La Politique agricole commune tancée par la Cour des comptes européenne

La Cour des comptes européenne estime dans un rapport qu’il « apparaît peu probable que les paiements conçus pour inciter les agriculteurs à «passer au vert» améliorent significativement les performances de la politique agricole commune dans le domaine de l’environnement et du climat. Les auditeurs ont constaté que les nouveaux paiements confèrent une complexité accrue au système, mais qu’ils n’ont suscité des changements dans les pratiques agricoles que sur quelque cinq pour cent des terres agricoles de l’UE« .

Le reste du communiqué de la Cour est à l’avenant : « Les auditeurs ont relevé que la Commission européenne n’avait pas établi de logique d’intervention complète pour les paiements relevant du verdissement. Elle n’a pas non plus fixé d’objectifs environnementaux clairement définis et suffisamment ambitieux à atteindre grâce à la mesure. En outre, le budget alloué au verdissement n’est pas justifié par la réalisation d’objectifs environnementaux et climatiques dans le cadre de l’intervention. Les auditeurs ont également observé qu’il était peu probable que le verdissement induise des effets bénéfiques considérables pour l’environnement et le climat – essentiellement parce qu’en l’absence de paiement, une bonne part des pratiques subventionnées auraient été appliquées de toute façon. Les auditeurs estiment que le verdissement n’a suscité des changements dans les pratiques agricoles que sur quelque cinq pour cent des terres agricoles de l’UE« .

Pendant ce temps, Emmanuel Macron fait le zouave à Boulogne Billancourt avec des chefs d’Etats pour parler climat. E la nave va

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *