La presse et les hackers: un amour non assumé

NDLR : Cet article initialement publié sur le blog Crise-de-foi.com récemment disparu a été récupéré dans le cache de Google. Nous avons pris cette initiative pour illustrer notre réponse aux lecteurs du Figaro, suite à une
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

11 thoughts on “La presse et les hackers: un amour non assumé”

  1. «Vous aimeriez qu’un être présenté pendant des années comme un cybercriminel vienne changer vos petites habitudes ?»

    s/cybercriminel/puceau boutonneux asocial/
    fixed.

    Plus sérieusement, il n’est pas sûr que le «problème» des hackers soit un problème d’ «image». Même avec la définition correcte, il n’est jamais assimilé par le «grand public» (ménagère, toussa) que comme un ennuyeux autiste du clavier.

    Je pense que la vision «pirate» du hacker correspond à une vision romantique qu’en a la société. La vraie définition ne l’intéresse pas du tout, car elle la renvoit à sa propre vacuité.

    Plutot d’accord avec le reste de l’article, même si il a tendance à tourner autour du pot. De toutes façons, on en revient toujours à la critique des media, qui font vivre la majorité de nos concitoyens dans un rêve halluciné.

  2. Les hackers, ce sont avant tout des gens capables de démonter des programmes conçus pour nuire à l’homme.
    Un excellent début d’analyse dans le Diplomatique sur les machines qui prennent le contrôle de notre société.
    RER « imaginons un instant que ces portillons soient remplacés par des vigiles chargés de distribuer des claques ou des coups aux clients ne circulant pas à la bonne vitesse : ce serait scandaleux, insupportable. Nous l’acceptons pourtant de la part des machines, car nous savons qu’elles ne pensent pas »
    http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/LAFARGUE/20788

  3. Ping : Veille Antic
  4. Un ami a transformé un frigo (avec friseur) en fumoir pour la charcut’ qu’il fait et les poissons qu’il pêche. Pour moi c’est un hacker.
    De même que l’autre pote qui fait son cidre avec ses pommes et son bout son calava avec ce cidre.

    Hacker ne se limite pas à l’informatique : c’est comprendre et détourner l’usage. Ca marche aussi avec les sandwichs au jambon ou les pizzas.

  5. Ouais, et y’a même une émission mensuelle de radio (carrée l’émission) qui en parle sous cet angle, c’est à dire le véritable angle…J’avoue que c’est rare, voire que c’est peut-être bien la seule… Do You Hack Me, sur Radio Libertaire, tous les 4ème vendredi, de 16h à 17h30. La prochaine, justement, va parler de sécurité et de vie privée, et on sera pas dans le sensationnel. Mais ça va être très très intéressant.

  6. zavez oublié les ikea hackers.

    (si. google it)

    ;)

    (sur rezo y’avait un article de mona chollet sur le hacking, « j’aimerais que ma fille devienne un hacker », cherche et trouve, padawan lecteur, ça te fera grand bien aussi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *