Les églises politiques et les sectes révolutionnaires de gauche

sectes-eglise-gauche

Comme l’ambiance est au beau fixe sur Reflets, que la sérénité des débats est parfaite, il est important de continuer sur la même lancée. Mais quelle est donc cette lancée, se dit le lecteur attentif et perspicace ? Mais celle d’essayer, tenter d’analyser le fonctionnement politique français, pardi ! En partie, bien entendu, mais d’autres articles ont été produits antérieurement, articles qui nous l’espérons permettront aux « fans-boys » énervés de comprendre que Reflets ne roule pour personne, ce qui est bien dommage pour tous-ceux-qui-aimeraient-que-ce-soit-le-cas-afin-de-prouver-qu-on-est-des-grosses-merdes-incompetentes-qui-roulent-pour-la-cia-l’ultra-gauche-leurope-les-politiques-place-l’intelligencia-parisienne-la-presse-a-la-solde-du-pouvoir-les-tenors-du-systeme-en-place-et-ta-mere.

[Oui, le style est décidément effroyable, digne d’un gamin de 15 ans, c’est lamentable. Puissions-nous un jour grandir dans nos têtes et écrire comme les journalistes économiques du quotidien « Le Monde »…]

Si parler des sectes politiques est un exercice dangereux pour son e-reputation (mais comme la réputation de Yovan Menkevick, ce crypto-trotskiste d’extrême droite, anarchiste-gaulliste proche du FN et qui soutient Mélenchon, notoirement fouteur de merde est déjà faite, donc on s’en fout), il faut aussi parler dans le même temps des églises politiques. Parce que tout est affaire de religion au pays des lumières, vous savez, ce pays qui prétend avoir abattu la monarchie pour instaurer une république démocratique ou chacun est libre et égal en droit, alors qu’il a en réalité instauré une monarchie parlementaire basée sur la reproduction des élites. Dans ce pays qui brandit la laïcité comme d’autres brandissent Dieu, la politique, c’est une religion. On croit ou on ne croit pas, on adhère au dogme ou pas. Petit tour des grandes églises politiques en 2000 signes. Et des sectes de gauche très à gauche.

Les deux gardiennes du dogme : UMP et PS

Comme il y a le catholicisme et l’orthodoxie, deux grandes églises reconnues qui partagent un dogme commun mais pas tous les rituels ni les habitus, les deux grandes églises politiques françaises UMP et PS sont aujourd’hui détentrices du plus grand nombre de disciples et se partagent le pouvoir. Elles ne jurent que par une bible, commune, qui contient pas mal de choses dont « l’Europe du marché commun », le « libéralisme économique » et « l’Etat surpuissant ». Pour la première (l’UMP), la nuance dans le dogme est celle qu’on pourrait intituler « conservatisme libéral », pour la deuxième, celle du « social-libéralisme ». Mais le social est aussi en partie intégré dans le dogme UMP, comme certains conservatismes le sont dans l’église PS. La croyance commune de fond reste donc celle que l’économie de marché est centrale, que la régulation d’Etat est à appliquer, mais seulement pour certains concepts. Les deux églises ne peuvent bien entendu envisager de laisser leurs ouailles contester le dogme et imposent ainsi une contradiction terriblement injuste pour tout le monde : Le libéralisme étatique. Houla, mais c’est très bizarre ce truc, on dirait un oxymore, non ? Oui, c’en est un, et tout à fait assumé au pays du fromage qui pue : on est libéral dans l’économie, le plus qu’il est possible, en adhèrant à tous les traités européens les plus dérégulateurs et favorables à la seule (ou presque) circulation des marchandises, de la finance, tout en imposant un Etat fort et omniprésent pour le reste. Un Etat qui contrôle et régule la population dans le maximum de ses comportements, activités, fonctionnements, et organisation.

Ces gardiens de l’ordre établi, ces deux églises règnent donc sur le pays et comme avec toutes les églises prises dans des schismes, se tapent dessus sur des détails : ici les homosexuels, là un détail fiscal, ou ailleurs, des modes de calcul sur les aides aux entreprises. Les églises ont leur pape ou leurs saints : à l’UMP c’est un grand type avec une casquette, remplacé un temps par un petit excité monté sur talonettes, à gauche c’est un mec avec un chapeau et une écharpe qui grimpe une colline. Le principe est de toute manière toujours le même : protéger l’église, la faire durer, empêcher les infidèles de venir l’attaquer, renouveler le message de vérité et de promesse de grâce éternelle, réactiver les guerres dogmatiques pour occuper les foules. Bien. Mais qu’en est-il des sectes de gauche, puisque l’article voulait parler des deux concepts (ce qui est mal de faire ça pour un journaliste, espérons qu’il ne soit pas encarté, le pauvre…) ? Nous y venons…

Les sectes des gauches révolutionnaires

Comme il est expliqué dans le précédent article sur les sectes politiques, point besoin de revenir sur leur définition. Mais si les sectes UPRistes (oui, l’UPR est bien l’Union Populaire Républicaine, pas l’Union pour la République, mea culpa, c’est corrigé), Soraliennes et Chouardiennes sont construites sur le culte de la personnalité et d’un dogme unique, à l’extrême gauche, c’est-à-dire « la gauche révolutionnaire », c’est plus compliqué. Parce que les sectes politiques d’extrême gauche sont plutôt discrètes. Prenons le Parti des Travailleurs : qui connaît le PT ? Pas grand monde en réalité, et pourtant il bosse dur depuis longtemps. Avec comme procédé central, l’entrisme. Rentrer dans les structures : administrations, syndicats… Leur gourou était Lambert (ils se nommaient les lambertistes à l’époque, normal), il est mort, et le nouveau gourou est discret. En réalité, tout le monde s’en fout parce que le vrai gourou de la secte du PT est mort, mais bien avant Lambert. Ah bon ? Ah, mais oui, le grand gourou d’origine qui a eu la Révélation et qu’on adule ? Parfaitement, c’est tout à fait ça. Et c’est qui le gourou mort ? Trotsky. Léon de son prénom… Whoooo, ça fait peur, vachement intéressant ça, hein ? Des idées super puissantes…

Oui, enfin, non : la dictature du prolétariat est au centre du discours des trotskistes, c’est très construit, un peu vieillot, mais discuter avec l’un de ses adeptes fait toujours froid dans le dos. Un je-ne-sais-quoi de totalitaire : et puis le peuple, nous allons y revenir plus tard, dans d’autres articles sur la « vraie démocratie » de Chouard et d’autres,  c’est un peu fumeux comme concept, et très facile à manier aussi (le concept, surtout).

Il y a donc d’autres sectes, comme Lutte Ouvrière, avec Arlette qui a passé le flambeau, ça ne marche pas bien le passage de flambeau d’un gourou à un autre. Pareil pour le NPA, qui sans son facteur fait des poutous poutous pas très convaincants. Bref, les sectes politiques de la gauche révolutionnaire sont vieilles, usées, exitsent peu sur le réseau des réseaux (normal, puisque le net est une engeance du système capitaliste, le net c’est le mal) et se sont fait aspirer en partie, pour l’une d’entre elle (le NPA), par une église réformiste. Ah bon ? Il y aurait des évangélistes aussi, des églises protestantes ?

Mais bien sûr, et l’église réformée protestante de la gauche, c’est le Front de Gauche, mon gars ! Plein de petites sectes ou branches de l’église PS ainsi que l’église communiste se sont massées autour d’une nouvelle église réformiste évangéliste : Le Parti de Gauche. Avec à sa tête, un pasteur au verbe haut qui insuffle l’esprit sain de la vraie gauche dans tous les esprits lors de ses grands messes : Mélenchon (chon-chon).

Le pasteur du « tous-ensemble » qui a passé 25 ans à roupiller dans l’église PS, et a su durant cette période devenir ministre du culte PS (ministère de l’enseignement professionnel avec le prêtre social-libéral Jospin) est un sacré évangéliste ! Avec lui, le salut est à portée de main…sauf que personne ne sait bien pourquoi il n’avance en réalité que le discours de l’église PS d’avant le concile de 1983 (qui modifie la doctrine PS et lui permet de devenir une église respectable et reconnue de l’orthodoxie établie).

Bref, vous l’aurez compris, les sectes et partis politiques ne trouvent pas grâce à nos yeux à Reflets. Il faut dire que le culte, les dogmes, les prêtres, les hommes providentiels, ce n’est pas trop notre tasse de thé. Mais la politique n’est pas qu’une histoire de partis montés sur des bibles, quand même ? Si ? Allons, allons, il doit y avoir des moyens de faire de la politique, de proposer des modes de fonctionnements différents, des améliorations positives crédibles sans avoir besoin de valider les thèses des uns ou des autres, se rapprocher d’untel ou adhérer ici ?

Le Parti Pirate…ah…le Parti Pirate…Cet OPNI… (Objet Politique Non Identifié)…il faudrait en parler. Ce sera fait sous peu. Mais c’est encore un parti, n’est-ce pas ? Oui. Encore. A suivre, donc…

Twitter Facebook Google Plus email


83 thoughts on “Les églises politiques et les sectes révolutionnaires de gauche”

  1. Si on résume tes 3 derniers articles, Yovan, ça donne un peu truc dans ce genre (corrige moi si je me trompe) :

    « Le PS et l’UMP ont définitivement prouvé aux français qu’ils sont nuls et n’en ont rien à battre du peuple qu’ils sont censés servir donc en 2017 on va avoir le choix entre extreme droite et extreme gauche. Le FN a fait mieux que le PG aux derniers elections donc c’est forcement le FN qui va gagner. Les « sectes » (terme totalement abusif selon moi) politiques qui proposent des idées alternatives font du copinage avec le FN donc encore une preuve que le FN va gagner. Et à l’extreme gauche ils sont tous nuls donc c’est clair et net on va se taper le FN dans 5 ans. »

    Je ne prétends pas que tu as tort (bien que les deux derniers articles soient plus caricaturals que réellement argumentés) mais j’aimerais bien comprendre où tu veux en venir.

    Parce que tu ne proposes aucune solution pour l’instant, peut-etre dans les prochains episodes, je te laisse le benefice du doute.

    Donc à part nous dire « je vous l’avez bien dis » quand on sera tous dans la merde (encore plus que maintenant) ou alors pousser les lecteurs de Reflets au suicide (puisque de toute façon on est foutu) je ne vois pas trop l’interet de ces articles.

    1. (j’aurais dû lire les commentaires, et notamment le tien avant de réagir. Ca fait un peu redite, mais bon, c’est pas grave).
      Maintenant, on va attendre l’avis éclairé de @Amicalement, toujours instructif, à défaut d’être parfaitement explicite :-) )

        1. Vous êtes sévères, là… autant il a un côté omniprésent, autant il dit des choses sensées (parfois à décrypter, mais ça fait partie de son charme !)

        2. Pas assez de place dans les commentaires pour l’ami calmant. Je lui soumettrais bien l’idée de transférer son flot de reflets² sur son propre blog. Un format à l’espace bien plus adapté pour cette âme prolifique.

    2. L’intérêt de ces articles ? Apporter un peu d’eau au moulin de la réflexion peut-être…
      Je ne vois pas en quoi un journaliste serait tenu de proposer des solutions. On doit être assez grands pour les trouver tout seul les solutions au bout d’un moment, et c’est peut-être justement parce qu’on a la flemme de les chercher qu’on se retrouve avec des «évangélistes» sur les bras en guise de dirigeants. Ce que je reproche à la plupart des journaux mainstream c’est précisément de ne pas croire en la capacité de réflexion de leurs lecteurs et de débiter du puisqu’on-vous-le-dit-c’est-que-c’est-vrai.
      Je n’adhère pas nécessairement à l’ensemble de l’analyse de Yovan mais elle se tient, à chacun d’y trouver son compte, ou pas. Moi ce que je voudrais c’est un article sur cette fascination bien française pour les Élites, un truc que j’ai jamais pigé !

    3. Les solutions, c’est à nous de les trouver. C’est pas en laissant le pouvoir de décider aux autres que ça fera avancer le truc. On vient de te parler d’Eglises, et toi tu cherches à qui t’en remettre pour ton salut.

      Je crois qu’il te faut encore relire un peu…

  2. Je présume une certaine jouissance cachée à écrire ces articles… Quel plaisir d’horripilé !

    Bon ben sinon, je suis assez d’accord avec le commentaire de Captain. C’est bien beau de taper sur tout le monde, mais si c’est fait sans se mouiller un peu, je n’y vois pas l’intérêt non plus… ( et je n’entends pas par « se mouiller », salir son e-réputation bien sur ;) )

    1. Mon bon Guillaume… Nous ne faisons pas ce que nous faisons pour n otre e-reputation qui est déjà ce qu’elle est et l’était avant Reflets. Nous le faisons parce que nous pensons que c’est utile. Et parce que ça nous fait plaisir. Quant à se mouiller, je pense que tu connais mal Reflets parce que sinon tu saurais que nous avons pris des risques juridiques ces dernières années que tu n’aurais sans doute pas osé prendre. Je ne parle que d’Amesys et de Bluecoat, mais il y a bien d’autres choses qui auraient pu nous attirer des ennuis de toutes sortes. Mouille-toi un peu et on en reparle.

      1. Salut Kitetoa.

        Déjà, je n’aime pas trop la condescendance. Maintenant si le but des articles à Yovan est de créer un beau bordel en commentaires, alimentés pour je ne sais quelle « private poilade » par les admins dudit site. Bah, je m’abstiendrais à l’avenir.

        Mise au point : j’ai dit e-réputation seulement pour la forme et en clin d’oeil à l’article.

        Ensuite, je crois que c’est mal me connaitre ( aussi!). Voilà 1 an que je vous suit assidûment. Que je partage allégrement vos articles, que je parles autour de moi de votre site et du travail conséquent que vous effectuez. Voilà quelques mois aussi que je donne pour que vous puissiez professionnaliser tout ça.
        Quand je parle de « mouillage », je parle de l’article/la suite d’article que je viens de lire et pas du travail général. Les mots sont sans doute mal choisis. Il y a quelque chose dans ce qu’à dit Captain qui me parle. Un problème que j’ai avec les derniers articles à Yovan ( depuis quelques temps déjà d’ailleurs). J’ai l’impression d’avoir vu l’évolution de son style et qu’il ne va pas en s’arrangeant : Plus brouillon, plus autoritaire, plus condescendant.

        Et puis, sur 1, 2, 3 articles j’ai essayé de faire part de mon impression. A chaque fois, je me suis moi même interrogé sur ce qui me gênait, pourquoi, etc. Car je ne voulais pas me tromper dans ma critique, pour qu’elle soit constructive.

        Hélas, à chaque fois, j’ai eu à faire à un mur. Pas de critique possible sans être raillé ou pris pour un idiot. Ou, encore mieux, on me dira « mais tu n’as qu’à pas le lire si tu n’aimes pas ». Oui, j’ai fais comme ça pour les articles qui parlaient d’images/photos etc. Sauf qu’ici le sujet de fond m’intéresse et c’est sur l’un de mes sites préférés. Alors je lis.

        Je crois qu’il faudrait que vous arriviez à faire le tri entre les commentaires haineux/débiles/trollesques et d’autres qui s’interrogent sincèrement et sans chercher à mal ( plutôt le contraire) pour aider à faire avancer votre ( un peu le notre ?) média.

        cordialement

        1. Merci de nous soutenir, donc.

          J’ai du mal, je l’avoue avec ceux qui viennent nous dire qu’on ne se mouille pas vu ce qui a été fait en deux ans. Ce sont des soirées entières, passées à rédiger des articles, à fouiller de la doc, compiler, croiser, des discussions interminables avec les contacts un peu partout.

          Yovan, ou moi d’ailleurs, avons une idée précise de ce qu’est la politique. Je ne veux pas parler pour lui, mais je dirais, moi, que c’est une véritable farce tragique. Donc son analyse sur les partis au service de quelques uns me va très bien. Je la trouve pertinente. Il ne s’agit pas dans ces papiers là de faire une analyse des programmes. Les idées sont toujours multiples et généralement plutôt « belles » (à part quelques conneries monumentales aux extrêmes, y compris au sein des partis du centre, UMP/PS). La mise en pratique… La question ne se pose même pas. Les politiques, après avoir pressé les militnts comme des citrons, pour se faire élire, s’occupent de régler leurs problèmes et ceux de leurs amis, pas les notres.

          Yovan a peut être un ton cynique (ni autoritaire ni condescendant) mais cela se comprend. Nous sommes vieux et nous avons pu observer les politiques sur une longue période.

          1. Je me permets d’abonder dans le sens de guillaume, étant exactement dans son cas (depuis un peu plus d’un an m’enfin bref).

            Comme ça vient justement de se passer entre vous deux : je comprends l’agacement d’être interpellé régulièrement dans des commentaires basés sur une incompréhension des propos tenus dans l’article. Seulement j’ai l’impression que vous finissez par avoir la gâchette facile, et pouvez passer a côté de la petite mise au point qui fait que le débat peut continuer.

            J’ai moi aussi l’impression que ça s’est tendu sur ce point ces derniers mois.

        2. +1
          Tout à fait d’accord sur le « mur ».

          Ceci dit, je prends toujours du plaisir à lire Reflets. Continuez svp !

  3. La politique c’est nul, les militants sont des petits soldats, et untel est meilleur que machin à la télé.
    Mais non, la politique ce n’est pas ça, les organisations ne sont pas toutes des « sectes » avec des « gourous », les militants ne sont pas les abrutis obéissant aux injonctions de chefs autoproclamés que vous imaginez.
    Votre mépris du projet politique, des militants, de l’action collective, de la démocratie interne aux organisations politiques, ne font que justifier et conforter ce recours à l’homme providentiel.
    J’imagine que ce n’est pas l’effet escompté.
    Si vous voulez parler des militants, des organisations, la moindre des choses serait de les rencontrer, de mener une enquête véritable (s’ils ont du temps à perdre à vous renseigner) et de ne pas vous en contenter de vos a-priori et de la vision que vous pouvez en avoir à travers la télévision et internet.
    Ce qui serait même intéressant, c’est d’enquêter sur cette distorsion entre la réalité des militants politiques et la vision caricaturale qu’en donnent les médias comme vous, de comprendre pourquoi le système médiatique ne veut voir qu’une tête, comment il construit des personnages, sans le moindre intérêt pour les projets de société qui sont portés par les uns ou les autres, sans le moindre intérêt pour la politique.
    J’aimerais plutôt comprendre comment et pourquoi vous contribuez à transformer la politique en StarAc.

    1. « Ce qui serait même intéressant, c’est d’enquêter sur cette distorsion entre la réalité des militants politiques et la vision caricaturale qu’en donnent les médias comme vous, de comprendre pourquoi le système médiatique ne veut voir qu’une tête, comment il construit des personnages, sans le moindre intérêt pour les projets de société qui sont portés par les uns ou les autres, sans le moindre intérêt pour la politique. »

      C’est ce qu’a fait la sociologie politique depuis des années. Et la psychologie sociale. Et la philosophie. C’est très intéressant, comme vous dites. Et en plus ? C’est à portée de main. Des livres !
      La distorsion est partagée entre les médias et les militants politiques, qui chacun construisent une version de la réalité. La version qui leur paraît la plus acceptable, qui correspond le mieux à leurs attentes, désirs, buts.

      La politique est, en grande partie, une star ac. Au niveau local, comme régionnal, comme national. Dans les hautes instances, le budget d’habillement est même parfois prévu dans les dépenses politiques. Ben oui, faudrait pas passer pour des pouilleux de pécores quand même. On est responsables. On a le pouvoir.

      J’exagère beaucoup, je caricature, mais c’est juste pour pointer l’énorme manque de recul de chacun des acteurs. Vous devriez lire Une étude en Rouge, le premier Sherlock Holmes. Sa méthode est exactement ce qu’il faut faire pour ce recul nécessaire. Ce dont nous manquons tous.

      Vous donnez aux média un pouvoir qu’il n’a pas. Le monde des média, c’est une osmose avec le monde politique. Là où Reflets diverge (et c’est énorme), c’est son contre-pied à cette osmose.

      On n’exécute pas les messagers. Surtout quand on se trompe de messager à mettre en joue. Moi j’dis ça…

      1. « Au niveau local, comme régionnal, comme national. Dans les hautes instances, le budget d’habillement est même parfois prévu dans les dépenses politiques.  »

        Et même un budget maquillage qui est passé au crible par la suite par les instances ad hoc. C’est dire…

        1. Il me semblait que le sujet de l’article était les organisations et militants d’extrême-gauche, ceux qui n’habitent pas dans la télé, donc ne sont pas vraiment concernés par cette remarque, à part quelques moments particuliers et quelques personnalités particulières lors des campagnes électorales.
          Mais oui, je maintiens qu’avec des articles comme celui-ci, qui ne traitent ni du fonctionnement réel (je sais bien que des chercheurs s’y intéressent) ni des idées et programmes, vous ne faites que ressasser des idées reçues et conforter l’individualisme.
          La politique, pour l’extrême-gauche, ce n’est pas une façon d’accéder individuellement au pouvoir (sinon ils sont vraiment très cons, pour avoir des postes il vaut mieux adhérer au PS ou aux Verts), mais un choix de vie, de combat pour développer d’autres rapports sociaux, basés sur la coopération et la solidarité.
          On peut mépriser cela.
          Mais on ne peut pas prétendre tout en méprisant ces militants et leur engagement diffuser un autre point de vue sur la politique que le discours libéral dominant.
          Et puis, en lisant cet article, je n’ai pas trouvé un seul argument solide pour étayer la thèse que toutes ces organisations seraient des sectes.
          Oui, je critique à la fois le point de vue de l’auteur et le manque de sérieux de l’article.

          1. On n’a pas besoin d’expliquer le fonctionnement exact des moto, des voitures, des camions, des bus, des bateaux, etc… quand on veux démontrer que le moteur à explosions ça pue.

          2. Vous êtes bouchée à l’émeri ? Où avez vous vu un mépris pour des idées ? Ce qui est au centre de ces articles, c’est le fonctionnement même des partis qui, justement détruisent ou au mieux trahissent les idées qu’ils sont censés porter. Les militants sont sans doute, pour certains, de bonne foi, mais ils se font utiliser par des gens sans scrupules. Relisez.

            Si vous le pouvez.

            J’ai des doutes.

          3. J’ai relu et je confirme: article sans intérêt qui énumère les partis et des personnalités en les décrivant par un procédés stylistique péjoratif. Juste une caricature.
            maintenant Kitetoa pourrait ce retourner ces propres observations (« bouché à l’émeri », relisez si vous le pouvez » …)à lui même.
            Si jamais nous sommes vraiment trop bête, alors l’auteur devra amméliorer sa pédagogie pour descendre à notre humble niveau d’ignorant.

            Fraternellement,

          4. Puisque vous le dites…

            Le mépris pour les militants, je le vois très clairement et dans l’article et dans votre réponse :)
            Et pour l’analyse du fonctionnement de ces partis, désolée, je ne la vois pas (mais c’est vrai que je suis trop stupide).
            Ce que je vois là, c’est juste un commentaire creux, correspondant trait pour trait à ce que la télé montre des partis de la gauche de la gauche.

            Là où je me suis fourvoyée, c’est lorsque j’ai cru que reflets était un site honnête et exigeant.
            Mais finalement il porte bien son nom.
            Les reflets du marigot dans le marigot sont le marigot, mais encore plus boueux…
            TF1, au moins porte et assume un projet politique, vous ne faites que la même chose mais sans l’assumer.

          5. vous voyez/lisez à l’envers, c’est ce qui m’inquiète. Soit on s’est plantés dans notre argumentaire, soit vous n’êtes pas équipée pour comprendre ce que l’on fait avec Reflets.

          6. Quand on se fait réprimander aussi vertement par des gens pratiquant la langue de bois, c’est qu’on a vraiment tapé dans le mille.

          7. Bon alors on va simplifier :
            Parti ne veut pas dire Militant, Militant ne veut pas dire Action.

            Y’a d’un côté les actions concrètes de gens qui veulent simplement changer la vie des autres, et de l’autre côté des Appareils Politiques. Et TOUS (je dis bien tous) les gens qu’on voit à la TV, ou qu’on entend à la radio, et qui se revendiquent d’un PARTI, bossent pour augmenter la visibilité DE CE PARTI. ET NON les actions des militants.

            Les militants et leurs actions n’ont rien à voir là dedans.

            « La politique, pour l’extrême-gauche, ce n’est pas une façon d’accéder individuellement au pouvoir (sinon ils sont vraiment très cons, pour avoir des postes il vaut mieux adhérer au PS ou aux Verts), mais un choix de vie, de combat pour développer d’autres rapports sociaux, basés sur la coopération et la solidarité. »

            Ca, je suis désolé de le dire, mais c’est la version bisounours-qui-passe-bien-en-AG. Si c’était le cas et que les PARTIS d’extrême-gauche (je ne parle pas de la totalité mais de personnes bien précises que je ne citerai pas) oeuvraient vraiment pour le bien commun, le changement des rapports sociaux, on l’aurait eu dans les années 80 déjà, lorsqu’une frange communiste avait accédé au pouvoir conjointement avec le PS.

            Au lieu de ça, en AG, ça se castagne sur des points de détail absolument insignifiants, pendant que les dirigeants des partis regardent ce beau monde éclairé par la démocratie louper les vrais enjeux.

            J’ai participé à différentes manifestations de rassemblement, à peu près dans tous les partis de gauche, de centre, de droite. Pour tenter de comprendre ce qu’il y avait au delà de la façade. Le résultat est, au mieux, déprimant. Je ne suis pas le seul à l’avoir fait. Et force est de constater que les biais endo-groupe sont toujours les mêmes.

            Il est où le résultat ?
            Faut voir aussi à regarder l’Histoire, non pas à l’aune de ces romans qu’on raconte pour asseoir la grandeur des PARTIS, mais plutôt dans les faits. Ce qui s’est vraiment passé. (vous voyez, je dissocie encore partis et militants, juste pour que vous compreniez de quoi on parle).

            Le résultat, c’est une dépolitisation massive et difficilement remédiable, car il n’y a plus d’intérêts communs suffisamment clairs et proches à défendre, face à ceux qui « ont » le pouvoir. Et que la moindre compromission (Coucou François Chérèque !) met à mal tout un mouvement, quand elle ne l’étouffe pas avant même qu’il émerge.

            Il y a même des gens de droite et de gauche qui s’ignorent dans les faits alors qu’ils sont proches en pensées, parce qu’ils appartiennent à deux partis différents qui « prêchent » des choses contraires.

            On en est là.

            Des militants, il y en a à foison. Des causes innombrables, du logement à l’éducation en passant par une autre vision de la sécurité, et des rapports au monde, que ce qu’on nous vend.

            Que ce qu’on nous vend, parce que pour accéder à ce qui devrait être des biens communs à protéger, il faut passer par des intermédiaires qui ont fait main basse sur tout.

            C’est notre vision même du monde qui est à revoir.

            Je ne parlerai pas à la place de Yovan ou de Kitetoa, mais
            cracher sur un article comme ça, c’est ne pas comprendre son sens profond, et le dégoût qu’inspire le fonctionnement politique actuel.

            Et on n’est pas prêts de changer. Pourquoi ? y’a qu’à voir les réactions à un article comme celui-ci. Les gens se barrent en disant que c’est n’importe quoi.

            Et, pour le faire autour de moi, tout expliquer tout le temps, c’est usant. Surtout quand les gens ne VEULENT pas comprendre.

            Car « on ne voit pas plus loin que les choix qu’on ne peut pas comprendre ».

  4. Il faudrait peut-être passer à l’étape suivante cher Yovan, et arrêter de commencer tout tes articles par un « disclaimer » à l’attention des gens qui ne partagent pas ton avis.

    Sinon +1 avec Captain et Guillaume. Trouver du gaucho-bashing dans tes lignes m’a agréablement surpris, mais à part ça, on fait quoi?

  5. Ca fait un peu article « à l’arrache » afin de se dédouaner auprès des cons, je trouve.
    J’ai le sentiment que tu t’es forcé de faire cet article, alors qu’en réalité t’as pas grand chose à dire dessus, juste histoire de contrebalancer avec le précédent sur Chouard & co.

    C’est con. Ou alors, ce sont les lecteurs, qui le sont.

    1. Je suis notoirement connu comme étant con ici et pourtant j’ai compris exactement comme vous, vous avez du soucis à vous faire.

  6. Au final, Yovan, tu veux aller où ?

    Les partis politiques : tous des pourris
    Les alternatifs : tous des sectaires (créateurs de sectes)
    La finance, les instances établies (CEE, FMI, OMC, GIEC etc)… ok, on est d’accord.

    Au bout du bout, en dehors d’une révolution sanglante (et je ne suis pas contre), on va où ?
    Et même la révolution, pour construire quoi, sur quel base ?

    (parce que là, franchement, tu fais un peu troll. Sauf le respect que je te dois)

      1. Tu peux toujours espérer. Malheureusement, je crois que Yovan n’est qu’un simple mortel parmi les mortels, et qu’il n’est pas l’Être Suprême.

        1. J’attends que Yovan se mouille car il est trop simple de poser des constats même si ils sont justes et de critiquer les orientations prises par ceux qui ont (ou pas) fait le même constat.

          En rester là le placerait, à mon grand désarrois au même niveau que ceux cités dans ces articles.

  7. D’un côté, si on part de principe que dès que l’on cite une source pour faire comprendre sa tendance et ses idées politiques, on fait partie d’une secte. Dans ce cas-là, refusé tout en bloc par ce principe, c’est aussi un sectarisme, et cela s’appelle le nihilisme si je ne me trompe pas. Qui à son époque a été dénoncé par Émile Zola, comme étant un danger bien aussi grand que les plus grands extrémismes et fanatisme.

  8. Je fais une pause à ce niveau :
    [Oui, le style est décidément effroyable, digne d’un gamin de 15 ans, c’est lamentable. Puissions-nous un jour grandir dans nos têtes et écrire comme les journalistes économiques du quotidien « Le Monde »…]

    Si jamais ça arrive, merci de prendre mes coordonnées et de me donner votre recette de la fontaine de jouvence. Je pense que je serai heureux de perdre 10 ans.

    Je retourne à ma lecture ;)

  9. Bon, finalement, je rejoins les autres, d’accord sur les faits (ta vision des partis politiques est loin d’être fausse, ça reste des sectes), mais quoi faire ? Parce que finalement, si derrière tu n’apporte pas un soupçon de solution au problème politique Français, c’est bien beau de critiquer, mais c’est un peu dans le vent. Quoi qu’il en soit, ce que tu énonces, je pense qu’une majorité des lecteurs de Reflets, le savent pertinemment. Hâte de lire la suite, en tout cas !

  10. Je vais juste signaler une petite faute me semble t il :

    « et puis le peuple, nous allons y reviendrons plus tard »
    C’est plutôt « revenir ».

      1. « Hortodoxie : n.f., manière de cultiver son jardin dans les règles de l’art. »
        Ce n’était donc pas à proprement parler une faute, plutôt un lapsus clavis révélant la volonté inconsciente de l’auteur de lâcher les phrases creuses et le maniement de grandes idées vagues pour replonger intensément ses pognes dans l’humus et faire enfin quelque chose d’intéressant. Vivement le printemps.

  11. Mettons un terme à la religion, mais quelle science pour prendre sa place ?
    Car, c’est bien connu, l’univers à horreur du vide et cette place ne pourras pas rester vide.

    1. tu crois en la science ?

      Mais tu es fous c’est une secte aussi !

      on te dit ce qui est vrai et quoi penser c’est térrible !

      1. La science c’est la seule secte capable de prophéties qui se réalisent à tous les coups. Sauf que dans ce cas, on ne parle plus de prophéties, mais de prédictions.

        1. Faux, la science, c’est vrai qu’en théorie. Si je montre que ta théorie a une faille, alors elle n’est plus vrai. CQFD

        2. Y’en a qui devraient se mettre à l’épistémologie des sciences au lieu de débiter des âneries… Et vite.

          « Une théorie confirmée par l’expérience n’est plus une théorie. »

          Une théorie n’est JAMAIS confirmée par l’expérience. Que ce soit clair.
          Une expérience apporte des faits, relativement à un modèle donné, qui ont une tendance à aller dans le sens d’une théorie, ou contre.
          Une expérience permet, par contre, si elle correspond à certains critères épistémologiques, de réfuter une théorie.

          En gros, c’est pas parce qu’une théorie dit un truc que c’est forcément vrai. La science, c’est le doute permanent.
          Angoissant non ?

      2. La science te dit ce qui était vrai avant que la science ne s’y intéresse et en déduit ce qui sera vrai quand elle ne s’y intéressera plus.

        Et puis surtout quand les sectes disent que la Terre à été crée plate par Dieu, mise au centre de l’univers, avec des humains dessus et des squelettes de « dinosaures » pour occuper certains humains sous terre; La science répond Big Bang, Copernic (ouais la science aussi fait parfois des erreurs mais elle fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a et n’hésite pas à se corriger après), Eratosthène et Darwin entre autres.

  12. Je ne soutien aucun de ses partis, et même aucun parti, mais j’ai quand même l’impression que ce billet est creux. Ont-ils des idées tous ces braves gens ? Aucune idée n’est discutée, pas de fond dans l’article. Des discussions sur la forme il n’y en a pas non plus, aucune critique des structures de ces organisations, ce billet brasse du vent. Il aurait fallu lui consacrer un peu plus de temps que le temps de le taper à l’improviste, vous auriez ménagé le suspens après votre article d’hier pendant une semaine vous auriez eu au moins le temps de lire les fiches wikipédia pour avoir quelque chose à discuter.

      1. Je ne suis pas con à ce point là merci j’avais remarqué. Je dis juste que l’article est vide, un peu moins que votre commentaire de deux ligne, mais presque aussi profond.

        1. Vous avez remarqué quoi ? Tirez les conséquences de ce que vous dites. Je vous aide :

          Les partis ont des idées. OK. Ca c’est fait. Pour quel résultat ? donc ? Quel intérêt qu’ils aient des idées ?

      2. Ils ont réussis, en « fourvoyant » une « super notion », à péter les liens sociaux, les institutions (et les « reconstruire » prendra des décennies), privatiser des missions d’utilité publique, donner un prix au vivant, mettre la pseudo question économique au centre de tout commencement de débat, tuer la diversité…. la liste est hyper longue.

        Ils ont réussis pleins de trucs, mais à quel prix (ouais cadeau hihi)….

        J’aime particulièrement le concept des forums sociaux mondiaux.

        ça aussi https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mexico.Chis.EZLN.01.jpg
        « Vous vous trouvez en territoire rebelle zapatiste. Ici le peuple commande et le gouvernement obéit.
        Zone nord. Conseil de bon gouvernement. Le trafic d’armes, la production et la consommation de drogues, de boissons alcoolisées et les ventes illégales d’essences d’arbres sont strictement interdites. Non à la destruction de la Nature. »

        Mandar obedeciendo….

        Il y a plein d’exemple, loin d’être transposable c’est évident (même souhaitable pour bon nombre)….

          1. Interdiction du trafic d’arme, de drogue, d’alcool et ventes illégales…

            Pose toi la question 2 minutes : pourquoi ?

            Tu vas voir c’est complètement ouf et en plus novateur quoi….

            Par contre ça m’intrigue, c’est ça que tu as « retenu » ? flippant….

  13. L’entreprise privée ça fait pas un peu secte avec son Patron et ses collaborateurs;
    L’association ça fait pas un peu secte avec son président et ses membres;
    L’équipe de foot du quartier avec son entraineur et son capitaine c’est une secte aussi.
    Puis ces gens qui roule tous du même coté de la route…
    Je trouve que ça fait un peu secte aussi ce journal: « nous on est différent des autres médias » !

    Fraternellement,

  14. C’est pas trop dur sinon d’enfoncer des portes ouvertes depuis des décennies ?

    Bon, en plus c’est juste une analyse superficielle sur les partis politiques, avec le postulat démocrate-bourgeois que le but de ceux-ci est d’offrir des idées aux « citoyens ». Alors qu’en réalité ce sont des structures quasi-entrepreneuriales orientées vers la conquête des postes politiques (ou administratifs) offerts par la « Démocratie » libérale-bourgeoise. Ils représentent des INTÉRÊTS, les idées viennent ensuite…
    Ce qui caractérise notre époque, c’est que plus aucun parti ne représente véritablement des intérêts divergents de la classe dominante. On assiste essentiellement à des luttes entre fractions de cette classe, qu’observent avec plus ou moins d’enthousiasme (moins que plus ces temps ci) les classes moyennes. Les prolétaires sont eux carrément hors-jeu, la simple survie quotidienne (dans toutes ses dimensions) étant devenue trop absorbante.

    Bref, je prédis que le prochain article parlera du Parti Pirate (qui ferait beaucoup rire Barbe-Noire) en disant que c’est bien parce que c’est une culture politique du partage, de l’horizontal, sans préjugés, bla bla… Les néo-pirates ont « l’esprit ouvert » quoi : mais, chers amis, un esprit ouvert est un esprit vide.

    1. j’aime beaucoup ce commentaire sectaire là (Thaddée Guenver)!
      (l’article vaut rien mais qu’est ce qu’on rigole!)

    2. Socrate est ton ami.
      « scio me nihil scire »

      Et enfoncer des portes ouvertes, c’est dur. Y’a le frottement de l’air, tout ça… Et les gens qui regardent bêtement en demandant ce que tu peux faire. Là c’est Diogène ton pote. Ou Nietzsche. Mais il a mal fini, ce garçon…

  15. « Mais si les sectes UPRistes (oui, l’UPR est bien l’Union Populaire Républicaine, pas l’Union pour la République, mea culpa, c’est corrigé), Soraliennes et Chouardiennes sont construites sur le culte de la personnalité et d’un dogme unique, à l’extrême gauche, c’est-à-dire « la gauche révolutionnaire », c’est plus compliqué. Parce que les sectes politiques d’extrême gauche sont plutôt disrètes. Prenons le Parti des Travailleurs : qui connaît le PT ? »

    Oui, c’est bien de ne pas se tromper sur les noms quand on prétend s’essayer à l’analyse. à ce sujet le PT n’existe plus : maintenant c’est le POI.
    Décidément çà fait pas très sérieux tout çà.

    P.S. : et donc la définition made in Reflets de « secte », c’est quoi? (« culte » n’est pas suffisant, d’autant qu’il n’est pas recherché par toutes vos cibles)
    Avec la juxtaposition d' »église » et de « secte » dans le titre, j’aurais tendance à comprendre « schisme », pour rester dans le clérical, mais s’il n’y avait jamais aucun schisme j’ai l’impression que vous auriez encore plus à redire, non?

  16. Le prochain épisode ce sera sur les sectes anti-GIEC, les adorateurs de Claude Allègre, et autres « populistes climatiques » XD

  17. Vous avez raison, mieux vaux critiquer les politiques pauvres en idées et critiquer les idées qui émergent que de soutenir positivement vos idées auxquelles je prêtais un ancrage libertaire de gauche (mais j’ai de plus en plus l’impression de lire le point avec les articles de Yohan…).
    Le résultat est que j’ai découvert reflets en suivant Bluetouff et ce que j’y lis me fait froid dans le dos parfois. Du coup je ne lis plus que les articles de bluetouff, c’est malheureux je trouve même si entre Asi, Mediapart, le Diplo et les réseaux Attac je m’en sors.
    Au passage, ni gauche ni droite, n’était-ce pas un slogan du FN ?
    Mais c’est certainement Chouard qui est de droite, bien sur. Haut les coeurs mesieurs de reflets, stop la vacuité, place à la qualité !
    Si je me fais encore modérer pour ce post, j’aimerais bien une explication (tit mail ?) car je n’ai pas la sensation d’être un affreux en disant ça.
    Un lecteur de reflets depuis ses débuts et qui tient à vous mais qui en lisant cet article malheureux, doute.

  18. Ah ! L’hortodoxie ! J’adore ! Ça me fait penser à Franck Lepage et à l’horticulture….tiens, un autre illuminé qui n’a pas encore la notoriété de Soral, Chouard et Asselineau…normal, il cultive des pauvres…
    –> ok, je sors…

  19. Même si les partis sont des « églises », je suis assez d’accord.
    Il est quand même préférable de prendre parti lors des votes et autres décisions civiles (qui en soit sont extrêmement limitées mais pas totalement négligeables) sans forcément être encarté, non?

    Je sais que l’article ne prétend pas le contraire mais c’est le sentiment qu’il me laisse…

  20. C’est quoi le problème avec les sectes ? Tant qu’ils ne font pas de délits on s’en fout que certains par confort suivent d’autre et forme des mouvements sectaires. Chacun est libre de faire ce qu’il pense être bien. Dénoncer la présence de secte ne doit pas être vilipendé, ce n’est juste qu’un constat, et pourquoi demander d’apporter des solutions à ce qui n’est pas un problème ? il semble que ce soit inhérent à toute société humaine, animale de suivre un leader ce doit être ancré en nous depuis la nuit des temps. Bien sûr on peut se détacher de cette réaction primaire en voulant être le chef, celui que les autres suivront. Vous me suivez ?

  21. « la dictature du prolétariat est au centre du discours des trotskistes, c’est très construit, un peu vieillot, mais discuter avec l’un de ses adeptes fait toujours froid dans le dos. Un je-ne-sais-quoi de totalitaire  »

    Ah ça fait peur hein!? La dictature des 99% sur les 1%!?

  22. marrant, quand j’ai quitté le parti de gauche, j’avais commençé à ecrire un truc :
    « Tu sais petit, je me suis mise sur le bord du chemin assez rapidement cette année, et puis j’ai regardé … et j’ai pas aimé ce que j’ai vu … on révait de se débarasser de la cathédrale pour avoir le bazaar , et putain, au fil des mois, j’ai vu se construire la chaire au milieu dessus du bazaar , j’ai entendu sonner les cloches, l’assemblée des croyants brandissait son missel … et j’ai entendu les cantiques et les prêches …  »
    pis comme chuis couleuvre matiné feignasse, j’ai pas fini … faudra que je m’y recolle un des ces 4 ….

  23. Hola comrades, un bref message pour donner mon avis, qui pourra peut-être servir à d’autres (du moins c’est le but, après c’est vous qui voyez). Je pense que le terme de secte n’est pas vraiment approprié, même si il y a des homologies de fonctionnement.
    L’autre remarque concerne les « sectes de droite » et les « sectes de gauche », dans le premier article on a des groupuscules politiques, dans le deuxième, des partis politiques. Là encore il y a des homologies, mais ce n’est pas le même fonctionnement. Et certaines critiques du système partisan en général peuvent s’appliquer au PS et à l’UMP. Pour ça j’avais beaucoup aimé un article de Bourdieu, hachement hard, mais il vaut l’arrachage de cheveux (Downloadable ici : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105). Certains y trouveront peut-être même des « solutions », ce qui ne ferait pas de mal en effet dans cet univers politique en manque d’alternative (oui ma secte à moi c’est l’antilibéralisme, chacun son truc…).
    Peace.

  24. Mon interprétation de ces articles est personnellement que le concept d’églises ou de sectes politiques est dépassé et inadapté. Alors que l’appartenance à un camp peut nous empêcher de dire qu’une idée est bonne quand elle l’est… il faudrait tout simplement s’unir pour trouver les bonnes solutions à mettre en œuvre…
    (Le vote par tirage au sort pourrait permettre cela non ?)
    Une première solution serait peut être d’interdire les partis politiques…. lol

    Par contre il y a aussi les lobbyiste, mais je ne vois pas comment les appelés au milieu de ces Églises et ces sectes…

  25. Tous pourris quoi, et surtout ceux qui disent « tous pourris », sauf Reflets (pour l’instant)… parce que c’est écrit dessus peut-être. Le cynisme me semble contreproductif (et finalement assez dangereux pour soi-même) dans le sens où il entraîne un certain irrespect de soi… je comprends l’éloge de la fuite mais il me semble que cela découle d’une certaine peur d’assumer ses propres espoirs, sa propre libido, pour éviter la déception de la réalité. A mon avis, et là on pourrait éventuellement regarder ce que dit Camus en utilisant le mythe de Sisyphe (ou Bouddha, sur la souffrance), il faut accepter l’idée que la déception est inévitable, y compris la déception de Reflets, qu’on y soit lecteur ou rédacteur, et qu’elle ne rend pas l’espoir, donc l’engagement et la projection, totalement illégitimes.

    Moi finalement à force de lire, plus ou moins dans le désordre apparemment, cette série d’articles, je ressens de plus en plus d’inquiétude pour l’auteur… faut se ressaisir mec ! c’est pas grave tout ça, la vie n’a pas d’importance alors on n’a rien à prouver à personne, t’inquiète pas.

Comments are closed.