La triste vie des riches de niche

Généralement aux abords de Noël, alors que la nation, ou tout au moins la partie la plus aisée, s’apprête à faire bombance, les médias s’intéressent alors aux malheureux. C’est un peu de notre tradition chrétienne qui s’exprime comme à la sortie de la messe de minuit, lorsque le bon bourgeois, pour le salut de son âme, distribue quelques pièces aux mendiants avant d’aller se taper la poularde aux marrons. C’est aussi le moment ou le froid se fait plus fort et la rue, dernier refuge, devient le cercueil glacé des sans logis. Alors le plumitif, entre deux courses aux cadeaux, se fend du papier de l’année sur les démunis, les moins que rien, les rejetés, la fange, les miséreux, ceux que l’on aurait pu devenir si l’on n’avait pas prévu notre coup.

Mais cette année, macache, les orphelins de la Sarkozie ont décidé de jouer les troubles fêtes et nous proposent un autre scénario. Point de trève pour les clients du confiseur, pas de larme de champagne aux crocodiles, les avocats fiscalistes ont lancé l’offensive avant la clôture du bilan annuel, il y a un marché à prendre, celui de la grosse thune et du transfert international, je suis sur un coup, j’investis dans le Thalys à la hausse. Top départ.

Déjà, certains, sans doute en manque d’affection présidentielle ou privés de quelque facilité particulière, nous avaient fait le chant du départ version volaille, pigeons sans tête pleurant les miettes sur le pavé parisien. La vie devenait trop dure, le travail trop cher, et la perspective de plus value incertaine. C’est vrèèèè quoaaa, ce n’est pas qu’une affaire de train de vie, mais de statut social ! Que celui qui n’a pas de Rolex me jette son premier million. Et les enfants, vous avez pensé aux enfants hein ? Comment les élever dans le respect des valeurs s’il n’est plus possible de faire fortune en 5 ans ? La fin d’un monde, quasiment une sorte de Lehman Brothers à la française, mais version molle, entre fromage et dessert, ici et maintenant, pour tout un chacun. N’importe quoi.

Mais revenons à notre foie gras. Donc, il faut choisir un lobe entier bien bombé, luisant et ferme, le découper en escalopes, bien assaisonner… Mais je m’égare. Oui cette année, la droite a une revanche à prendre, on lui a piqué son hochet, ça va chtarber sévère dans le bac à sable. D’abord, on autodétruit l’UMP. Fini L’UMP, ça sert à rien l’UMP entre deux présidentielles. Pas la peine de faire de la politique, et puis ils disent n’importe quoi. Donc, basta. Non, ce qu’il nous faudrait c’est un emblème charismatique, un enfant du peuple qui a réussi, une image subliminale pour les masses, un truc qui fait paf. Pif, paf, tu vois ? Un mélange d’Obélix et de Danton… Énorme…

Donc, ils nous ont sorti le Depardieu pour les fêtes. Remarque ça tombe bien, à la FNAC pour mon beau frère, je me demandais, et je suis tombé sur l’intégrale avec les Valseuses et Cyrano. Ça ne sera pas perdu pour tout le monde. Et puis comme dit mon boucher, le boeuf français, il peut le représenter dignement, tout à fait crédible. Donc voila-t-y pas not’ Gérard national qui rentre en combat singulier avec le premier ministre lui-même. « Tu veux jouer, tu veux jouer qu’il lui dit ? Tu veux la baston ? » Et l’autre un peu coincé dans le costard républicain qui relève sa mèche et se laisse aller à un minable « minable« . Paf le chien. Et c’est parti. Pif, paf.

Donc cette année, on regarde quoi à la télé pour les fêtes ? Les riches de niche, les clébards à Nicolas, les toutous de la Liliane des produits de beauté, les tranciliens du Paris-Bruxelles, les moins que rien de la haute, les exclus de la ristourne fiscale… Une vraie misère, un fait de société, la cata. Bières et frites. Fini l’hôtel particulier du 5ème, fini les petits dejs au Crillon, fini les soirées branchées avec top modèles, fini les cigares et les poulardes fines, fini les girlies et l’éclate de la big money. Trop triste. Remarque, finalement ça tombe bien avec le calendrier maya.

La fin du monde, je te dis.

La fois prochaine et dans la même série, nous étudierons le gavage des oies, l’élevage du cochon de batterie et la sélection des bêtes pour faire des bons produits pour votre charcuterie de quartier ou les élections. Au choix.

Bon salut, hein.

PS : Pour ceux qui se triturent le cerveau et veulent donner du sens à notre pauvre vie, je recommande la vidéo sur les rapports entre Danton et Robespierre. Tout y est dit. Danton (A.Wajda,1983)

 

Twitter Facebook Google Plus email


38 thoughts on “La triste vie des riches de niche”

          1. Je vois que certains commencent à me connaître… ;-)

            Oui, je trouve malin de parler des autres « bavards » de la toile, mettre un petit lien de copinage, faire des coucous, toussa… Un petit peu de sociabilité favorise les coups à boire.

  1. C’est triste, si triste… Pauvres riches ! Obligés de partir de France.
    Mais que fait la droite bon sang ! Il faut sauver ce qui peut encore l’être, endiguer cette fuite des cerv.. euh.. de l’argent.
    J’ai entendu que Barbelivien était d’accord avec Gégé : il peut pas partir lui aussi ?
    Et d’un autre côté, Houellebecq qui revient
    On gagne en culture et intelligence, c’est déjà ça !

    1. Je suis beaucoup beaucoup beaucoup plus irrité par la remarque de Ayrault et les jérémiades hypocrites des minables professionnels du genre politiciens ou journalistes
      que par la « fuite » de ce Depardieu.

      Va comprendre, Charles, ça doit tourner au niveau de la salle du bal des faux culs que ça me coince dans le fond, chez moi…

      1. sauf que la remarque, il faut la remettre dans le contexte : Ayrault a qualifié l’exil fiscal de Depardieu de « minable », par Depardieu lui même
        oui, cet exile est minable, car la taxation à 75% n’est que pour 2 ans, alors quand on s’enrichit grâce au peuple français, on accepte de l’aider un peu, quand bien même il aurait payer 145 millions d’Euros d’impôts depuis 45 ans
        il est juste en train de nous cracher à la figure
        ça le dérangeait moins le Gégé, quand il avait des pb et que son ami Sarkozy l’aidait à se sauver d’une banqueroute

          1. Il faut quand même rappeler que Sarko a doublé le déficit en brulant 600 milliards en 3 ans. Fort, quand même. Et toute sa bande de potes qui nous la joue petites chéries évaporées, au secours maman, c’est tout simplement de l’esbroufe de carnaval à deux balles.

            D’accord ?

          2. Si on reste scotché sur des lectures du genre droite/gauche, on ne peut être que d’accord. Surtout que Sarko et sa dream team, ça a été le pire cauchemar en politique française depuis 1940.

            Mais si on décolle un peu, pas à Notre Dame des Landes hein, et qu’on voit à quel point ce gouvernement prend aussi les français pour des idiots d’effet d’annonce en coup de com’, de manipulation en mensonge, sans parler des trucs gravissimes au regard de choses qui me tiennent à coeur comme Démocratie, Internet, Europe, etc on en causera en 2013 incha allah -;), eh bien non.

            Je me fous de Depardieu qui peut bien faire ce qu’il veut en tant qu’individu, par contre le Ayrault et ses potes, censés être un gouvernement au service de 65 millions de français pour mémoire, mon jugement est sans appel : minables et irresponsables.

            Tiens, au hasard tant c’est vermoulu au sol au plafond, le Ayrault, quand en plein été il a du remarquer quand même que les copains de l’Assemblée Nationale ne voulaient pas que les français sachent comment ils dépensaient leurs enveloppes IRFM, on ne l’a pas trop entendu dire « c’est minable ».

            Et pourtant, ça l’est, et en plus c’est pathogène dans une société ce genre de choses.

            Et pas qu’un peu!

        1. Pas pour prendre la défense de depardiou dont je me fiche comme de ma première chaussette, mais on peut pas dire qu’il se soit enrichi « grâce aux français ». Je vois pas comment.
          Parce que certains français ont payé leur place de cinéma, ont acheté ses dvds ? Personne ne les a obligés à le faire.
          Seuls les politiciens et les fonctionnaires gagnent leurs salaires « grâce aux français ».
          Et là il y aurait peut-être des choses à dire. C’est bien cool de taxer les riches plutôt que les pauvres mais il faudrait aussi peut-être parler de ce qu’on va faire de cet argent. Qui décide ce qu’on va en faire ? Et pourquoi ?
          La suède est un des pays les plus imposés au monde mais aussi l’un des plus transparents. N’importe quel citoyen peut se renseigner sur les frais de voyages de tel ou tel ministre.

          1. Genre les aides publiques au cinéma qui permettent encore aux films français de se monter ? Ou les horribles lois liberticide sur l’obligation de financement et diffusion de quota de programmes français qui sont imposés aux diffuseurs français ?

      2. Mon ami(calement), ça y est, toi aussi tu as été contaminé? Par « les clébards à Nicolas », « les toutous de Mamie zinzin » : tu nous sort la rengaine « politiciens , journalistes pourris, faux culs », comme si ces derniers sont nés avec le quinquennat d’Hollande? Comme si l’ancien gvt était composé que de gens honnêtes et dévoués qu’au succès de la France? Les trouves-tu aussi incompétent, histoire de boucler la boucle?

        1. Lis ci-dessus, un extrait très bref du « pourquoi ».
          Pour de plus amples développements, me contacter sur mon portable, tu m’as l’air en pleine lévitation « mon gars », va falloir recoller au peuple et à ce qu’il pense à juste titre un peu ;)

      3. Comme le disait souvent mon père avant de me foutre une tarte, ce n’est pas parce que Martin le fils du voisin a fait une grosse connerie que ma plus petite est excusée.

        Dire « Oui mais l’autre là il est plus vilain! » ça ne fonctionne plus dés qu’on rentre au primaire.

        Two bad don’t make one good.

        Etc etc.

  2. Ah bon polR, il y a eu des rapports entre Danton et Robespierre? Mince!

    C’est tendance comme question de société en ce moment tu me diras, d’ici à ce que leurs descendants débarquent.

    Toi, ton genre de mec, c’est plutôt Danton ou Robespierre? ;)

      1. :)
        Etonnant n’est ce pas que LE Musée de la République soit perdu à Vizille, n’est ce pas…

        Reste que nous sommes au 21e siècle n’est ce pas, méfions nous donc des religions historiques, n’est ce pas, hackingtouch oblige…

  3. Trop d’ironie et de second degré tue l’ironie et le second degré.
    Je n’ai pas la moindre idée de l’idée que tente de véhiculer cet article. Pas le temps de relire entre les lignes, j’ai 300 items dans mon newsreader.
    J’aime bien reflets, mais faites plus efficace…

    1. La prochaine fois, je sortirai le nombre de morts dans la rue ou des suicidés du transport en commun. Mais j’attendrai que tout le monde ait fini la dinde à la truffe, ça pourrait faire dégâts d’estomac et des décourager les jeunes professionnels narcissiques.

    1. Ceux qui résument cette question Depardieu/Ayrault/Minables de toutes natures
      à droite versus gauche sont bien bas, il leur manque le haut minimal.

      Les français et ce pays ont besoin de hauteur.
      Une fois atteinte la hauteur qui libère, par la force des choses, certains vont tomber bien bas.

      -;)

  4. Vrai qu’on arrive à un certain écœurement de cette richesse sans vergogne, de ce pli vaseux que prennent ceux qui, pourtant, on fait montre d’exceptionnelles qualités – et Depardieu fut quand même un grand talent.

    Mais entendre le garçon-coiffeur Ayrault qualifier de « minable » cette réaction pavlovienne de la fortune qu’il encourage en allant manger aux universités du Medef, en renonçant à une refonte réelle des impôts, en laissant tonner Valls contre la « racaille » sous-entendu les classes dangereuses, en augmentant le SMIC de 3c d’euros, en s’arrangeant avec le richissime Mittal sur le dos de ceux qu’il est censé défendre, en laissant se démerder de plan en plan social l’ensemble des salariés français, mais en dorlotant les petits patrons poujadistes de start-up, ou les chirurgiens…je suis au moins autant écœuré par la duplicité d’Ayrault et de ses compères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *