n’a pas franchement d’importance : c’était pour le bien.

        Il n’y a pas d’explications de complot, enfin moi, je n’ai pas les billes pour prouver qu’il y ait complot.

        Je regarde juste ce qu’il se passe, ceux qui abondent, ceux qui critiquent, ceux qui verrouillent, ceux qui vont contre le verrouillage. Chacun est conscient quand même que des scientifiques de réputation mondiale, en climatologie ont quitté le Giec et contestent ses rapports ? Non ? Ils ne sont pas en France, c’est vrai. Et ils n’acceptent pas un consensus en sciences. Concept très original et très novateur, soit-dit en passant…le principe du consensus en sciences…

        Mon travail n’est pas de prouver que l’homme n’est pour RIEN dans le réchauffement. Mon travail est d’amener des informations, analyses, sur le fait que de nombreux scientifiques, données, leaks, indiquent que les 90% du Giec sont bidons. Entre 90% et rien, il y a un pas, que je n’oserais franchir. Mais des mecs continuent de bosser dans leur coin, ce qui n’est pas si mal, bon, à chaque fois qu’ils se cassent le cul à sortir une recherche qui ne va pas dans le sens du Giec, ils se font casser la tronche. Mais bon, c’est pas grave, ils ont refusé le consensus, ce sont des traîtres.

        Par contre, ce qu’il serait très intéressant, c’est que celui qui affirme que l’homme est obligatoirement responsable du changement climatique vienne démontrer, en l’état de la science du climat, que le climat change sous le coup du Co2 et gaz à effets de serre…produits par l’homme.

        Ah mais zut, ce n’est pas la peine : il y a un consensus. Donc, aucune obligation de venir faire la démonstration. Si, avec des dessins animés et des rapports truffés d’approximations, ou d’erreurs, et de grosses prévisions à 50, 100 ans. C’est vrai. J’oubliais.

        Désormais, le but nest plus de comprendre le changement climatique, mais prédire de combien de mètres les océans vont augmenter, quand les pôles seront fondus, et les événements climatiques les plus ravageurs vont se déclencher. C’est une science comme une autre vous me direz. La science du scénario unique. Intéressant…

        1. @Yovan : autant je comprends le complot sur l’Irak ou même le World Trade Center (pour lequel d’ailleurs rien n’a jamais prouvé que c’était Al Qaida), autant j’ai de gros doutes quant aux modèles du GIEC.

          Ce qui est le plus à déplorer dans la lutte contre le changement climatique global, c’est bien plus le greenwashing que nous servent les industriels que l’énorme travail de compréhension du climat fait par le GIEC ou d’autres climatologues.

          Votre article est intéressant et soulève des points primordiaux, mais le ton me semble digne d’un Claude Allègre. Ce dernier, en tant que géologue est très certainement partie prenante avec certaines compagnis pétrolières, française ou non.

          Et pour reprendre un message plus haut : il est évident que l’activité humaine a un impact sur l’environnement et donc, par extension, sur le climat. Certains ayant parié sur l’activité solaire sont restés cois lorsque les températures ont continué à monter lors de la grande phase de sommeil du Soleil à partir de 2008.

          1. Le début de mon message n’est pas clair.

            Je reformule : autant je comprends que l’on ait des doutes sur l’Irak ou sur le WTC, autant j’ai plus de mal à comprendre les doutes sur le travail du GIEC.

          2. @TZ : Ah ben non quand même ! Allègre il écrit des trucs moins drôles que moi ! Non ? Si ? P’tain, si maintenant mes papiers sont du même style que ceux d’Allègre, avec le ton d’Allègre… Mais, il écrit sur Reflets Allègre ? En plus il est de gôche, et moi, non. :D

            Bon pour le doute sur le Giec, je vais te sortir un truc sur le principe du consensus. Tu vas mieux cerner ce que tout ça signifie. Non pas qu’il y a ait complot. Nan, nan. Il y a juste consensus.

  7. [quote]Ah mais oui, mais non : c’est pas du jeu, seuls les experts peuvent interpréter toutes ces données, et les contribuables, eux ils devraient mieux se contenter de payer pour que ces données soient crées et seulement utilisables par les spécialistes.[/quote]

    Si les scientifiques sont réticents à l’open-data c’est parce qu’ils défendent leur bifteck. Pourquoi se casseraient-ils le cul à prélever des données si c’est d’autres chercheurs qui en tirent des conclusions (et donc des retombés)? Les bisounours, l’open-data, toussa ils sont plutôt pour mais si c’est pour être la brebis dans la tanière, ils se disent que c’est un peu con.

    Pour ce qui est de l’interpretation des données ; avec BAC+8 un scientifique se permet tout juste d’émettre des hypothèses. C’est sur que sa pèse pas lourd face un native armé de sa souris 3 boutons qui peux tirer des conclusions en un battement de cil.

    T’es tellement bon que tu devrais soumettre un article!
    Reprends ton argumentation, présente là au format de la communauté scientifique à laquelle tu t’adresses (lis 2-3 article sur scholar.google.fr, ça va te sauter aux yeux) et publie nous ensuite la réponses des reviewers. Je suis sur qu’ils se feront une joie de t’apporter 1 ou 2 précisions :)

    1. À condition qu’il passe l’éditeur. Un chercheur sans équipe reconnue derrière et avec un truc révolutionnaire qui va à l’encontre de la plupart des résultats (c’est là un des problèmes de l’article, c’est qu’il fait fi des données qui vont dans le sens d’un réchauffement), ça m’étonnerait qu’il puisse ne serait-ce qu’être lu par un reviewer.

      1. Pas faux.
        Il peut encore s’adresser à une formation de chercheurs pour ce domaine. Je suis sur que des chercheurs seraient très amusés par le défi, d’autant que ça leur donnerait un regard sur l’interpretation que font les septiques.

        J’en profite pour poser quelques questions à l’auteur.
        – Si la surface des glaciers ne change pas, qu’en est-il de leur volume?
        – Pourquoi le réchauffement devrait-il être homogène?
        – Le problème de la montée des eaux se focalise sur les glacier continentaux. Bien que l’Antartique représente le plus gros volume glacier, qu’en est-il des autres (cordillère des Andes, Alpes, Himalaya, …)? Ils fondent ou pas? (Notez que cette question rejoins la question 2).

        1. Dites Lildadou là, le septique c’est fait exprès ou c’est un lapsus ?
          Le c en moins et voilà que nous putréfions (beurk). Ou alors aseptisons les sceptiques pour qu’ils cessent de persifler.

          Et puis c’est vrai quoi, tous ces sceptiques qui débarquent comme ça sans crier gare dans le cercle restreint et vertueux des bacsplushuits et des reviewers.Mmmmmmh c’est pas bien. Allez les sccceptiques, tous devant pliou bellavi, non mais !

          Kride
          grouillot en informatique, j’ai que bacpluscinq : je vois la lumière du cercle (restreint) des prophètes disparus mais je ne peux pas m’approcher, pffff…..

          1. C’est p’tet un lapsus mais je ne crois pas avoir d’avis sur la climato-question.
            Si le problème du réchauffement climatique est réellement causé par l’homme alors je me dis que c’est un nouvel élément à charge contre notre boulimie expansionniste. Si c’est un réchauffement naturel alors je suis curieux de connaitre la situation dans 50, 100 et 1000 ans. Et si y a pas de réchauffement alors je suis curieux de savoir pourquoi on nous tarabuste la cacahuete avec.

            Ce qui me chagrine c’est d’écouter et d’être convaincu par le premier bloger venu alors qu’ils y a plein de gens qui savent de quoi ils causent mais qui n’ont pas l’air de penser que ce premier. Je suis pas fan des messies.

  8. Pourquoi les températures changent elles totalement avec des événements comme des éruptions majeures ? Des phénomènes comme El Nino ? Pourquoi les réchauffement anciens, avant la révolution industrielle sont suivis d’une augmentation très importante du taux de Co2 dans l’atmosphère ? Pourquoi les cycles solaires suivent les périodes de refroidissement et de réchauffement ? Pourquoi ?

    1. 1- à cause des rejets qu’elles entrainent?
      2- pas compris. Mais un tremblement de terre peut faire varier la trajectoire et l’axe de la Terre, si ça peut te donner une idée de l’énergie et donc des conséquences que ce peux avoir.
      3- c’est p’tet un cercle vicieux? le CO2 précipité se dissout p’tet dans l’eau chaude? ce qui entraine un réchauffement, etc
      4- p’tet un impact sur la magnétosphère et tout le reste
      5- pourquoi tu réponds pas au miennes?

    2. Tu permets lildadou ?

      2- parcequ’El Nino se caractérise par une diminution des alizés dans l’océan Pacifique ce qui entraine une élévation de la température des eaux de surfaces à l’est de l’océan qui a des conséquences météo sur l’ensemble de la planète parce que le Pacifique ça fait beaucoup de surface ?

      Pourquoi tu réponds pas aux questions de lildadou ?

      1. Et on attend toujours les réponses de Yovan aux questions de Lildadou …

        « J’en profite pour poser quelques questions à l’auteur.
        – Si la surface des glaciers ne change pas, qu’en est-il de leur volume?
        – Pourquoi le réchauffement devrait-il être homogène?
        – Le problème de la montée des eaux se focalise sur les glacier continentaux. Bien que l’Antartique représente le plus gros volume glacier, qu’en est-il des autres (cordillère des Andes, Alpes, Himalaya, …)? Ils fondent ou pas? (Notez que cette question rejoins la question 2). »

  9. http://www.skepticalscience.com/
    Par ce que c’est mieux expliqué que ce que je ne pourrai faire dans un billet. C’est en anglais.

    Pour la glace en Antartique c’est le point 10:
    http://www.skepticalscience.com/antarctica-gaining-ice.htm

    L’open data n’est pas une panacée, ce n’est pas parce que vous avez accès à la comptabilité de Ben Ali que vous pourrez déterminer facilement si c’est un profiteur ou un bienfaiteur avec ces seules données.
    Je trouve un peu présomptueux de vouloir tout seul dans sont coin démonter l’ensemble des conclusions du GIEC. Mais bon peut être que je sous-estime le talent de Yovan.

  10. Je ne suis pas climatologue, mais quand je vois les graphiques publiés dans l’article, je n’arrive pas vraiment aux mêmes conclusions. Le premier montre clairement qu’en moyenne la taille de la banquise est plus petite.
    La comparaison des température au pôle sud est très intéressante, mais attention l’échelle des températures n’est pas la même sur les 2 images (même si celle-ci montre bien un exemple ou le réchauffement n’est pas « évident »). Vous avez trouvé un exemple ou le réchauffement n’est pas flagrant, avec les mêmes images on en trouve 10 qui disent le contraire. (http://igloo.atmos.uiuc.edu/ANTARCTIC/ANOMIMAGES/ant.t.anom.2002.05.jpg et http://igloo.atmos.uiuc.edu/ANTARCTIC/ANOMIMAGES/ant.t.anom.1989.05.jpg)

    1. Tu ne crois quand même pas que Yovan Menkevick t’amène là, en un article une démonstration de la preuve du réchauffement autre que par le CO2, sérieusement ?

      Ou que Yovan Menkevick bosse tout seul dans son coin avec ses seules analyses en récupérant des datas au hasard pour faire la preuve ?

      Faut lire quand même, hein… L’article amène une réflexion, mais pour aller suivre les vrais scientifiques qui continuent à chercher sur le climat, avec des théories autres que celles du Giec et regardent ailleurs que vers le Co2 il y a le choix, surtout en pays anglo-saxons.

      Faut avoir envie de chercher, quoi. Pas juste venir militer sur la thèse dont on nous a bourré le crâne. C’est un choix.

      Mais comme j’ai encore plein de rapports, de recherches (des observatoires, groupes de climatologues, etc…) qui contestent le Giec dans mes tiroirs, je prends mon temps. Le but de l’exercice c’est de réfléchir. Poser des questions. Regarder plus loin. Et des pointures le font. On va vous en reparler, c’est bien mieux que du Claude Allègre. Mais alors sans comparaison.

      1. Houlala, le GIEC tremble déjà ! Bon, un petit conseil, hein, commence par apprendre à lire un graphique avant de te lancer dans ton grand oeuvre, ça t’éviteras le ridicule, comme certains ici te l’on gentiment fait remarqué à propos des « open data » ci-dessus.

      2. On sait tous que la science doit se nourrir du débat et qu’il est important que des chercheurs aient leur indépendance.

        Par contre si 90% des chercheurs pensent qu’il y a un réchauffement climatique, et que 90% des études montrent qu’il y en a un, est-ce qu’il faut se fonder sur les 10% restant pour dire que les 90% ont tort ?

        Pour nous démontrer ta thèse, tu utilises les résultats qui vont dans TON sens. À ce titre, c’est aussi malhonnête (oui j’ose le terme) que les rapports du GIEC qui citent les résultats dans LEUR sens.

        Il faut en tout cas distinguer plusieurs choses importantes : les faits (la température a-t-elle augmenter ces 150 dernières années), les explications (là il y a sans doute plus matière à débat, et dire comme Courtillot il me semble, qu’il n’y a pas de réchauffement et que s’il y en a un, ce n’est pas la faute de l’homme, me paraît être une façon de faire assez tordue) et les conséquences (et là c’est le plus difficile à faire sans doute puisque les paramètres sont très nombreux).

        1. Saume-wan : « Par contre si 90% des chercheurs pensent qu’il y a un réchauffement climatique »
          ———————
          « si » les cochons ont des ailes, ils pourront voler.
          Et puis depuis quand il faut des « chercheurs » pour constater que la température augmente ou diminue ???

        2. « Par contre si 90% des chercheurs pensent qu’il y a un réchauffement climatique, et que 90% des études montrent qu’il y en a un, est-ce qu’il faut se fonder sur les 10% restant pour dire que les 90% ont tort ? »

          Excellent raisonnement, malheureusement constamment démenti par l’histoire des sciences.
          Avant Pasteur, 99% pensaient que la génération spontanée était une réalité. Contre Wegener, 99% pensaient que la dérive des continents était une lubie. Idem pour l’ulcère de l’estomac qui ne pouvait PAS être provoquée par une bactérie (Résultat : Prix Nobel 2005 pour Marshall et Warren). Idem pour la prophylaxie, les fossiles des animaux, l’impossibilité des lasers à solide (Maiman a fait marcher le lasser à rubis contre l’avis général), les supra-con a + de 10K, décrétés impossibles etc.

          En science, la majorité et le consensus ont très souvent eu tort. C’est même comme ça que se font les découvertes.
          La Science ce n’est pas la démocratie.

          1. Oups, j’oubliais la meilleure, toujours à propos des 90% que, selon Saume Wan, il faut croire.
            Dans les années 80-90 Daniel Schechtman a observé l’existence de symétries d’ordre cinq dans les arrangements cristallins (appelés maintenant « les quasi-cristaux »).
            C’était contre la bible des cristallographes de l’époque qui démontrait ma-thé-ma-ti-que-ment que c’était impossible et c’est ce qui figurait dans TOUS les bouquins. Le consensus était de 100%.
            Le pape de la cristallo de l ‘époque a déclaré que Schechtman était « un quasi-scientifique ». Schechtman a été viré de son labo et de son université, vilipendé pendant des années, considéré comme un crétin…
            Résultat: Il avait raison : Il a eu le Prix Nobel de Chimie 2011.
            Personne ne s’est jamais excusé.Et surtout pas le « consensus ».

          2. Il va de soi que les vérités scientifiques tiennent jusqu’à ce qu’elles soient fausses.
            Nous nous construisons un univers cohérent en se basant sur des concepts physiques ou mathématiques qui sont agrées parce qu’ils marchent. Jusqu’au jour ou ils ne marchent plus.
            Les exemples que vous donnez sont pertinents, mais contesteriez vous de même la relativité ou la théorie de l’évolution? Pour cette dernière, elle est bien contestée par les créationnistes et il ne me semble pas qu’on les acclame pour leur volonté de dépasser le dogme scientifique.
            Tout ça pour dire qu’il est relativement vain d’assurer la théorie du réchauffement climatique par le consensus, comme il est vain de l’invalider par le même argument.

            Par contre filer un graphe au citoyen en lui disant: regarde les médias te mentent, tu n’as qu’à prendre les données sur internet et tu te feras une opinion qui sera plus pertinente que celles de chercheurs dont c’est le boulot, avec les connaissances nécessaires pour mettre ces données en contexte, je trouve ça un brin couillon.

        3. Saume-wan, ta remarque sur les 90% serait juste dans un fonctionnement normal de la recherche. Dans la pratique ce n’est pas ça et je parle en toute connaissance de cause.

          Quand tu veux faire une publication scientifique dans un domaine « pointu » ou « nouveau », il y a de fortes chances pour que ce soit les « pionniers » qui review ton article. Et si ton article contredit les articles de références, la plupart du temps ton article ne sera jamais publié.

          La où les gens devraient accepter les articles qui vient contredire/infirmer leur travaux précédents pour progresser et en gardant à l’esprit que sans leur travaux « faux » ou incomplets les gens n’auraient pas pu avancer, ils préfèrent réfuter toute thèse contradictoire.

          Donc les dérives du GIEC ne me surprennent guère…

          1. À mon avis (comme ça c’est dit: je n’ai pas la vérité), je crois les membres du GIEC quand il explique des phénomènes du passé, pas quand il prédit l’avenir! Ce n’est pas une attitude scientifique, (même chose pour les économistes ou l' »épidémie » tueuse de la grippe H1N1). Pour le climat, la liste des facteurs est approximative, macroscopique et sans doute incomplète. De plus, chaque facteur ne peut être mesuré en tous points, à tout moment. Enfin, le climat n’a jamais été « stable ». Une hypothèse de prévision scientifique ne peut reposer que sur une expérience (prospective) rigoureuse, à résultat constant: impossible: conclusion: rien n’est prouvé et toute prévision doit faire la preuve qu’elle obtient un résultat très significativement plus vérifié qu’un résultat aléatoire, ce qui n’a pas encore été fait: on reste donc dans le domaine des hypothèses et de la « foi »! GIEC ou pas! Qui parle du GIEC? Al Gore, Arthuis, Hulot: que des comiques! Ce qui fait tout l’intérêt de cet article: arrêtons de gober! Ouvrons les yeux et demandons nous toujours à qui profite le crime!

            Merci Yovan et à tous.

  11. C’est bien joli tout ca de nous sortir deux graphiques et de conclure que « c’est pas si simple. »

    Effectivement c’est pas si simple.

    Yovan vous nous (vous?) leurrez en laissant a penser que le CO2 serait seul responsable de l’effet de serre. Ah oui, mais fut un temps on parlait DES gaz a effet de serre, mais maintenant plus qu’un seul?

    Ah tiens. Ca fait un bel argument commercial pour vendre des voitures, pour se faire élire plus vert, mais pour être scientifiquement sérieux, ca fait surtout bien marrer.
    Et puis bon, tiens, hop, cherchons de l’open data bien loin sur un site open toussa:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_%C3%A0_effet_de_serre

    Oh, tiens, zut, le gaz a effet de serre n°1 c’est la flotte. Vite, un article sur les fers a repasser.

    Voila, maintenant qu’on a bien rigolé, on va en remettre une couche.
    Ils sont beaux ces graphique hin, ceux qui parlent sur une période courte a l’échelle concernée qui concluent que ça ne se réchauffe pas.
    Tiens, cette semaine il a fait plus chaud que la semaine d’avant sur mon balcon, l’hiver n’existe pas en fait, ils nous disent bullshit à la télé avec leurs marronniers. Jvais faire un article.

    Et puis, cibler les pôles et rien d’autres, pour parler d’un réchauffement climatique global. Rhooo comme c’est vilain. Yovan docteur, mettra le thermomètre sur le petit doigt de pied et dira qu’il n’y a pas de fièvre, mais non, le doigt de pied est a 33°. D’ailleurs a cette température vous devez être morte madame, c’est scientifique, sortez de mon cabinet.

    Sans rigoler cette fois: on ne fait pas de la science en analysant deux-trois graphiques.
    D’autres l’ont certainement dit mieux que moi dans les commentaires précédents (mais j’aime troller, c’est mon vice) mais cet article, scientifiquement, devrait sans doute rejoindre le thermomètre dans un endroit approprié.

    Pour le prochain Yovan il faudra penser:
    -a lire quelques thèses pour s’appuyer dessus. pas juste 3 graphs a la con
    -a éviter de mettre dans le même sac la vulgarisation scientifique , les journaleux foireux qui surfent sur la vague apocalyptique , les politiques verts, ceux pas verts qui mettent un chapeau vert parce que c’est la mode.
    -a éviter de prendre le particulier pour le tout.
    -j’en oublie et j’ai la flemme

    Déjà avec ces quelques points ça fera des articles un peu moins foutraques.

  12. En gros, je choppe des graphiques qui m’intéressent, explique qu’un peu tout le monde a tort, et je me défends en expliquant que je ne connais pas le sujet. Génioul.

    Désolé, mais ce qui était vrai en 6eme l’est toujours. Un « ça se voit » n’est toujours pas un argument valable dans une démonstration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *