La Syrie ne ping plus

Depuis maintenant 24 heures, la Syrie est totalement déconnectée d’Internet. L’alarmisme ne doit pas forcément être de mise. À l’heure actuelle, les spéculations sur la raison de cette coupure vont bon train. Le régime accuse
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

16 thoughts on “La Syrie ne ping plus”

  1. Merci pour l’article, qui est, comme d’habitude, très bien sourcé et compréhensible. Ca permet une autre réflexion que celle des médias qui commencent à s’alarmer de tout et n importe quoi.

    Reflets, toujours dans le factuel ;)

  2. Merci pour cet article de qualité. Mais supposons que l’hypothèse 3 soit la bonne (dommages collatéraux d’un combat urbain) : il reste que la Syrie est bel et bien coupée du monde, et rien ne dit que le pouvoir ne se saisisse pas de l’occasion trop belle de réprimer à couvert… ce n’est donc pas forcément rassurant.

  3. Article très intéressant, à contre-courant de ce qu’on lit un peu partout. Ce sera intéressant de savoir ce qui s’est réellement passé.
    Le pire étant que même si la 3ème hypothèse est la bonne, ça ne percera pas.
    Les gens se sont fait leur opinion, c’est bâché.
    Il y a un combat que Bachar et le pouvoir Syrien ne gagneront pas, c’est le combat de la communication. En tout cas auprès des populations occidentales. La lutte est trop inégale.

  4. Oui, nouvelle étape de la guerre qui se généralise.

    On disait l’opposition réduite à un noyau divisé et armé de manière dérisoire, il y a quelques mois encore.
    Aujourd’hui, cette même opposition tient des lignes de front dans plusieurs endroits de la Syrie et s’est avérée capable de descendre un avion de bombardement, il y a peu.
    D’où vient l’armement qui lui permet aujourd’hui d’abattre un chasseur ou des chars ?…Comment et par qui sont coordonnées l’augmentation manifeste des troupes et leur coordination évidente ?

    1. C’est la même chose que pour la Libye. L’affaire n’est pas un mystère. La France fournit un appui officiel « logistique » et des moyens de communication (en plus des missiles milan « officieux », ceux là). Pour la Turquie et le Qatar, c’est plus officieux, quoi que l’information soit accessible facilement si l’on se donne la peine de chercher… La Turquie gère des camps d’entrainement près de la frontière kurde.
      http://www.voltairenet.org/article176767.html

      1. On est dans l’ingérence la plus totale, mais officieuse, donc.
        Ce qui permet de faire monter en intensité la guerre civile, mais lentement. Le peuple syrien peut souffrir, s’exiler ou mourir plus longtemps.
        Accessoirement, on peut se poser la question de la légitimité, voire de la réalité de cette opposition armée, entrainée, cornaquée par pas moins de quatre pays, peut-être cinq…
        On peut même se demander pourquoi la seule force internationale légitime sur le terrain, l’ONU, ne réforme pas ses statuts – ou n’ajoute un avenant « spécial dictatures – pour intervenir, faire cesser le feu réellement et arrêter ce lent massacre qui peut rendre sans doute nostalgique pas mal de syriens, même avec un dictateur à leur tête.

        1. L’ONU n’interviendra pas parce que le bloc BAO (Bloc américano-atlantiste) veut partitionner la Syrie et instaurer un gouvernement fantôche sur le modèle Libyen. Cela fait parti du projet de « Grand moyen orient » conduit par les USA depuis l’accession de Bush à la présidence et qui a été poursuivi par Obama. La politique de sanctions contre l’Iran est à lire dans la perspective de ce projet, lui même issu du PNAC (projet pour un nouveau siècle américain).
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Moyen-Orient
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century

          1. Et moi qui pensait que le PNAC n’était qu’une architecture spécifiquement néo-conservatrice, datant de l’époque Bush et destinée à y sombrer.
            Toujours le même imperium, bien parti pour durer.

  5. Plop,

    La Syrie reping les gars! La coupure aura duré 72h environ. Les autorités ont raconté des salades a propos d’une maintenance, mais même dans un simple bâtiment d’entreprise on coupe pas les réseau pour maintenance… Il semblerais que la coupure ai coïncidé avec des combats violents autours des infrastructures réseaux a proximité de l’aéroport de damas. Mais le réseau syrien n’est pas si centralisé que ça en fait.

    La destruction de ce nœud n’aurais en aucun cas pu déclencher un blackout national, étant donnée les nombreuse liaisons « bas débits » transfrontalière dont est composé l’interconnexion en Syrie. Pour la même raison, une coupure a l’initiative de l’extérieur aurais impliqué au moins la complicité de la Turquie, de la Jordanie et de l’Irak, ce qui sans être impossible me semble plutôt complexe sans fuites(au moins une quinzaine de nœuds a maintenir saboté sans que les employés des opérateurs ne comprennent).

    Donc il me semble assez probable qu’effectivement, l’état syrien, pour des raisons de défense nationale, ai donné instructions a l’opérateur national de désactiver les routeurs (Plutôt qu’effacer les routes vers l’étranger du protocole de routage comme cela a été suggéré, car les traceroute vers les nœuds syriens mourrait a l’extérieur des frontières et on n’avais pas accès aux sites syrien en Syrie)

    Après ce n’est que des suppositions: Contre-mesure syrienne a une opération d’intox otan du même style que lors de la prise de tripoli ? Simple panique, mesure maladroite d’urgence des autorité a propos d’un leak ou d’un buzz talekoumix, anon ou autre? Ou silence radio destiné a ralentir le renseignement rebelle et limiter l’émotion de la communauté internationale pour le grand nettoyage de la banlieue de damas?

    A approfondir.

  6. Oui et depuis la prise de la libye, une énorme étape a été franchie, les prochaines sont la syrie et l’Iran.

    En apui de leurs multiples stratégies du « Soft Power », extrait de l’article «La stratégie du nénuphar» La nouvelle forme de guerre du Pentagone :
    « Sans que la majorité des habitants des Etats-Unis ne le sachent, la création de bases sur toute la planète progresse, grâce à une nouvelle génération de bases que les militaires nomment « Lily pads » c’est-à-dire « nénuphars » (comme quand une grenouille saute à travers un étang vers sa proie). Ce sont de petites installations secrètes et inaccessibles avec une quantité restreinte de soldats, au confort limité, et à l’armement et à l’approvisionnement préalablement assurés.
    Dans le monde entier, de Djibouti aux jungles du Honduras, des déserts de la Mauritanie aux petites Îles Cocos en Australie, le Pentagone cherche autant de nénuphars qu’il peut, dans autant de pays qu’ il peut, le plus rapidement possible. Bien qu’il soit difficile de faire des statistiques, compte tenue de la nature fréquemment secrète de ces bases, il est probable que le Pentagone ait construit plus de 50 nénuphars et autres petites bases depuis l’année 2000, tandis qu’il explore pour la construction de douzaines en plus. »

    « La stratégie du nénuphar »
    La nouvelle forme de guerre du Pentagone
    http://www.elcorreo.eu.org/Le-Pentagone-cree-une-nouvelle-forme-de-guerre-La-strategie-du-nenuphar

    Il n’est pas inutile non plus de rappeler les propos de l’ex général américain de l’OTAN Wesley Clark
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Wesley_Clark

    « les Etats-Unis avaient planifié de renverser sept pays après les attentats du 11 Septembre 2001: l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran. »

    courte Vidéo en anglais :
    http://www.mondialisation.ca/changement-de-regime-a-lamericaine-nous-initions-le-terrorisme-pour-creer-des-terroristes-et-renverser-les-gouvernements/5312966

    et avec les sous-titres Français
    http://www.dailymotion.com/video/xlp2d6_le-plan-us-post-11-9-envahir-7-pays-dont-l-irak-la-lybie-la-syrie-et-l-iran-selon-le-general-us-wesl_news?start=128#.UKnjwBLoKko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *