Les clowns de la cyber-sécurité font-ils peur ?

Reflets vous parlait récemment des clowns. Et cela a déclenché une passe d’armes dans les commentaires. Aujourd’hui, passons des clowns réels aux clowns de la cyber-sécurité. Comme dans toute branche de la société, il y
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

2 thoughts on “Les clowns de la cyber-sécurité font-ils peur ?”

  1. Une question me turlupine qui risque d’en soulever d’autrse: quels sont les recours?

    Je m’explique:
    Reflets s’évertue avec une patience, une ténacité et un sérieux admirables (je force pas trop sur les compliments, à cause des chevilles, on sait jamais ;) ), mais:
    – si du côté des Ministères concernés, il ne se passe rien (en gros ça en touche une sans remuer l’autre au ministre)
    – si la justice ne peut pas se saisir du problème (ouh ouh, le parquet)
    Qui peut lancer une procédure ou une plainte face à ses agissements? une ONG? un particulier? une société? un journal? (mainstream, de préférence)
    Parce qu’enfin, Reflets s’agite, dénonce, révèle mais… mais les principaux concernés dans ces affaires ont autant de réactivité qu’un escargot overshooté au tranxène 800

    Y a-t-il seulement un putain de moyen pour foutre sérieusement un coup de pied dans cette foutue fourmilière ou sommes-nous condamnés
    à constater une aggravation continue de la situation?

    (tiens toutes proportions gardées, ça me rappelle le conflit israélo palestinien: les journaux et certains politiquent râlent comme des putois sur les violations des résolutions de l’ONU, mais dans les faits, y a rien… Ah si ça montre les dents côté diplomatie, concours de bite toussa, mais aucune plainte déposée, rien de rien)

    Ce qui me fait peur, c’est qu’on fonce vitesse grand V dans une Ferrari vers un putain de mur en béton armé recouvert d’acier de 4m d’épaisseur où, lors du crash, on va se retrouver devant un état de fait durablement installé où ça sera « hein? la loi? ah mais OSEF de la loi, on se torche avec; on fait ce qu’on veut, comme on veut et on vous emmerde bien profond ! »

    1. Je comprends votre crainte. Mais c’est malheureusement vrai pour tout. Les journaux / journalistes engagés (quelque soit le domaine) ne sont lus que part un public engagé.
      Pour parler de ma (triste ?) famille, quasi tous de droites, je suis confronté à cela lors des repas. Ils pensent, par exemple, que Sarkozy a été un bon président et qu’il a sauvé la France lors la « crise ». Quand j’évoque certains « détails » de son mandat, on me brandit la « théorie du complot » ou autres « rumeurs discréditantes des socialos ».

      Comment faire avec ces gens là ? La plupart sont dans la moyenne haute en terme d’intelligence / culture général / niveau d’étude mais ne lisent que ce qui leur plait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *