Les morts ne font pas avancer les révolutions, l’argent, si…

Les morts s’amoncèlent. Après la Tunisie et l’Egypte, la Libye, Le Yemen, Bareihn. Pour autant, les grandes puissances se contentent de déclarations qui tombent dans les oreilles de sourds. Les dictateurs ont généralement un profil
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *