Les bourreaux de la crise passent-ils aux aveux ?

Banques centrales, FMI, plusieurs signaux tendent à montrer que les institutions largement coupables de l’aggravation de la crise financière sont en train d’opérer un virage idéologique en admettant leurs erreurs, devant les évidences factuelles, mais
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Stanislas Jourdan

Journaliste, blogueur, activiste. J’écris sur la crise économique… et ses alternatives /-)

18 thoughts on “Les bourreaux de la crise passent-ils aux aveux ?”

  1. mais de toute façon la majorité des acteurs de l’économie ne comprend pas grd chose à son fonctionnement et regarde simplement ce qu’il lui rapporte ou suit des idées qui ont l’air de lui paraître sensée. Et ceux qui comprennent ou pensent comprendre les modèles économiques sont incapables d’envisager tous les facteurs entrant en compte au fur et à mesure.
    C’est du tâtonnement à tous les étages et chacun en tire ce qu’il peut. Tant que les gros restent gros le système marche ! Les dizaines de crise économiques n’ont encore pas eu assez d’impacte pour changer les choses, à part apprendre de nouveaux paramètres à prendre en compte pour rester en haut.

  2. Mouais… Et le fait que les réserves mondiales de pétroles stagnent et que l’économie qui représente la mesure de la transformation (et donc la consommation de pétrole) stagne… non ça ne parle à personne?
    Si l’on a la tête en forme de marteau on ne verra les problèmes qu’en forme de clou… et la seul réponse sera nécessairement un coup de marteau. Et il arrive…
    Laissons les nous entrainer vers la guerre, au moins ils relanceront l’économie puisqu’il faudra tout détruire puis tout reconstruire.

    Le problème mon cher Stan est que nous voyons trop le nouveau Dieu dans l’économie et pensons que la compréhension des problématiques économiques nous permettra d’y voir plus clair. Mais le peuple ne fonctionne pas à l’explication patiente et avisé… Il fonctionne à l’affect positif ou négatif. Et lorsqu’il se réveille c’est soit la révolution (peut probable, les oligarques ont compris, comme tu l’expliques bien, qu’ils ont besoin d’un peuple en état de consommer, rembourser leur dette, etc) soit la guerre (et là les oligarques sont très forts pour nous faire nous unir contre un pauvre pays/peuple/race/coupable qui n’a rien demandé d’autre que de se débrouiller dans ce grand bordel avec les options qu’il a).

    C’est pour ça qu’il faut les laisser jouer et se consacrer sur la seule chose qui vaille son cercle proche, des bonnes bouffes, un bon coup de pif… voilà où il est le bonheur. La compréhension de notre monde ne fait que rendre soit cynique, soit dépressif… perso je suis cynique.
    Enfin bwef encore un super commentaire bien fataliste du père Antoine.

    1. C’est bien la réflexion qui m’est venue à l’esprit également. Personnellement, ça fait quelque chose comme vingt-cinq ans que je dis que leurs politiques d’austérité sont des casse-gueules ! Mais il paraît que je suis un utopiste, alors…

  3. Perso j’éviterais d’être optimiste.
    Des rapports démontrant que leur politique économique c’est de la merde, il me semble qu’il y en a eu plus d’un depuis un bon moment.

    Je suis à peu près certain que beaucoup d’entre eux sont très conscient que leur délire nous mène à la catastrophe, mais leur but n’est en aucun cas d’améliorer la situation économique du monde, mais DE NE PLUS PAYER D’IMPOTS.
    Et pour ne plus payer d’impots, il faut tout privatiser, et arreter avec cette politique sociale d’assistés.

    En bref, ces rapports vont probablement résulter sur une décision toute simple:

    « On continue la mission »

    (Je précise que je serais bien entendu absolument enchanté de me tromper :p)

  4. J’ai cru reconnaitre le vers d’Oxmo comme dernière citation, qui en l’occurence est plutôt : « on est tous de la même planète, mais pas du même monde ».

    Mais je peux me tromper, le sens n’est pas exactement le même :P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *