Les politiques sont-ils cons ou incompétents ?

Je vous vois venir… C’est quoi ce titre ? Oui, bon, c’est peut-être une problématique mal posée. Peut-être simplement, les politiques nous prennent-ils plutôt pour des cons, ce qui serait plus logique. Un Sarkozy qui
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

18 thoughts on “Les politiques sont-ils cons ou incompétents ?”

    1. Les CDS sont des outils financiers qui permettent à la base de s’assurer contre une faillite d’une entreprise ou d’un Etat (par exemple).

      Si les cours des CDS montent, c’est que les investisseurs ont la trouille d’une faillite. (Je résume).

      Ils sont des outils hautement spéculatifs donc pas un reflet parfait d’une réalité, mais ils montrent une forme de mesure du trouillomètre des investisseurs, des acteurs des marchés.

  1. Ni l’un ni l’autre. Comme disait Coluche « ils le font exprès » (sketch : les discours en disent long).

    Et je trouve que c’est ça qui est inquiétant. Ils ne nous défendent pas (nous les citoyens), mais certains intérêts bien précis, notamment les banques.

  2. Ils vont faire payer les distributeurs de soda, les parcs à thémes, etc… Le plan de rigueur de notre gouvernement est une vaste blague, ils auraient annoncé une remonté de toutes les TVA à 24.5, que ce serait la même.

    Ils ne nous prennent plus pour des cons, ils en sont persuadés^^.

  3. J’vais me faire l’avocats du diable (j’ai le même prénom et la même taille que notre beau président :P).

    L’idée derrière les plans de relance ne pourraient elle pas être de réduire notre dette, et donc notre dépendance au marché financier (parce que le principe de base, c’est que si on a pas de dette, notre note on s’en branle, et les marchés financier nous stresserait moins non ?).

    Bon, j’imagine que 11 Milliards c’est que dalle pour notre dette m’enfin, c’est pas si mal …

    1. Oups, j’arrive pas a éditer mon message, pour la fin :

      Du coup, ils tentent quand même un peu, ils sont peu être ni cons, ni incompétents mais ils attaquent peut être par d’autres angles que le pur financier ?

      1. D’où la « taxe sur le whisky coca » français… :(
        Si c’est ça les seules idées des politiques « financiers » pour redresser le pays, il est réellement temps de s’inquiéter (ou de proposer Madame Michu pour le Ministère de l’économie, elle aura au moins un peu plus de bon sens)
        d’accord avec Chlore et Coluche : les politiques le font exprès… pour contenter l’intérêt général….de leurs amis financiers.
        Tous périront par où ils ont péché, c’est mécanique, au même titre qu’à force de tirer sur l’élastique, il finit par péter.

  4. J’ai entendu hier ou avant hier quelqu’un à la radio (un de nos nombreux spécialistes, nous n’en manquons pas, mais je ne sais plus qui) qui disait que l’élément nouveau dans la période actuelle était que « les marchés » avaient la trouille de défaillances financières de certains états.
    Ca m’inspire quelques remarques, parfaitement justifiées par mon statut de crétin fini, incompétent dans beaucoup de domaines, donc apte à la ramener précisément dans ces domaines :

    – les spécialistes nous les brisent joyeusement. J’ai un certain âge, ça fait quelques décennies que j’entends et vois des « spécialistes » notamment économiques et financiers qui eux ne pigent rien, ne voient jamais rien arriver, mais qui -après coup- passent des plombent à commenter. Car c’est bien tout ce qu’ils savent faire, commenter, et non vraiment expliquer et encore moins analyser et prévoir.

    – les états ne peuvent pas être insolvables dans l’absolu. Donc qu’ils arrêtent de nous raconter des cracks. Qu’ils nous disent plutôt que certains états ne correspondent pas à LEURS critères de rentabilité dans le calendrier qu’ils se fixent eux-mêmes.

    – un état n’a pas à fonctionner ni a être « rentable » comme une entreprise privée.

    Enfin, un jour, il faudra mettre au pas toute cette chienlit financière qui nous fait mourir à petit feu.

    – les marchés. On nous parle toujours « des marchés », comme si c’était des aliens venus de l’Espace. Peut-être faudra-t-il un jour mettre des noms et des photos de ces « putains de marchés » qui jouent avec nos économies, nos milliards et nos vies, au final.

    1. Je pulsoie, quand on entend parler des marchés, on a l’impression que c’est une entité mystique supérieur.

      Par le passé on tremblait devant la colère des dieux, aujourd’hui c’est devant la colère des marchés.

      Au lieu de parler des marchés et d’agences de notation (plus ou moins assimilés à des « dieux » dans l’inconscient collectif et donc totalement intouchable (omnipotents diraient les philosophes)), ce serait mieux de nommer et d’expliciter qui se cache derrière ces marchés et ces agences.

      Un seul mot : dé-my-sti-fi-ca-tion !

  5. qd l’europe annoncera des euro-obligations, ou euro-bond, ça va clairement se détendre. D’ailleurs c’est ce que les marchés veulent … les marchés ont toujours ce qu’ils veulent. Ce ne sont pas nos politiques qui décident sur les marchés, ils pipent que dalles avec une réactivité de limace anémiée (je m’excuse aupres de la limace pour la comparaison)

    tout comme les CDS refletent une certaine inquiétude, les taux des adujication d’état, sont plus révélateur de l’évolution de la dette. Même l’espagne s’en sort pas trop mal. La demande est toujours 2 à 3 fois supérieure à l’offre.

    wait and see.

  6. Ahhhhh les marchés… ce qui est quand même risible c’est que la plupart des gens ne savent pas à quoi sert la bourse. Ce qui fait que le quidam politique peut raconter ce qu’il veux!!! Du pain bénis!
    Et au point où nous en somme, pour redresser la barre, il va falloir du courage politique et là je crois que ça va pas être possible. C’est pas trop compatible ces deux mots : courage et politique. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *