Le point crucial à relever de la conférence de presse de Moi-Président

C’était chouette cette conférence de presse gaulienne dans les ors de l’Elysée avec tous les ministres et 400 journalistes invités à poser des questions à Moi-Président, non ? Ouais, vachement chouette. Il a endossé les habits présidentiels, Moi-Présient, ça y’est, et c’est les spécialistes-analystes-de-la-chose-politique qui le disent. Il n’est plus « normal », mais « responsable », il l’a répété. Super. On est bien contents.

Mais à un moment, un journaliste assez connu pour changer de veste en fonction des pouvoirs en place, a posé une question pas mal carrée et qui est en un certain sens LA question qui tue : « Dites-moi, M’ssieur l’président, là, vous parlez de ramener le déficit à 3%, de faire de la rigueur budgétaire, et on voit autour que plus il y a de la rigueur, plus l’économie s’écroule, avec même de la récession en Espagne, en Grèce, au Portugal, enfin bref, la France est programmée elle aussi pour y aller dans la récession. Et dans le même temps, il y a pas mal d’économistes, dont un prix « Nobel » (c’est pas vraiment un prix Nobel, parce qu’en économie ça n’existe pas, mais bon, NDLR) qui expliquent que ces politiques de rigueur vont nous couler, que ça marche pas, au contraire. Et que si la France tente d’arriver elle aussi à 3%, ça va vraiment être la catastrophe. Alors, pourquoi vous continuez quand même vot’rigueur alors qu’on sait que ça va nous planter ?

Et là, il y a une moment très important à retenir dans la réponse de Moi-Président. Parce qu’après un bla-bla-bla classique sur les finances saines, la croissance dans un pacte-paquet-bonux et que c’est pas bien d’avoir de la dette, le Président français a dit quelque chose de vraiment important.

Il a dit qu’il ne dirigeait pas le pays.

Et ça c’est quand même pas mal de l’avouer. Sans s’en rendre compte, hein, parce qu’il ne l’a pas fait exprès, mais sa réponse a été tout de même extraordinaire. En substance, Moi-Président a expliqué que les « marchés » allaient se déchaîner s’il ne faisait pas de la réduction de déficit. Premier point qui indique que les marchés lui dictent sa politique. Et puis un autre aveu extra, et central, crucial celui-là : « si je vais voir les 26 autres de l’union, avec une autre voie, en ne faisant pas comme tout le monde, qu’est ce qu’ils vont dire hein ? Quand même, je peux pas aller contre l’Union, en faisant des choses qu’elle veut pas… »

Et oui, notre président a avoué hier qu’il dirigeait que dalle. Que ses ordres il les prenait à Bruxelles et par les agences de notations.  C’est un bel aveu. Très franc. On peut au moins lui reconnaître ça. Merci à lui. On sait maintenant de façon claire et déterminée comment ça marche. Parce qu’à un moment on se demandait bien pourquoi…

Twitter Facebook Google Plus email

39 thoughts on “Le point crucial à relever de la conférence de presse de Moi-Président”

  1. Elles sont sur Youtube, découpées en 3 parties, je crois. J’ai assité à l’aveu en direct hier soir, l’une des rares fois où j’allume un poste de TV. La question a été posée par Laurent Joffrin. Ca doit se retrouver assez facilement. SI je poste la vidéo, elle sera longue, et je n’ai pas le temps d’aller chercher l’instant…Mais si d’autres peuvent le faire, c’est encore mieux.

  2. Depuis le référendum de 2005, on sait….
    Tiens, un petit hors sujet qui me trotte dans la tete depuis un moment:
    Les talibans et les intégristes de tous bords, ne valent vraiment pas mieux que les démocrates; ils ont comme ces derniers, la facheuse tendance à imposer leur volonté à des gens qui ne leur demandent rien, si ce n’est qu’on leur foute la paix.

      1. Il faut lire entre les lignes..

        Il avoue ne pas diriger le pays :
        – en disant que les marchés se déchaîneraient sur la France et que certains « à l’extérieur » n’attendent de toute façon que ça.
        – en disant qu’il ne peut pas s’opposer à la règle des 3% de déficit alors que tous les autres pays européens respecte cette règle.

        1. Ouin… Entre dire que la France serait attaquée sur les marchés et que certains a l’extérieur n’attendent que ça et dire « qu’il ne dirigeait pas le pays » comme le rapporte de Yovan il y a une grosse marge. Je suis déçu, car j’espérais enfin voir un tel aveu.

          1. Voilà, les deux aveux, précisément restranscrits (depuis http://www.dailymotion.com/video/xv2fy2_evenements-conference-de-presse-de-francois-hollande_news).

            Le premier concerne l’Union :

            1:37:32 « Parce que si la France était elle-même contestée, parce qu’elle n’est pas gérée convenablement, quelle serait son poids, quelle serait son autorité…?
            Au conseil européen, je compte parmi les 27 à égalité, mais en même temps je suis le représentant de la France, un grand pays…mais ce que je dis est aussi regardé par rapport à ce que je fais, d’où le fait de l’utilité ne pas mettre en péril la signature de la France… »

            « Mettre en péril la signature de la France » ? Ah bon, vis à vis des 26 autres…donc il avoue clairement qu’ils se plie à la doxa européenne, point barre. Aller autrement, c’est mettre en péril ? Ah bon, mais alors gouverner c’est donc suivre les autres ? Mais ce type ne gouverne rien, il suit les autres…dramatique. Tout en ayant hurlé pendant sa campagne électorale que « jamais il ne signerait le TSCG (obligeant à 1% de déficit, au passage, mais de déficit « structurel », terme que personne ne sait définir…). Il devait même soumettre un mémorandum aux partenaires européens pour la croissance pour un TSCG corrigé. De mémorandum, que dalle, de pacte de croissance réel, que dalle. Il a juste fait ce qu’on lui a dit de faire. Le TSCG est identique à celui de Sarko, les 120 milliards sont du pipeau, et tous les économistes sérieux se marrent doucement.

            1:39:57 « Je ne vais pas prendre un risque pour la France, je ne vais pas dire, mais nous, parce que c’est difficile, nous ne ferons pas les 3% de déficit, tant pis si nous sommes attaqués sur les marchés… »

            Et oui : ne pas faire les 3%, c’est être « attaqués » sur les marchés… Sachant que même le FMI indique que l’austérité sur les budgets devient problématique…et les marchés, qui est en mesure de dire ce qu’ils vont faire si on ne suit pas la doxa européenne des 3% ? Ils sont contents les marchés là, actuellement, plus, moins ? Franchement…

        1. Attendre d’un pro de la com’ qu’il ne pratique pas la langue de bois ! Ahah..

          Je reformule : Hollande exprime le fait qu’il n’a pas d’autres choix que d’obéir aux marchés et à l’Europe pour gouverner. En d’autres termes, Hollande avoue que ce sont l’Europe et les marchés qui dirigent la France.

          Dans ce cas, pourquoi avoir élu un représentant qui n’a aucuns pouvoirs ?

          1. « Dans ce cas, pourquoi avoir élu un représentant qui n’a aucun pouvoir ? »

            Pour éviter que le peuple ne prenne conscience qu’il vit dans une dictature.

            Signe avant-coureur: le 29 mai 2005

            It’s just an illusion, Ouh ouh ouh ouh ahah.

  3. Pas mal la petite image sexiste en début de l’article. Pour la peine, je n’ai pas lu l’article.

    Qu’Hollande manque de courage et de qualités dites « masculines », et ainsi le rabaissé par une comparaison « il n’a pas de couille, c’est une femme », c’est sexiste au plus haut point.

    My 2 cents.

    1. Ben en plus d’etre sexistes, on est aussi vulgaires… Faut vraiment être particulièrement con ou démago pour qualifier cette image de sexiste.
      C’est le mot couilles qui t’émoustille ?
      Tu peux remballer tes 2cents, on donnera pas le change.

    2. @Exirel : ce n’est pas une remarque sexiste, c’est de l’humour, certes un peu gras, mais bon…

      C’est incroyable comment le politiquement correct sévit en ce moment. Le retour de manivelle risque d’être bien graveleux !

  4. A la lecture de ce billet, il semble que les politiciens n’ont aucun pouvoirs.
    Je vous rassure, il leur reste le pouvoir de nous emmerder, dont ils usent et abusent.
    Faisant payer ceux qui n’ont pas d’enfants pour ceux qui en ont, ceux qui ont pris soins de leurs parents pour ceux qui les ont abandonnés, appliquant des limitations de vitesse à ceux qui conduisent depuis 50 ans sans un seul accrochage, obligeant celui dont une parente à eu les jambes broyées par un adepte du hors-route, à poser des tetes de buses dans son fossé, imposant un controle périodique, et payant d’un système d’assainissement situé au milieu d’une propriété de 80 hectares.
    Pffuu! Quel pays de merde !

  5. Les chefs d’Etat ont plus besoin d’un anus d’acier en ce moment.

    Cela dit, déléguer une part de sa souveraineté (UE) et laisser les marchés (les argentiers) donner leur avis n’est pas « la faute » de FH.

    C’est l’hypothèse de base du shmilblik.

    Ensuite, je comprends qu’on salue ironiquement la sincérité de FH = le classico-classique « quand ça va mal c’est la faute à l’europe, aux marchés, free ». (livré avec chaque bulletin de vote)

  6. « Et dans le même temps, il y a pas mal d’économistes, dont un prix « Nobel » (c’est pas vraiment un prix Nobel, parce qu’en économie ça n’existe pas, mais bon, NDLR) »

    Bonjour Reflets !
    Je ne suis pas certain de ce que vous voulez dire quand vous affirmez que le prix Nobel d’économie n’existe pas. Certes, ce prix n’est pas un des prix originaux et certes son intitulé exacte n’est pas Prix Nobel d’économie mais Prix de la Banque royale de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel (merci Wikipédia) mais il est, comme pour les Prix Nobel de physique et de chimie, décerné par l’Académie royale des sciences de Suède et ce sous la supervision de la Fondation Nobel, exactement comme pour les autres prix (http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/economics/).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *