Le retour du bâillon

  [UPDATE à l’issue de l’audience du 29 juin] « J’abdique », a déclaré le parquet en ouverture d’un procès qui n’aura finalement pas eu lieu. Les accusateurs ont plié devant le travail conjoint des médias libres,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

27 thoughts on “Le retour du bâillon”

  1. Au risque de passer pour le rabat joie de service, il serait bon de reconnaitre aussi que ces activistes l’ont servi sur un plateau. Dans le corps du texte de l’article en question, il est fait allusion à l’intention de détruire le mobilier urbain et à s’en prendre ouvertement à une vingtaine de « banques, agences immobilières, assurances ».

    L’article dit en particulier que « s’il y avait eu un peu plus de temps pour réfléchir aux actions à mener, beaucoup plus de dégâts auraient pu être fait », et j’avoue avoir du mal à interpréter cette déclaration.

    Au-delà du fait qu’effectivement cela puisse être interprété facilement comme une incitation au nihilisme (prière de ne pas confondre avec anarchie, car ne pas accepter de dieu ni de maître n’implique pas de vouloir casser la gueule à tous ce qui passe),les tactiques indiquées ne sont guère malines et mettent plutôt en lumière la mentalité de pithécanthrope des « activistes » en question : eh oui, les keums : ceux qui se préoccupent de ce qui est évoqué dans l’article incriminé ne sont pas ceux qu’on retrouve un pavé à la main !

    En particulier s’attaquer à des banques ou des agences immobilières ou d’assurance, s’est surtout s’en prendre à leurs employés, et ça c’est nettement plus douteux. En bref, même si la réaction du procureur peut se discuter, je ne suis pas sûr que cet exemple soit le plus représentatif.

    1. Je suis bien d’accord avec vous, autant les moyens mis en œuvre pour retrouver le gars sont pas mal liberticide et représentatif d’une mentalité a propos des fournisseur de contenu et hébergeurs, autant le contenu de l’article incriminé véhicule tellement d’idées nauséabondes que j’ai du mal a garder mon calme en écrivant mon propre commentaire plus bas.

    2. Ne les juge pas trop sévèrement, la génération qui les précède a été infoutu de mettre en place des contremesures efficaces au système (et déjà à défaut d’autre chose), tout péter c’est une réaction un peu extrême mais ça vaut toujours mieux que de se laisser gagner par la léthargie ambiante.

      PS : le nihilisme n’implique pas forcément la violence non plus. Anarchisme et nihilisme peuvent chacun se traduire en violence, fonction du contexte.

  2. Tien tien gandi… ils ne poussaient pas de grands cris d’orfraie dans les medias lors de la mise en place de cette loi de m….

    Une simple opération de com donc !

    Ptet ben que je vais bouger mes noms de domaines ailleurs moi… ça le fera les pieds.

    Enfin maintenant faut que je leurs trouvent une destination moins causantes.. #spagagné !

  3. Je plusoie Robert Ravoalavoson…

    L’article incriminé pue a 100km à la ronde.

    Entre les noms d’argots pour les policiers (flics passe encore, mais c’est limite dans une publication), les « Ça faisait plaisir de voir une tête de manif offensive », « beaucoup plus de dégâts auraient pu être fait », « mettre une voiture en travers de la route, voir l’enflammer », et autres joyeuseté dans le genre et appelant a la violence, à la destruction et au combat.

    Je ne critiquerais jamais une article présentant comment garder une manifestation pacifiste. Mais ce tas d’ordure appelé « article » ne fait qu’expliquer comment combattre la forces de l’ordre voire même comment s’organiser avant que les hostilité commencent pour faire plus de dégâts et « saisir l’occasion quand elle se présente » et pas favoriser la gradation des réponses (entendre, casser des vitrines dès qu’on peux histoire de faire le plus de dégâts possible).

    Tout au long de l’article je me suis dit « dieu que c’est consternant, j’ai honte d’être un français au même titre qu’eux ».

    Je condamne quand même les actions de répression de la liberté d’expression de la façon dont elle à été appliquée cette fois, bien entendu, et Gandhi a perdu pas mal de respect pour moi. Cependant ce genre de propos ne doit pas rester impuni et je valide l’accusation de « provocation publique à la commission d’un délit ou d’un crime ».

    1. Les conquêtes sociales ne sont pas teintées de pacifisme ; en toutes choses l’excès est préjudiciable, entre prôner la violence à outrance et tendre l’autre joue il y a être pacifique, c’est un juste milieu exigeant où nous avons montré notre échec collectif.

      Que ceux là mutilent et tuent impunément est tolérable mais que ces autres brûlent des voitures et cassent du mobilier urbain est consternant ?

      Il n’y a toujours que deux côtés à une barricade.

      1. je suis fondamentalement d’accord, même si je prône la non violence au moins jusqu’à agression de la partie d’en face. Malheureusement l’article incriminé appelle a des actes de violence gratuite, a casser des choses, a bruler des voitures. Bah moi je me met a la place du mec qui a passé une nuit déjà pas bien peinarde à cause de raffut et se réveille pour trouver sa bagnole défoncée voire brulée par des zigotos qui pensent que casser des choses c’est la meilleure façon de se faire entendre.

        Je suis désolé mais je n’adhère pas, mais alors pas du tout a discours qui consiste a faire de la casse pour faire de la casse. Dans notre société actuelle, a notre niveau de civilisation, je ne crois pas que c’est la bonne façon de faire.

        Donc non, je condamne cet article. Pas pour les « relancez les lacrimos sur les policiers », ça ça passe, mais bien pour l’appel a casser aussi tôt que possible et a bruler des choses. le mobilier urbain c’est con car c’est eux qui payent les réparations sur leurs impôts et qui en sont gêné par leur absence après, et les voitures a bruler car franchement, bruler la propriété d’autrui, c’est quand même pas cool. Si ils veulent bruler des voitures qu’ils brulent les leurs, là je ne dirais rien.

        1. « je prône la non violence au moins jusqu’à agression de la partie d’en face »

          Typiquement c’est ce qui distingue le pacifiste du pacifique (Gandhi tenait plus du pacifique que du pacifiste : « Je crois vraiment que là où il y a le choix entre la couardise et la violence, je conseillerais la violence » ; Jaurès aussi était un pacifique, dans un registre plus politique) et si on pousse un peu la notion, le fait de pouvoir prédire avec certitude une agression permet d’en organiser la défense préventive (c’est tout le sens de la locution latine si vis pacem para bellum, AMHA).

          Alors bien sur, cramer des voitures, péter des vitrines et du mobilier urbain, c’est pas ce qu’on a fait de plus constructif et je ne veux pas laisser l’impression de cautionner ces actes. Je dis juste que je comprends que dans une lutte inégale, grisé par sa propre volonté de puissance, on puisse se laisser aller à de tels comportements ; surtout que dans l’interprétation de ces manifestants tout est assimilé comme partie prenante du système et que dans le fond ce point de vue se défend.

          Pour moi c’est l’absence d’une lutte pacifique digne de ce nom qui ouvre la porte à de tels agissements, qui sont des actions par défaut ; je considère la poutre dans notre œil plutôt que la paille dans celui du voisin, je conçois que cela ne soit ni aisé ni agréable, ni à entendre ni à admettre.

          PS : pour ce qui est de la propriété privé et les droits liés (dont la propriété lucrative), j’ose croire que ça te passera avant que ça me reprenne.

          PS² : quant au mec qu’on empêche de dormir, tu lui dira que personne n’est innocent.

  4. Soutenir un article qui prône les feux de voitures, le cassage de flics et les cassages de vitrine ? Vraiment ? J’ai du passer à côté du sujet, cet texte n’a rien d’un article de presse.

  5. Dans l’article incriminé, certains voient casse et feu, d’autres voient soutien, solidarité, collectif, énergie, force de propositions, auto organisation, stratégie, action, espoir.

    Pas de medium mainstream, pas de syndicat, pas d’argent de la pub, pas de parti, pas de politiquement correcte. Seulement des gens ordinaires qui s’organisent face à la répression dont ils sont victimes.

    Le changement c’est maintenant.

  6. Salut Jet,

    Je m’attendais à votre réaction dépitée à nos premiers commentaires (et apparemment surtout au mien, ce qui me rend responsable de ce bazar). Vous avez évidemment raison dans ce que vous dites, dans votre Post Scriptum. D’où la nécessité de garder la tête froide et de rester analytique lorsqu’on écrit sur un sujet.

    Nos doutes (les miens en tout cas, j’espère), vous ont amené à reformuler votre présentation qui était assez précaire. Et comme vous le mentionnez vous-même, effectivement « il donne des tuyaux à la police plus qu’aux manifestants ».

    A présent, si nous vivions dans un monde parfait, Jet Lambda aurait une présentation des faits irréprochable, et personne n’aurait de commentaire à faire. Mais ce n’est pas le cas : Jet Lambda a fait son boulot en révélant un évènement anormal mais s’est planté dans sa présentation des évènements, et risquait par là-même d’être assimilé a des jeunes écervelés (je pensais à un autre qualificatif, en fait).

    Le Post Scriptum apporte un éclairage salutaire ET NECESSAIRE au contenu initial et en ce qui me concerne résout la controverse… Nota Bene : le contenu de l’article initial de JET a aussi changé et il vaut mieux le relire en entier.

    Un dernier truc : La technique qui consiste à punir l’hébergeur par vengeance et par dépit de ne pas pouvoir mettre la main sur les vrais coupables est assez typique d’un système en perdition… Par contre je continue à me poser des questions sur la santé mentale des gugusses qui ont rédigé le torchon qui a tout déclenché et que nous pouvons remercier !

    1. Ces positions peuvent être discutées, et cette discussion fait partie du débat démocratique.

      Extrait du texte de soutien

      Ouf, on était pas si hors sujet que ça.

      Le pouvoir qui fait le procès de ce type qui a payé un nom de domaine -lol- est le même qui a le système financier à sa botte, le parlement à sa main et des forces aux ordres.

      Je suis persuadé que tu sauras te débrouiller avec les corollaires et déterminer qui souffre des pathologies mentales les plus sérieuses.

      1. « le pouvoir …qui a le système financier à sa botte » !!! Tiens, je pensais que c´était le contraire.
        Mais vous avez raison : le pouvoir saoule, et ceux qui y ont gouté sont rapidement irrécupérables.

        1. Tu m’auras mal lu. J’ai dit pouvoir pas gouvernement.

          Mais je comprends ce que tu as voulu dire, si tant est que nos gouvernements (disons sur les 50 dernières années) aient eu des convictions humanistes sincères (ce qui est déjà leur accorder grand crédit), la plupart ont été corrompu par ce système, oui, c’est un peu le but en même temps ^^

  7. A la lecture du dernier article sur BastaMag, http://www.bastamag.net/Les-medias-libres-et-inventifs-tissent-des-solidarites, je m’étonne de l’absence de Reflets de la liste des participants à la « Coordination des médias-libres ».

    Absence d’info ou d’intérêt, oubli, pas été contactés, …? Et s’il ne s’agit pas d’un différend – idéologique, religieux, philosophique, personnel, … (cocher la mention au choix!) -, ne serait-il pas opportun, judicieux, … pour Reflets de s’y inscrire?
    Tant il est vrai que la devise du bled ou j’habite annonce fièrement (et en trois langues!) « L’Union fait la Force »!

    Avec mes très cordiales salutations! :-)

      1. « Trop anars », ou trop Parisiens?

        Parce que les anars, même s’ils ne sont pas tous seuls, ne semblent pas vraiment manquer dans cette coordination, mais ils sont de fait pour part provinciaux!

        On peut bien pleurnicher jusqu’à plus soif sur l’effectif « retour du bâillon », mais à être « trop anars » pour vouloir se défendre efficacement, n’est-il pas logique de finalement se faire bouffer?!

        1. Ps : loin de moi l’intention de critiquer votre démarche ou « troller »!
          On ne peut de fait pas tout faire ni – aussi passionnantes soient-elles – s’inscrire dans toutes les démarches, on n’a qu’une vie, et 24h dans une journée pour en profiter!
          Je me réjouis d’à la lecture de vos articles pouvoir entretenir la très illusoire consolation d’un jour mourir (un peu) moins idiot!
          Autrement dit, j’apprécie – depuis quelques années déjà – tant la rigueur et le sérieux que le ton et l’approche de votre ligne éditoriale, surtout continuez!

          En vous présentant mes très cordiales salutations! :-)

        2. Toa fait surement allusion à ça : « si nous avons pris notre bâton de pèlerin pour aller rue de Valois, ce n’est pas pour qu’on nous fasse une fleur. Et encore moins tendre notre sébile. Mais pour que la puissance publique reconnaisse et soutienne la contribution au pluralisme de ces médias »

          Envisager de recevoir des subventions serait une gageure en regard des déclarations d’intentions de la rédaction.

  8. Juste pour etre clair :

    – nous avons obligation legale, depuis des annees, de reagir lorsqu’il y a des contenus « manifestement illicites ». Chacun se fera son idee sur le texte concerne.

    – en plus, lorsque nous avons une demande officielle d’un juge, nous sommes egalement obliges d’appliquer cette decision.

    Nous avons defendu, defendons et defendrons toujours les libertes individuelles, par contre la derniere fois que j’ai verifie, personne ne peut logiquement s’attendre a ce que nous nous rendions complices d’un delit… Resister civiquement oui, le reste desole mais non.

    1. alors, y a plus qu’à attendre « civiquement » que le système corrige les bugs et vérouille consciencieusement toute possibilité de resister (civiquement ou non).

      fermer sa gueule civiquement ça m’a l’air génial comme programme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *